Haïti : Radiographie d’une société qui disparaît !

par Dr. Ed Exil-Noël,
Analyste

Le pays est dans un état de décrépitude à peine croyable. Premier pays noir indépendant au monde, cette avance se rétrécit aujourd’hui comme une peau de chagrin. Les conservateurs, l’intelligentsia ne sévissent pas à l’endroit des contrevenants, mais applaudissent et font en réalité preuve de complaisance car ils veulent subsister





Mexico, mercredi 20 juin 2018 ((rezonodwes.com))–Je suis tombé des nues du spectacle hideux offert par une petite gamine récompensée par le président Jovenel Moïse comme virtuose. Je dois avouer que je suis profondément déçu croyant que ce natif du Nord’Est allait faire la différence, une fois parvenu au timon des affaires.

Je me suis rendu compte que cette société est en nette putréfaction. Une jeunesse sans modèle, sans valeurs qui utilise des euphémismes pour justifier ses folies. Chez nous, le mot voleur est remplacé par brasseur, et les sans-vergogne sont aujourd’hui des débrouillards.

En échange de quelques billets verts, les jeunes filles n’hésitent pas à afficher leurs parties intimes. On se souvient des débauches de l’ex-président Martelly offrant des spectacles nauséabonds très applaudis. Nous venons cette semaine d’atteindre le bas de l’indécence et qui pis est, il ne se trouve personne (autorités responsables) pour condamner cette incartade. C’en est de trop. Un drapeau étranger hissé sur le territoire de Dessalines au rythme de la Dessalinienne. Quand allons-nous retrouver la raison ?




Il n’y a pas longtemps que cette même société a condamné le chanteur Mechans-T qui, en plein public, sodomise une demoiselle aidant de son microphone. La fille accepte allègrement le traitement sous des applaudissements nourris. Personne ne dit rien, les médias se taisent. L’église tire sa révérence. L’état qui se cherche y est complètement absent. La société civile se cache, leur âme vendue. Les notables qui ne sont plus notables n’ont plus la voix au chapitre. Trop de compromission.

La famille qui constitue le noyau principal de la société est réduite à sa plus simple expression facilitant ainsi aux jeunes de franchir sans le moindre gêne le rubicond.

Quant au parlement, oublions son existence, c’est une ruche de faux-bourdons, une caverne de loups affamés. Chacun agit comme bon lui semble. Tout le monde veut être riche tandis qu’on travaille moins de huit heures par jour. Des jours de congé en Haïti, l’un des pays les plus pauvres et corrompus au monde, dépassent de loin les heures de repos observées dans des pays développés ou en voie du développement. La dépendance de la diaspora est éhontée.




Haïti doit être auscultée en toute urgence par des sociologues chevronnés pour enfin proposer et imposer des solutions correctives voire punitives. Rappelons-nous que de 1818 à 2018 en nous arrêtant à 1918, aucun progrès significatif dans l’évolution de notre vie de peuple n’est à signaler. Nou pa janm sispann pran zanana pou suzann !

Ed Exil-Noël,
Analyste

Photo de Ed Exil-Noël.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.