L’écrivain haïtien Frankétienne écrit au président américain Donald J. Trump

5
1309

Jeudi 12 novembre 2020 ((rezonodwes.com))– Écrivain et artiste-peintre internationalement connu, j’ai toujours vécu avec fierté dans mon tout petit « pays de 27 000 kilomètres carrés.

Cet étrange petit pays a su écrire une Grande Histoire exceptionnelle, pathétique et sublime, au tournant du XVIIIe siècle et du XIXe siècle. Mes ancêtres, nègres esclaves, ont victorieusement affronté la redoutable armée expéditionnaire napoléonienne qui avait pour mission de rétablir la servitude dans cette portion d’île insoumise. 

Terre de liberté, elle fut projetée dans la Lumière de l’Indépendance en 1804. La saison épique fulgurante ne dura que l’ « espace d’un cillement » à cause de l’assassinat du Père Fondateur, l’Empereur Jean-Jacques Dessalines. Depuis cet évènement malheureux, la fabuleuse Haïti fut plongée dans un horrible cycle de turbulences et de conflits inapaisables. Une insupportable descente aux enfers. Une succession de catastrophes mortifères. Un opéra d’apocalypse tel un chaos macabre inachevable. Un scandale lugubre destructeur nourri par l’égocentrisme des classes dirigeantes antinationales et par les interventions agressives revanchardes de nombreuses puissances colonialistes, néocolonialistes, impérialistes, hypocrites, et maîtresses du double jeu. Une politique et une diplomatie gorgées de mensonges, de cynisme, de coups bas et de trahisons. 

Ces bacchanales anéantissantes s’étendirent sur plus de deux siècles jusqu’à ce qu’aujourd’hui nous soyons considérés comme un « shit hole country », tandis que nos dirigeants ont presque tous avalé ces insultes, ces injures, ces offenses, de manière passive et répugnante.

Nous ne sommes pas dans la culture du ressentiment, de la rancœur et de la haine. Nous nous sommes évertués à pardonner sans pourtant oublier les affronts.

Habitués aux malheurs, aux épreuves, aux défaites, aux tribulations, aux échecs répétitifs et aux désagréments de l’existence, nous osons dire à la kyrielle des impitoyables zotobrés : Prenez garde que notre planète ne sombre dans l’abîme et le néant, par manque de lucidité. Un déficit de générosité. Une absence d’humanisme. Une hypertrophie des réactions dominatrices et prédatrices.  

Et là, nous nous permettons, Monsieur le Président Donald Trump, de te tutoyer dans un élan prophétique et métaphorique :

S’il arrive que tu tombes 

Ne perds pas ton temps à te lamenter

Ne rumine pas ta chute

Ni tes fractures

Ni tes blessures !

Évacue l’orgueil, la colère et la rage. 

Relève-toi vite 

Pour apprendre à chevaucher ta chute !

Que ta chute devienne ton cheval

Pour franchir les fossés 

Et voyager vers le futur !

Quatre années passent si vite.

Et 71 millions de votants 

Peuvent bien devenir 100 millions

À l’autre versant de la chute….

—————

Port-au-Prince, Haïti

5 COMMENTS

  1. Si les haitiens utilisaient cette meme energie qu’ils utilisent pour ecrire des lithanies les unes plus pathetiques que les autres,pour empecher d’elire des voleurs et des crapules a leur tete, le pays irait beaucoup mieux. C’est triste de voir une societe ecrire au leader d’un pays etranger pour se plaindre de leur politique. Haiti navance jamais car les gens au pouvoir VOLENT TOUTE LA CAISSE DU PAYS, ANNEE APRES ANNEE. C’est simple a comprendre . Le restue n’a aucune valeur. Vous vous laissez diriger a force de grains de riz, eh bien , tous les zago sal de la diplomatie internationale deviennent vos « Boss ». Rien d’anormal. Reveillez vous et eliminez des gens comme Jovenel, arretez les! Ils n’ont pas le droit de vous tuer, de tuer vos enfants, de vous creer un etat si pauvre que vous devenez synonymes de pauvrete! Arretez d’ecrire. PRenez les armes et donnez une lecon une fois pour toutes a ces gangs members commme Jovenel, Michel Martelly et onsorts! Ils sont la devant vous . Faites quelque chose. Vous faites pitie et quant a votre fierte, personne n’y croit plus tellement vous etes laches! Un zago sal comme Jovenel, Martelly vous a completement vide de toutes vos ressources jusqu’a la derniere gourde, ils ont cause la mort de tant de vos proches et pourtant ils sont la. Attrapez les et ecrivez ensuite, bande de laches!

    • « J’ai mes idées depuis l’âge de 14 ans et j’ai commencé à lire Karl Marx. Depuis, je n’ai cessé d’avoir la même position idéologique et je ne changerai pour rien, » Luis Arce [1]

      Bagay yo Konplèks Anpil nan peyi a. Dans la lutte contre Jovenel Moise, je ne veux pas laisser le terrain de la vérité historique. Je serais d’accord avec vous si toutefois vous aviez pris la peine d’identifier les vrais « zago sal. » Un Diplomate n’est pas là pour passer des ordres à tel ou tel dirigeant, mais il y a des pré-requis. Le dirigeant ne doit pas créer des antécédents, sinon lekol pral lage. Depuis 1986, le pays se trouve dans cette situation. Dans ce cas, les vrais “zago sal” ne sont pas les diplomates. Nèg sot ki bay, blan enbesil pou ki ta refize pran! Depi plis pase 200 lane, yo poko ka wè se konsa sa ye. Yo rete nan fè tribal et le pouvoir est l’ « aphrodisiaque suprême. »

      Ne l’oubliez pas les marasa Aristide/Preval avaient accédé au pouvoir à la barbe des Jacky Lumarque, Claude Moise, Cary Hector, Michel Hector, Leslie Péan, Herold Jean-Francois…,Daniel Supplice, elatriye. Et par la suite, ces intellos n’avaient aucun problème à devenir des salariés de ces dirigeants tèt mabi, au lieu de s’engager dans l’arène politique comme les Francois Duvalier, Leslie Manigat, René Theodore…, Hubert Deronceray et Marx Bourjolly.

      Comment comprendre un Claude Moise… et Daniel Supplice étaient des collaborateurs de Preval et Martelly. Un Leslie Péan n’a aucun respect pour le révolutionnaire Jean Jacques Dessalines. Et pour papa Doc, il ne rate jamais l’occasion de déranger son sommeil. Mais, comme Jean Léopold Dominique, il a oublié, le docteur François Duvalier n’était pas un démocrate comme ses amis Aristide, Preval… et Jocelerme Privert.
      Je m’engage dans la bataille contre Jovenel Moise pour l’empêcher d’imiter les frères siamois Preval/Aristide, tipaskout KAO.

      Les nouveaux Frankétienne…, Daniel Supplice et Claude Moise doivent comprendre le Rôle d’un intellectuel n’est pas d’écrire des livres, de critiquer…, de laisser le terrain politique pour des ratés prêtres et agronomes. Sinon, un peu plus tard, des ratés musiciens et pseudo ingénieurs vont se mêler de la partie. Dans son tafia, le musicien Gracia Delva avait mis toute la société en garde contre un éventuel Parlement avec des gens comme lui et ses collègues de la 50e législature.

      Ce n’est pas possible de donner à Jovenel Moise l’occasion de passer le pouvoir à un autre de son acabit. Mais, il ne faut pas vous faire trop d’illusion. Sur le terrain politique, il n’y a rien… Rale KREYON W make l, au départ de Jovenel Moise, vos allez voir… Sa m wè la yo pa fouti lave kay tè. Plis pase 95% ladan yo manke moun e yo pat pase nan okèn politik ak ideyolojik. Lè yon moun gen Konviksyon politik ak Ideyologik li fè w Moun. Ce n’est pas sans raison par devant la face du monde, l’économiste LUIS ARCE veut continuer à diriger la Bolivie avec le CAPITAL de Marx sous ses bras.

      [1] https://rezonodwes.com/2020/11/08/bolivie-leconomiste-luis-arce-en-pretant-serment-comme-nouveau-president-critique-loea-pour-le-coup-detat-contre-evo-morales-en-novembre-2019/

  2. Quand on a vu le film sur Toussaint Louverture, nous pouvons comprendre ce qu’a écrit Franck Etienne.
    Franck saches que les représentants de l’impérialisme sont nos ennemis jurés. Si n voye yo anle Nou pap atrape yo.
    Pleins feux sur eux

  3. Donald Trump ne se fiche même pas de ce qu’ecrit Frank E. Il est un nomade/animal privilegié qui agit par instinct et sur l’arrogance de sa peau rose que l’on definit conventionelement avec érreur , blanche. Un intelléctuel humaniste peut comprendre bien ce que Frank veut transcrire avec sa plume d’ecrivain, mais pas un idiot comme Trump. En fait Frank aurait été mieux compris s’il avait addréssé ces lignes aux malfaiteurs de la fonction publique de son pays cheri. Jovenel, Martelly, Evans Paul, Lamothe, Latortue et autres les senateurs, les deputés, Aristide, les leaders corrompus et les politiciens malades , les chefs de gangs, la police, les minitres, voila les personnes aux quelles Frank Etienne aurait dû envoyer son épître poétique.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.