Médias « Ponce Pilate »! par Kathleen Desravines

Ponce Pilate !

Mercredi 11 octobre 2017 ((rezonodwes.com))– Ce « mwen pa avè nou » passe mal!

L’attitude du lapin qui détale est cocasse! Atteints de cette phobie du changement, des médias haïtiens se sont lancés dans la conception d’un projet régressif pour le pays, en se faisant le défenseur d’un groupe à la vision individualiste et égocentrique.





Tel un poisson pris dans ses propres filets, ils se débattent désespérément avec des passes timides pour tenter de se sortir du piège de collusion, pouvoir politique et médias. Ils jouent aujourd’hui à « c’est moi, ce n`est pas moi« , incapables de tenir leur « footing », dandinant d’un pied à l’autre.

A l’instar d`élèves paresseux ayant décidé de ne pas rédiger de devoirs, à l’ instar de ces parlementaires votant pour ensuite se dédire, on assiste à cette timide tentative de dénonciations, des menaces tous azimuts envers tout ce qui bouge des tenants du régime de certains médias impliqués dans  la mise en place du projet anti démocratique dans le pays.

Le discours médiatique du « bannann bon » s’ est fait acide ces derniers jours.

Pourtant le projet n’est qu’ à sa toute première phase d’ exécution, et ces médias dénoncent déjà une répression « étatique »

Que se passe t’ il?

N’avaient ils pas lu le projet? Ne l’avaient-ils pas examiné, approuvé les étapes d’ exécution?

Tout ce rappel, ces envolées nostalgiques, cette médiocrité. C’était pour en arriver là.

Renverser le cours de l’ histoire, la faire se répéter: c’est la définition même du statu quo. Ce projet que la plupart de nos médias nostalgiques, ont chéri, est en train de prendre forme.

Nos médias ont aidé, contribué à l’ instauration ou plutôt à la restauration de « l’ ère des baïonnettes » pour le grand malheur du citoyen haïtien.




La peur chronique du changement, le spectre de la perte des privilèges et du régime du monopole expliquent ce combat à reculons qu’ ils entreprennent depuis plus d’ une décennie.

N’était-ce pas ce retour aux sources qu’ ils n’ avaient de cesse d’offrir au pays comme alternative ?

Aujourd’hui, comment vouloir faire passer les effets de « vevenn » par des dénonciations?

N’ est-il pas un trop tard, pour changer de chemise, et prétendre, qu’ ils n’ avaient jamais pris de bain « rétro » ?

Ponce Pilate ne peut et ne saurait s`appliquer dans ce cadre.

Kathleen Desravines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *