Un Sénateur américain accusé d’avoir obtenu illégalement des visas pour des amies dominicaines

L’acte reproché au Sénateur de New Jersey, Robert Menéndez, remonte à novembre 2008. Il aurait obtenu des visas pour les « amiguitas » dominicaines, sans passer par des processus déterminés par la loi américaine sur l’immigration. En échange, le sénateur a reçu de luxueux cadeaux et des dons pour sa campagne électorale.




Newark-New Jersey, mercredi 13 septembre 2017 ((rezonodwes.com)).- Alors qu’en Haïti, des Parlementaires donnent libre cours à leur vie de concubinage tout en étant des hommes mariés, en sollicitant des faveurs pour leurs petites amies, soient pour les placer dans un consulat ou les envoyer grossir la liste de sinécures dans l’administration publique, aux Etats-Unis, la justice poursuit le Sénateur Robert Menendez pour abus de pouvoir et pots-de-vin reçus.

En effet, le Congressman de New Jersey, Robert Menendez, est traîné devant la justice « pour avoir accepté des pots-de-vin de l’ophtalmologue Salomon Melgen en échange de faveurs personnelles et professionnelles« . M. Menendez aurait obtenu des visas frauduleusement pour deux copines dominicaines, selon le témoignage de l’un de ses anciens assistants, Mark Lopez.

Celui-ci a déclaré lundi devant la cour fédérale de Newark que son ancien patron (Menendez) lui avait demandé en novembre 2008 de «contacter immédiatement l’ambassadeur américain à Santo Domingo», de sorte que Rosiell Polanco, une belle jeune fille de 22 ans, pourrait obtenir un visa de touriste pour les Etats-Unis.

Lopes, pour démontrer la véracité des faits, a exhibé devant le juge une copie du courrier électronique qu’il a reçu de Menéndez.
Selon l’acte d’accusation, le Sénateur Menéndez a manipulé les procédures d’immigration afin que Melle Polanco ait pu obtenir rapidement un visa pour venir passer aux Etats-Unis les vacances de Noël 2008, avec Melgen, un millionnaire américain d’origine dominicaine.
 .
La justice américaine, contrairement à Haïti qui n’a jugé et condamné qu’un seul homme riche, Clifford Brandt, toutefois, a inculpé le millionnaire Melgen qui doit répondre sous peu des actes d’accusation.
 .




D’autre part, selon la poursuite judiciaire, en échange de cette faveur, le Sénateur de New Jersey a reçu de Melgen de luxueux cadeaux, allant des vacances payées et des voyages en jet privé à des dons allant jusqu’à 750 000 $ pour sa campagne politique.
 .
Parallèlement chez nous, le CEP de 1987 à nos jours, à aucun moment de la durée, n’a jamais soulevé la question de dons reçus par des candidats en campagne électorale, ni les provenances de leur financement, pourtant la loi électorale exige un rapport détaillé sur les dons collectés en espèces par chaque candidat. Bien au contraire, pour travail bien fait avec la bouche muselée jusqu’à violer leur propre loi électorale sur laquelle ils avaient prêté serment, des conseillers se voient gracieusement récompenser par un poste de directeur-général comme c’est le cas pour Yolette Mengual et Pierre Manigat Junior. D’autres, pour l’instant, on dit, attendraient de devenir membres du Conseil Electoral Permanent pour services rendus (à la Nation).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *