Le pape lave les pieds de 12 prisonniers et laisse des jeunes écrire le chemin de croix

Avant de rencontrer des jeunes qui ont participé à la rédaction des méditations de la messe du chemin de croix de Colisée, pour le vendredi saint, le pape François s’est rendu jeudi dans une prison d’hommes de Rome où il a lavé les pieds de douze détenus issus de sept pays différents




Vendredi 30 mars 2018 ((rezonodwes.com))– Toujours spécial, le pape François a présidé, vendredi après-midi 30 mars en la basilique Saint-Pierre, la célébration de la Passion du Vendredi saint.

Il devait ensuite, dans la soirée, se rendre au Colisée pour le traditionnel chemin de croix dont il a, cette année, demandé à quinze jeunes Romains de rédiger les méditations. C’est à travers le regard de foi de ces jeunes que le Pape et les fidèles réunis au Colisée ont suivi, pas à pas, la lente et douloureuse marche du Christ vers sa mort.

Jeudi, le pape François, très ému par l’univers carcéral, a célébré une nouvelle fois une messe du Jeudi saint dans une prison en lavant les pieds de douze détenus, dont deux musulmans, un orthodoxe et un bouddhiste. S’exprimant à la fin de sa visite, il a estimé que la peine de mort n’était pas chrétienne et confié qu’il doit se faire opérer de la cataracte.

« Chacun a l’opportunité de changer de vie et ne doit pas être jugé », a souligné le pape, notant qu’il se considère lui-même comme « un pêcheur », avant de laver et embrasser les pieds des douze prisonniers. Dans la tradition chrétienne, le Jeudi saint commémore le jour où le Christ lave les pieds des apôtres et institue l’eucharistie lors de son dernier repas (la Cène). Le rituel a été perpétué dans le christianisme, sauf dans certaines branches du protestantisme.




En prenant congé jeudi de la prison romaine, le pape a estimé dans un échange avec un détenu et la directrice du pénitencier que « la peine de mort n’est ni humaine ni chrétienne », car « toute peine doit rester ouverte à l’espérance et à la réinsertion ».

Il a aussi confié qu’il devra subir l’an prochain une opération des yeux. « À mon âge, par exemple, arrivent les cataractes et on ne voit pas bien la réalité. L’an prochain, il faudra faire l’intervention », a-t-il dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.