« Haïti: une pénurie de carburant paralyse le pays », cadet des soucis des « joveneliens » cherchant à enfoncer davantage le pays dans la corruption et l’insécurité

0
830

Samedi 11 septembre 2021 ((rezonodwes.com))–Avec le régime PHTK, le problèmes de pénurie de carburant se suivent et se ressemblent, une preuve que sa gestion de la chose publique laisse à désirer. Pourtant, les « docteurs » – au moins une dizaine au service de deux ignares inconscients -, refusant actuellement d’être les pourfendeurs de l’institutionnalisation de la corruption qu’ils ont eux-mêmes encouragée, en conseillant très mal l’ancien président Jovenel Moise, n’ont rien fait de concret pour faciliter l’approvisionnement des stations à essence à partir des réservoirs de Carrefour.

RFI rapporte que « les rues de Port-au-Prince sont encore chargées d’embouteillages mais les habitants commencent à réfléchir pour optimiser leurs déplacement car, à travers la ville, les très nombreuses stations essence sont toutes fermées« . Actuellement, le cadet des soucis des « joveneliens » Claude Joseph, Rockfeller Vincent, Guichard Doré et Renald Lubérice et autres docteurs de la loi des dérives, selon les dénonciations d’un jeune militant aux Gonaives, « c’est le maintien du pays dans le statu quo en cherchant par tous les moyens et combines à injecter Ariel Henry de la Primature pour garder leur CEP-Dermalog et parvenir le plus tôt possible à des élections truquées et exclusives avec la liste de leurs candidats choisis en poche et agréés« .

Pour sa part, Marc Antoine Nesi de l’Association nationale des propriétaires de stations-services (Anapross), a confié à RFI que le vrai problème de rareté de carburant sur le marché «est dû à l’insécurité et aux gangs. Les gangs qui se trouvent aux abords de Martissant empêchent que l’on délivre ou s’approvisionne au terminal de Trista. C’est ce qui fait que toutes les zones n’arrivent pas à trouver du carburant à temps ».

Entre-temps, le black-out 24/24 persiste et fait rage jusqu’à empêcher le bon déroulement des activités judiciaires à la Capitale, notamment les auditions au Parquet des présumés auteurs et complices de l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moise. « Sans carburants, pas de courant. Des bureaux publics et entreprises privées ne peuvent déjà plus fonctionner et ce à travers tout le pays, car flagrante illustration de l’hyper centralisation d’Haïti, il n’existe aucun terminal pétrolier hors de la capitale« .

source RFI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.