Flashback-27 avril 2016. Les Tèt Kale Lamothe, Laleau, Andy René, impliqués dans le scandale « Panama Papers »

0
1360

Ça tombe bien, des gens qui pratiquent l’évasion fiscale, osent parler de développement et de progrès en Haiti ! Quel cynisme. Le professeur Wilson Laleau qui fut ministre de Martelly et qui doit en savoir beaucoup sur la dilapidation des fonds de Petro Caribe, était l’un des hommes forts du régime de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise, avant la percée de Lubérice.

Port au Prince, mercredi  27 avril 2016  Selon Miami Herald, le scandale dénommé « Panama Papers » a aussi éclaboussé plusieurs personnalités de la société haïtienne dont plusieurs hauts dignitaires de l`ancien régime Tet kalé et des hommes d`affaires importants, très connus du grand public.

L`ancien premier ministre Laurent Lamothe, l`ancien  ministre Wilson Laleau, les hommes  d`affaires Ralph Pereira et Max Alfred Buteau, l`ancien responsable du Centre de Facilitation des Investissements Georges Andy René  se trouveraient mêlés  à un ensemble de combines pour détourner l« argent du pétrole trinidadien .

Tous les soupçons se dirigent vers l`ex responsable du CFI dont le nom à aussi été cité dans d`autres affaires, alors que ses anciens patrons, Laleau et Lamothe, nient avoir été au courant des stratagèmes du jeune avocat.

L`article de Radio Kiskeya http://radiokiskeya.com/spip.php?article10682

Panama Papers : Au tour d’Haïti…

Une enquête du Miami Herald signée par la journaliste Jacqueline Charles éclabousse plusieurs têtes de pont de l’ancien régime Tèt Kale

Publié le mercredi 27 avril 2016https://www.youtube.com/embed/UJxcFtry_CY

Une enquête publiée par le Miami Hérald ce mercredi 27 avril 2016 soulève de sérieuses questions concernant l’éventuelle implication de figures emblématiques de l’ancien régime Tèt Kale dont l’ex-Président Michel Joseph Martelly, l’ancien Premier Ministre Laurent Salvador Lamothe et l’ancien Ministre de l’Économie et des Finances Wilson Laleau dans de complexes stratagèmes internationaux visant à créer des compagnies-écrans afin de profiter de contrats gouvernementaux et ce, en situation de conflit d’intérêts.

Georges Andy René, ancien directeur du Centre de Facilitation des Investissements (CFI) sous le règne du Premier Ministre Laurent Lamothe se retrouve au cœur de ce scandale international. Le Miami Herald affirme que Georges Andy René a personnellement entrepris les démarches pour créer une compagnie-écran par l’entremise de la firme Mossack Fonseca afin de se positionner pour un potentiel contrat pétrolier avec une compagnie Trinidadienne alors qu’Haïti cherchait il y a 2 ans une nouvelle option d’approvisionnement de produits pétroliers auprès de la petite île des Caraîbes, suite à la crise politico-économique au Vénézuela.

L’article démontre que Georges Andy René a, en substance, usé d’informations privilégiées obtenues via son poste de directeur en fonction du CFI pour monter une compagnie au Panama, la SNIPP (Société Nationale d’Importation de Produits Pétroliers), afin de se faire intermédiaire dans d’éventuels transactions pétrolières.

Les dossiers de Mossack Fonseca révèlent que 5 jours avant la signature d’un contrat de coopération énergétique entre Trinidad et Haïti, Georges Andy René a essayé avec « frénésie » de se donner les pleins pouvoirs dans la compagnie-écran afin de « capter une opportunité ». Il était à ce moment conseiller spécial du Premier Ministre Laurent Lamothe.

La SNIPP a été constituée sur les fondations d’une compagnie de doublure dénommée Proteus Holding S.A.

Proteus Holding S.A. était détenu à 25% par Georges Andy René lui-même, 25% par Vladimir Laborde le reste par Pendrey Associates, une compagnie-écran panaméenne appartenant à un proche du Trinidadien Jack Warner, ancien vice-président de la FIFA, déjà embourbé dans un scandale mondial de corruption lié à l’association de football.

Parmi les noms qui sont mentionnés dans l’enquête : L’ex-Président Michel Joseph Martelly, l’ex-Premier Ministre Laurent Salvador Lamothe et l’ex-Ministre de l’Économie et des Finances, Wilson Laleau.

Cette enquête vient jeter un pavé dans la mare du camp « Tèt Kale » alors que plusieurs voix se lèvent pour exiger un audit de la gestion de l’ancienne administration sur laquelle pesait déjà de lourds soupçons de collusion et de corruption. HI/RK

Lien vers l’enquête intégrale et originale en anglais :
http://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article74309627.html


http://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/haiti/article74309627.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.