Moïse Jean-Charles tire à boulets rouges sur les États-Unis et critique vertement la formation du CEP de Jovenel Moïse

1
695

Lundi 21 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– Dans des déclarations virulentes tenues devant plusieurs milliers de gens, le leader de « Pitit Desalin » Moïse Jean-Charles, en tournée samedi à Saint-Michel de l’Attalaye (dans l’Artibonite), a d’entrée de jeu minimisé, banalisé voire ridiculisé la décision du chef de l’État Jovenel Moïse de nommer par arrêté les neuf (09) membres d’un nouveau Conseil Électoral Provisoire. 

« Pèp ayisyen, Arete ki nome 9 moun pou nouvo Konsèy Elektoral Pwovizwa a, mwen menm Moïse Jean-Charles m’pran-l, m’lage-l nan poubèl », a lancé l’ancien sénateur du Nord qui, plus loin, n’a pas mis l’eau à la bouche pour lancer des invectives contre les États-Unis d’Amérique, plus particulièrement leur ambassade en Haïti.

Avec sa verve habituelle et la véhémence qu’on lui connait, l’opposant farouche au régime Tet Kale a rappelé aux Artibonitiens toute une kyrielle de bêtises et de crimes que la République étoilée de l’Oncle Sam, selon lui, a commis en Haïti, notamment sur les paysans.

« Les américains ont détruit les cochons créoles qui représentaient à l’époque la richesse de la classe moyenne. Ils ont détruit les plantations de riz dans l’Artibonite, ainsi que la production de clairin. De plus, ils ont imposé au peuple haitien le président en place (Jovenel Moïse, ndlr). Ameriken olye ou di ou bouke avèk nou, se nou ki bouke avèk ou », s’est énervé Moïse Jean-Charles.

« Les Américains exigent la formation d’un Conseil Électoral Provisoire, par n’importe quelle condition et par n’importe quel moyen. Pourtant ils oublient que c’est ce genre de CEP qui a donné au pays ces élections contestées, mal organisées et qui ont débouché sur des résultats frauduleux menant au pouvoir des dirigeants corrompus. Ces dirigeants qui préfèrent patauger dans le vol, le gaspillage et la mauvaise gouvernance ignorant sans aucune gène leurs responsabilités et leur mission de combattre la faim et l’insécurité », a déplorè le numéro 1 du parti Pitit Desalin.

Jean Charles Moïse, par ailleurs, a dit croire dur comme fer que la Révolution va triompher dans tout le pays.

L’ancien Sénateur du nord en haranguant la foule de supporteurs, a profité pour se feliciter de la baisse du dollar sur le marché local tout en déclarant attendre que le prix des différents produits de première nécessité diminue afin que la misère de la population soit allégée.

Guyno Duverné
duverneguyno@gmail.com

1 COMMENT

  1. Au sein la flopée, Jean Charles Moise fait preuve d’un homme très cohérent! Après ses errances dans la cacaterie lavalassienne, ce n’est pas le même homme qui foule le béton. On l’avait vu lors du « pays lock, » il n’allait pas tête baissée comme un idiot pour se faire avoir un peu plus tard. De temps en temps, il donnait l’impression d’un homme qui était en embuscade, ce qui ne plaisait pas à certains secteurs politiques et une certaine presse (moun Preval/Privert yo). Il était le premier à s’en prendre aux « ayant-droits » qui manipulent les deux monnaies au vu et au su du gouverneur de la Banque… Les autres faisaient semblant de rien savoir, ils avaient les yeux rivés vers Privert II.

    L’ancien sénateur Jean Charles Moise dépasse de très loin tous ses adversaires, au moins il revendique l’idéal dessalinien et il n’a pas peur de montrer ses liens politiques. Après ses longues années de frottement avec les malswen et marasa Aristide/Préval, M. Jean Charles reste à prouver sa sincérité. Reconnaissant ses limites et ne pas enfler d’orgueil comme ses anciens patrons Aristide/Préval, bien encadré par des patriotes, il pourrait faire mouche dans une compétition électorale vraiment libre…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.