Au moins 11 morts dans des violences post électorales au Kenya

Au Kenya, la répression des émeutes de vendredi soir auraient déjà fait au moins 11 morts.

Samedi 12 août 2017 ((rezonodwes.com))– Des violences postélectorales ont fait au moins 11 morts au Kenya après la proclamation de la réélection du président sortant Uhuru Kenyatta, confirmée samedi matin par un groupe d’observateurs indépendants.




La nuit a été agitée, marquée par des émeutes… Aux risques et périls des participants. Persuadés que la victoire leur a une nouvelle fois été volée, les supporteurs d’Odinga ont laissé éclater leur colère dans l’ouest du pays et dans plusieurs bidonvilles de Nairobi, tels Kibera, Mathare ou Kawangware. «Nous ne nous laisserons pas intimider, nous ne renoncerons pas», a déclaré Johnson Muthama, un haut responsable de la coalition politique NASA, lors d’une conférence de presse, décrivant la répression policière comme une tentative «de soumettre» l’opposition.

La réponse de la police a été implacable, même si le ministre de l’Intérieur, Fred Matiangil a certifié que «la police n’a pas fait d’usage disproportionné de la force contre un quelconque manifestant où que ce soit dans le pays». Mettant ces incidents sur le dos «d’éléments criminels qui ont tenté de prendre avantage de la situation, en pillant et détruisant des propriétés», le ministre, a assuré que «la sécurité prévaut complètement dans le reste du pays».

Des policiers ont tiré des coups de feu en direction d’émeutiers dans la nuit à Kibera. A Kisumu, Truphena Achieng, un témoin dont le frère a été blessé, a accusé la police d’avoir fait feu sur des personnes qui manifestaient «pacifiquement». M. Muthama a par ailleurs assuré que la police avait tué de la sorte «plus de 100 Kényans innocents, dont dix enfants», sans toutefois apporter aucun élément de preuve.




Les corps de neuf jeunes gens, tués par balles au cours de la nuit dans le quartier de Mathare, bastion de l’opposant Raila Odinga, ont été transférés à la morgue de Nairobi, a indiqué un responsable des services de sécurité.  Deux morts ont été signalés dans l’ouest du pays, près de Kisumu et à Siaya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *