RD-Immigrants: Des haitiens ont payé entre 10 et 25 mille RD$ pour de « faux documents d’immigration »

Pour tourner le dos au pays n’offrant presqu’ aucune perspective d’avenir réelle aux jeunes, en dépit des propagandes tous azimuts, des haitiens sont prêts à dépenser une petite fortune qu’ils ne possèdent même pas. Le plus souvent au beau milieu du chemin, s’arrête net leur aventure désespérée pour laisser place à la nostalgie, au dédain…et comment rembourser la dette contractée pour l’acquisition de « faux documents » et les frais de voyage




Santo Domingo, mercredi 15 août 2018 ((rezonodwes.com))–Le quotidien dominicain, Listin Diario, dans un de ses récents tirages, a rapporté l’arrestation de plusieurs dizaines d’ haitiens à la frontière munis de « faux documents« , alors qu’ils tentaient de venir s’établir « légalement » en République Dominicaine.

« Nous avons versé entre 15, 20 et jusqu’à 25000 pesos (RD $) pour l’achat de ces faux-papiers« , certains haitiens, sous le coup de l’émotion et la crainte d’être expulsés, ont confié aux journalistes et aux responsables des services de l’immigration dominicaine.

Le pire, ont-ils laissé entendre, que c’est à Port-au-Prince qu’opèrent ces réseaux de faussaires s’enrichissant au détriment de ces infortunés trop crédules.

S’il leur arrivait de franchir la frontière haitiano-dominicaine aux points officiellement répertoriés, néanmoins l’affaire se corse à l’intérieur même du pays.




Dimanche dernier, des journalistes de Listin Diario ont constaté que des dizaines d’ Haïtiens avaient été arrêtés par des soldats aux postes de contrôle de Solitaria, à l’entrée de Guayubín et Jicomé, dans les provinces de Monte Cristi et Valverde, quelques minutes après leur arrivée en République Dominicaine. Ils n’étaient en réalité munis d’aucun document légal, en particulier le carnet du Plan de régularisation des étrangers et des étudiants, leur habilitant à séjourner au pays.

« Des femmes, surtout, parmi les détenteurs de faux-papiers, ont pleuré de toutes leurs larmes » ont rapporté des journalistes présents expliquant que « le groupe d’immigrés haitiens ont imploré les agents de les laisser terminer leur journée en prétendant qu’ils ont emprunté de l’argent pour acquérir ces faux documents et que lorsqu’ils vont être renvoyés chez eux, ils sont exposés à des cas d’enlèvements s’ils ne paient pas intégralement ce qu’ils doivent« .

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.