Prison Croix-des-Bouquets|Evasion : une trentaine de policiers punis, 433 détenus évadés et Arnel Joseph recevait des transferts d’argent totalisant $US 10 850

0
117

346 prisonniers toujours en liberté, seulement 87 des 433 évadés capturés, révèle un rapport de RNDDH.

Léon Charles, encore en poste, malgré les bavures de la police à Village de dieu, fait payer à une trentaine de policiers l’évasion spectaculaire des centaines de prisonniers de la prison des Croix-des-Bouquets, alors que l’événement, selon la clameur publique, viserait à faire sortir l’ex-chef de gang Arnel Joseph pour ensuite l’éliminer physiquement dans l’Artibonite. Il n’y avait que 6 policiers en poste pour surveiller 1 535 détenus.

Mercredi 7 avril 2021 ((rezonodwes.com))–Plus d’un mois après l’évasion spectaculaire de l’ex-chef de gang pro-pouvoir, Arnel Joseph, et plus de 400 autres détenus, de la prison civile de Croix des Bouquets, une trentaine de policiers font aujourd’hui l’objet de mesures disciplinaires, ainsi en a décidé le DG de facto de la PNH, Léon Charles, encore en poste après avoir envoyé de policiers à la boucherie au Village de dieu.

Jonet Vital, porte-parole de l’Inspection générale de la police nationale, a indiqué que l’enquête est à un stade « très avancé » à peu « près à 90 % ». Il a avancé qu’avec les auditions des agents et les entretiens avec la population de la zone, beaucoup de données ont été recueillies », omettant toutefois de relever la liste des détenus ayant trouvé la mort le 26 février dernier à l’intérieur même de la prison, tandis qu’ils ne purgeaient pas une peine de condamnation à mort.

Selon Vital qui s’abstient d’apporter un démenti sur « All Black », un redoutable corps de policiers qui seraient à la solde de Léon Charles, selon un (ex)-haut gradé du SPNH-17, « les résultats de l’enquête sur l’évasion du 26 février, permettront de déterminer les responsabilités internes et externes de l’évasion, au cours de laquelle au moins 30 personnes sont mortes, pour la plupart des civils, en plus de sept détenus et du directeur de la prison, Paul Hector Joseph« . C’est un dossier au point mort, ont dénoncé des organismes de liberté civile.

Par ailleurs, lundi, le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) a révélé qu’un mois et demi après les événements de la Croix-des-Bouquets, 346 prisonniers sont toujours en liberté, et que les autorités n’ont capturé que 87 des 433 détenus évadés.

De son côté, la Fondation Je Klere, également défenseur des droits de l’homme, a dénoncé début mars que le manque de personnel et la complicité d’agents ont conduit à cette évasion, et a révélé qu’au moment des faits, la prison ne comptait que six policiers et un superviseur général pour surveiller 1 535 détenus.

Cependant, l’affaire a mis en lumière les défaillances du système pénitentiaire, car l’ex chef de gang Arnel Joseph a bénéficié d’un régime carcéral  » très permissif  » avec un accès à des téléphones portables, des ordinateurs portables et des transferts d’argent qui ont atteint 10 850 dollars, a déclaré le Rnddh.

La plupart des organisations de la société civile qui ont enquêté sur les événements de la Croix-des-Bouquets s’accordent à dire que l’émeute visait à libérer Arnel Joseph, un chef de gang notoire du Village de dieu où quatre policiers ont récemment été tués par des gangs pro-pouvoir. Ceux-ci ont par la suite négocié à coup de plusieurs milliers de dollars américains avec le pouvoir, la restitution du véhicule blindé saisi.

Arnel Joseph, prisonnier depuis 2019 et accusé de meurtre, d’enlèvement, d’association de malfaiteurs et d’autres crimes, s’est échappé pendant l’émeute et a ensuite été tué lors d’un échange de tirs avec une patrouille de police qui serait au courant que l’évadé allait emprunter cette voie comme destination finale.

D’autres voix ont accusé le régime de facto de Jovenel Moise d’avoir « exécuté » Arnel, qui aurait fait des révélations sur ses relations avec des fonctionnaires en poste, bien que Joseph Jouthe ait nié, sans aucune surprise, l’implication des autorités dans l’organisation de l’émeute à la prison civile de la Croix-des-Bouquets.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.