Surfacturation, Blanchiment des avoirs : Invitée au cabinet d’instruction, Martine Moise lance une action en dessaisissement contre le juge Edumé

0
1232

La firme « Expertus », engagée par l’épouse du feu Président Jovenel Moise, Martine Moise, brandit la thèse de « suspicion légitime » pour notifier une action en « dessaisissement » contre le juge Ikenson Edumé, en charge d’instruire l’enquête sur le scandale de faux et faux en écriture publique, surfacturation, escroquerie, blanchiments des avoirs, corruption au préjudice de la Première Dame, selon l’acte.

Me Emmanuel Jeanty, membre du Cabinet « Expertus », constitué par Martine Moïse dans le cadre d’une affaire de surfacturation, de faux en écriture publique, de blanchiments des avoirs, d’association de malfaiteurs au préjudice de l’État haïtien, est sans équivoque. La veuve Martine Moise, ne se présentera pas au cabinet d’instruction pour être auditionnée par le juge Ikenson Edumé.

Intervenant, mercredi, sur les ondes de Radio Kiskeya, l’avocat a évoqué la thèse de suspicion légitime contre le magistrat instructeur. Ikenson Edume, est beau-frère de l’ancien sénateur de l’Ouest, John Joël Joseph. Ce dernier est cité dans l’assassinat du Président de la République, Jovenel Moise. Par ces considérations, selon l’homme de loi, la partialité du juge Ikenson Edume est mise en question.

« Suivant des recherches engagées au service des Archives nationales, il est révélé que le magistrat Edumé est incompétent pour conduire l’instruction. Darline Edumé, sœur-cadette du juge Ikenson Edumé, est l’épouse du présumé assassin John Joël Joseph », a avancé Emmanuel Jeanty.

Par ailleurs, le doyen du Tribunal de Première instance de Port-au-Prince, Bernard Saint-Vil, saisi par le cabinet a ordonné au service des Archives d’établir les preuves sur les possibles liens entre le juge Ikenson Edume et l’ancien parlementaire John Joël Joseph. L’action en dessaisissement produit par la firme « Expertus » par devant le doyen Saint-Vil, sur le choix d’un nouveau juge instructeur s’impose, selon Me Emmanuel Jeanty.

Au regard de la loi, la « suspicion légitime » étayée par l’affirmation d’inimitié est convenable au juge pour se déporter du dossier. Il importe de rappeler que le cabinet « Expertus » a initialement mis en avant un « conflit d’agenda » pour solliciter le report de la convocation de Martine Moise.  

Herve Noel

vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.