La Conférence Religieuse Canadienne demande à Trudeau de dénoncer ouvertement le régime dictatorial instauré par Jovenel Moïse en Haïti

1
1378

Situation dramatique à Haïti : la CRC interpelle le gouvernement canadien

Jeudi 18 février 2021 ((rezonodwes.com))– Face à la situation dramatique que traverse Haïti depuis plusieurs mois maintenant, la CRC a décidé d’interpeller le gouvernement canadien pour qu’il défende les valeurs démocratiques en dénonçant ouvertement et clairement le régime dictatorial instauré par le président Jovenel Moïse en Haïti.

Monsieur,

La Conférence Religieuse Canadienne représente les congrégations religieuses canadiennes. Plus de deux cents congrégations sont présentes au Canada et elles totalisent toujours plus de 10 000 religieuses et religieux. C’est en leur nom que je vous fais part de ce cri du cœur pour que le Canada défende les valeurs démocratiques en dénonçant ouvertement et clairement le régime dictatorial instauré par le président Jovenel Moïse en Haïti.

La violence qui règne actuellement dans ce pays des Antilles est indescriptible; la peur règne, les enlèvements se multiplient, ce qui implique la demande d’importantes rançons; le désordre est total et les gens meurent de faim. Monsieur le Premier Ministre Trudeau, vous connaissez la force de la solidarité canadienne avec le peuple haïtien.   Actuellement, à cause du silence du gouvernement canadien, nous nous sentons complices des gestes de Monsieur Jovenel Moïse qui provoquent une situation inhumaine et désastreuse. Nous sommes révoltés de cette situation et nous désirons vous en faire part.

Nous avons confiance qu’une prise de position de votre gouvernement qui dénoncerait le chaos actuel à Haïti, si préjudiciable à la population du pays, pourrait éveiller les consciences et constituer une amorce à un changement nécessaire. Nous vous prions donc, monsieur le Premier Ministre, de vous distancer du « Core group » international et d’oser dénoncer Jovenel Moïse qui s’accroche au pouvoir et tient ainsi captif le peuple haïtien en le faisant souffrir péniblement.

C’est un régime dictatorial qu’il a instauré puisqu’il dirige le pays par décrets ; le parlement est dissous, après avoir reconnu depuis plus d’un an la fin du mandat de ses membres. Monsieur Moïse ose même franchir la limite fondamentale de la séparation entre le pouvoir politique et judiciaire en modifiant de son plein gré le mandat des juges de la Cour suprême du pays. Comme Canadiens, nous vivons en paix dans un système politique démocratique ; ne pouvons-nous pas alors agir en faisant entendre notre voix?

Monsieur le Premier Ministre, les religieuses et religieux canadiens dont un grand nombre a œuvré avec bonheur aux côtés du peuple haïtien, comptent sur vous afin que vous permettiez au Canada d’être de nouveau un leader par la dénonciation claire et nette de cette situation tout aussi insoutenable que pénible. Que votre dénonciation de l’action de M. Jovenel Moïse soit un appui pour le peuple haïtien !

Au nom de ce peuple cher aux Canadiens, nous vous demandons d’agir rapidement.

Respectueusement,


Alain Ambeault, CSV

Directeur général
Conférence religieuse canadienne

Image
Image

1 COMMENT

  1. sé sa konférans rélijyéz yo pwôp, batay pou sak fè afè yo, sé menm bagay la lidè politik yo ap fè an Ayiti.

    Lè Trudeau tap pasé bill C-6 la, poukisa yo pat réyaji tou? Sa yo fè afè yo, sé Jésuit yo yé; Trudeau sot pasé yon lwa ki di: masisi ka mété wôb, jip, kilôt, soutyen, talon kikit etc…. Si paran yo di timoun yo ke sé pa byen, yap bay paran saa 5 ans prizon, yo pat di anyen, paske sé yon pakèt masisi ak madivinèz yo yé.

    Di yo fèmen bouche modi yo nan biznis nou, bann Sodom yo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.