Les dominicains veulent créer une « frontière technologique » avec Haïti, suite à une entente avec Jovenel Moïse, président en fin de mandat

1
1049

La République Dominicaine veut créer une « frontière technologique » avec Haïti, suite à une entente avec Jovenel Moïse en fin de mandat pour faciliter, entre autres, l’élimination des flux migratoires irréguliers

Jeudi 28 janvier 2021 ((rezonodwes.com))– Une entreprise israélienne travaille sur un projet pilote pour l’établissement d’une sorte de «périmètre technologique» à la frontière entre la République dominicaine et Haïti, comme l’a révélé le ministre dominicain des Affaires étrangères Roberto Álvarez.

Le projet a ses tests à la frontière nord dominicaine, dans la province de Montecristi, et avec lui la réalisation de la ligne de démarcation entre les deux pays est attendue.

La République dominicaine et Jovenel Moise en fin de mandat , ont convenu, le 10 janvier, de prendre les mesures appropriées pour déployer des technologies de pointe qui facilitent l’élimination des flux migratoires irréguliers, de la traite et du trafic d’êtres humains, de la circulation des armes, du trafic de drogue et du vol de bétail, autres activités illicites.

Le ministre dominicain des Affaires étrangères a déclaré que la porte physique que l’armée dominicaine avait commencé à construire à El Carrizal, à la frontière d’Elías Piña, était en expansion.

« Je pense qu’à certains moments (une clôture) est nécessaire et à d’autres points où la » clôture « technologique et électronique sera la solution et en ce sens qu’il y a actuellement une entreprise israélienne qui travaille dans le nord, à Montecristi » a déclaré le ministre dominicain des Affaires étrangères dans un entretien avec Listin.

Ce «périmètre technologique» dont parle le chancelier pourrait être constitué de différentes manières. « C’est un périmètre électronique dans lequel ils pourraient être une combinaison de portes, à un moment donné, de drones, d’éléments divers », a-t-il déclaré lors de l’interview.

Le ministre dominicain des Affaires étrangères a insisté sur le fait qu’en fin de compte, tout dépend de la qualité humaine que la technologie est contrôlée.

« Parce que si vous n’avez personne pour ça quand il y a une rupture … alors c’est là que vous avez besoin d’une réponse humaine appropriée », dit-il.

Roberto Álvarez a déclaré qu’une autre des choses dans lesquelles ils ont travaillé avec Haïti est l’identification des terminaux frontaliers, compte tenu du fait que certains ont disparu en raison de la croissance du lac Azuey.

C’est pourquoi ils travaillent sur le géoréférencement de ces points et sur l’identification de ceux qui sont encore visibles. « Il n’y a pas de problème ou de différend avec la frontière terrestre », a déclaré le ministre dominicain des Affaires étrangères à Listín Diario.

Le diplomate a expliqué qu’en raison de l’inondation du lac, une colonie d’Haïtiens s’est déplacée vers le territoire dominicain et que les autorités haïtiennes travaillent déjà pour les renvoyer sur leur territoire. «Nous parlons de 100 personnes», a déclaré Álvarez.

La diplomatie dominicaine a pour agenda d’entamer des négociations pour la délimitation des frontières maritimes avec Haïti. «Ce processus commencera dès que possible», avance le communiqué signé par les présidents d’Haïti, Jovenel Moise, et Luis Abinader de la République dominicaine.

Le pays a déjà entamé et conclu ce même processus de négociation avec les Pays-Bas.

«Nous avons repris le sujet et nous avons déjà conclu la négociation avec l’un des quatre qui manquait, avec les Pays-Bas, car nous avons une frontière maritime avec Curaçao, Aruba et Bonaire, et c’était facile car en gros deux points devaient être fermé entre le Venezuela et la Colombie, déterminer les coordonnées, nous avons tenu ces réunions et dans une semaine, nous signerons l’accord final », a-t-il dit.

Désormais, la République dominicaine entend épuiser la même voie de négociations avec Haïti, les États-Unis et le Royaume-Uni (Turks et Caicos).

«L’importance de la mer territoriale pour nous réside dans le fait que nous avons trois fois plus de territoire submergé que sur terre. Il se peut qu’il n’y ait pas de pétrole mais il est possible qu’il y ait du gaz et qui sait s’il y a d’autres minéraux », a déclaré le ministre.

Roberto Álvarez a participé au Listín Breakfast, la réunion d’information de ce journal, où il a partagé les positions du pays par rapport au Venezuela, qu’il estime nécessaire de s’asseoir et de parler jusqu’à ce qu’un accord soit trouvé entre l’opposition et le régime de Nicolás Maduro.

Álvarez a également évoqué les efforts qu’ils déploient avec les ambassadeurs de différentes nations pour gérer l’aide continue à Haïti voisin. L’un des projets qu’ils développent est la construction d’hôpitaux, où ils seront assistés par le Brésil, qui a déjà une expérience de la gestion hospitalière dans ce pays.

1 COMMENT

  1. Buenas noches a todos en redes sociales soy Claudimir Armand desde RD es un unión entre eses países que dios bendiga el gobierno de Louis abinader y jovenel Moisé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.