Marc-Ansy Laguerre, un Fulbrighter exemplaire !

0
822

Plongé dans une longue aventure de recherches approfondies sur les solutions parasismiques, le jeune ingénieur Marc-Ansy Laguerre, ancien diplômé de la Faculté des Sciences de l’UEH, s’inscrit dans une dynamique de « guerre des talents » au plus haut niveau en poursuivant son doctorat à Rice University. Parallèlement, le passionné des mathématiques se raffole dans une émission éducative diffusée sur Facebook et sur YouTube où il sensibilise la société sur les enjeux du risque parasismique. 

ORIENTATION/REZONODWES a eu le privilège de rencontrer ce boursier du programme d’excellence Fulbright qui nous gratifie de son parcours académique envieux, mais aussi encensé d’émotions mitigées de bonheur et de douleur.

Après avoir bouclé ses études classiques au Collège Frère Odile Joseph des Cayes en 2008, Marc-Ansy Laguerre a pris une année sabbatique, mais quand même en des préparations intensives pour aiguiser ses facultés cognitives, notamment dans les mathématiques, avant son entrée triomphale à l’université. Ainsi, en 2009, Marc a été admis à l’Université Quisqueya (UniQ) en génie électrique tout en ayant à l’esprit le projet de fouler la Faculté des Sciences (FDS) de l’Université d’Etat D’Haïti, l’année suivante. 

Quelques jours avant le concours à la FDS, sa mère était tombée malade et n’allait pas s’en sortir. Face à ce coup dur, beaucoup d’amis et des membres de la famille lui prodiguaient des conseils pour continuer à l’UniQ et ne laisser tomber son rêve d’étudier à la FDS. En dépit des tristes circonstances dues à la perte de sa maman, l’optimisme et la motivation amplifiés par la présence de son grand-frère à la FDS ont poussé Marc à se frotter les méninges dans les concours à l’alma mater du célèbre professeur Samuel Pierre. Il faut être animé d’un mental d’acier, Marc subissait les examens alors que sa mère était à la morgue. Qui pis est, le dernier jour du concours coïncidait avec la veillée mortuaire, programmée aux Cayes, à 150 km de Port-au-Prince dans une route souvent embouteillée pour la moindre peccadille. « Ce jour-là, je sortais de l’examen à toute vitesse en direction de Portail Léogâne pour prendre le bus vers le Sud. J’étais arrivé en retard à la veillée, mais cela en valait la peine car j’avais réussi le concours avec brio, dauphin du premier lauréat », a relaté le récipiendaire de la bourse Fulbright.

Laguerre est doté d’un mental de gladiateur

Hyper motivé dans cette nouvelle aventure académique, le séisme du 12 janvier 2010 allait malheureusement casser l’élan de Marc, notamment en y emportant son frère aîné, au sein même de l’édifice de la faculté effondré, qui rendait l’âme à l’Hôpital Général le lendemain de la catastrophe. Joseph Vladimir Laguerre était pourtant à sa dernière année, pour décrocher le titre d’ingénieur en Electromécanique. J’étais dévasté et je ne voulais plus revenir à la FDS, murmure Marc-Ansy qui a été impuissant aux douleurs de son frère décédé suite aux chocs subis par sa chute d’un étage au sol.

Mais, à la réouverture de l’agenda universitaire en juillet 2010, le père de Marc, Gélerme Laguerre, une grande figure académique et politique, l’avait persuadé que la meilleure option c’est de foncer dans la vie, et donc de continuer à la FDS. C’est ainsi que Marc-Ansy avait pu retrousser ses manches pour avancer avec ses études en génie civil, une option qu’il avait prise à titre de réponse psychologique à la catastrophe du 12 janvier 2010. « Winners Never Give-up ». Les perspectives professionnelles de Marc allaient aussi changer pour s’orienter dans la direction de contribuer à la mitigation du risque sismique en Haïti. Marc-Ansy avait bouclé ses études à la Faculté des Sciences (FDS) avec honneur, en 2014, dans le champ du génie civil qui constitue un prérequis à sa nouvelle vision orientée vers une approche de construction plus responsable.

En raison de ses performances académiques, à un âge précoce, dès la même année de l’accomplissement de son premier cycle, Marc avait été désigné professeur assistant dans la filière mécanique par la direction de la FDS. C’était avec la plus grande passion qu’il avait honoré ce contrat d’enseignement au cycle supérieur, à l’alma mater du lauréat Henrilio Julsain qui en avait connu la même récompense de se mettre à la disposition des jeunes cerveaux dans le besoin de formation et d’inspiration. Parallèlement à son engagement à l’université, Marc avait obtenu un poste de consultant au secteur Énergie à la Banque Interaméricaine de Développement (BID) où il a offert ses loyaux services de 2015 à 2016.

Ces riches expériences dans les secteur académique et professionnel, couplées de sa motivation farouche, ont facilité l’approbation de la candidature de Marc en 2017 à la bourse compétitive du gouvernement américain- Fulbright pour poursuivre un master en génie civil. Il en avait profité pour également défendre un certificat d’études avancées en politiques publiques et sociales de l’Amérique Latine, à la « University of Pittsburgh » aux Etats-Unis. Une expérience jouissive à Pittsburgh certes, mais aussi auréolée d’épines particulièrement à cause du choc culturel à surmonter sur divers aspects. Malgré les challenges, le jeune Marc a pu réussir en deux ans les 51 crédits de cours ; ce qui lui a donné droit à son diplôme de maîtrise.

On ne met pas de fin dans les belles aventures lorsqu’on y prend goût. A l’issue de son deuxième cycle, le passionné et assoiffé de connaissances dans le domaine de la construction avait postulé au programme de doctorat en génie civil à Rice University où sa demande a été approuvée par le comité de sélection. D’emblée, la nouvelle recrue à ce stade tertiaire détenait un agenda d’études ambitieux qui porte sur la réhabilitation parasismique des bâtiments en Haïti. Son projet met le focus sur l’analyse numérique des différentes méthodes de réhabilitation parasismique en vue de dégager de l’efficience et d’assurer la sécurité des vies via les constructions en béton armé. 

Une vision et des perspectives greffées sur l’altruisme intergénérationnel

« L’une de mes plus grandes sources de motivation, c’est mon souci d’être utile à la société. Ma réussite personnelle est importante pour moi et ma famille, mais ma contribution pour adresser les problèmes de la communauté l’est encore davantage. Je suis inconfortable quand mon travail n’est pas bénéfique aux autres. Je ne crois pas qu’une seule personne peut tout résoudre, mais elle peut faire une différence considérable. Je crois que je peux apporter mon petit grain de sel dans l’édification d’une meilleure société ; et cette attitude a toujours huilé les réflexions et les pensées qui m’animent ».

Ces propos judicieux tenus par Marc-Ansy se matérialisent déjà graduellement en des actions concrètes, à travers un esprit d’entraide et de partage dont il fait montre en insufflant à la  communauté les vertus des « Best Practice », à travers son show éducatif « Génie 360 »[1]  diffusé sur Facebook et sur Youtube. Cette plateforme vise à sensibiliser la société sur le risque sismique et à transmettre aux jeunes des notions mathématiques utiles à leur cheminement académique. Dans le long terme, le brillant ingénieur envisage d’élargir cette plateforme sur de nombreuses autres thématiques. C’est entre autres sa façon à lui, dans ses limites spatio-temporelles où il honore ses engagements d’études doctorales, de contribuer à rendre l’éducation plus accessible aux Haïtiens.  

La vision de cet esprit dynamique porte sur la découverte des possibilités de mitigation du risque sismique en Haïti à travers l’instruction. L’ingénieur Laguerre envisage ainsi de dispenser des cours au niveau universitaire, offrir des conférences et des séminaires virtuel et sur campus, sur la conception et le dimensionnement parasismique. Marc est aussi impatient de pratiquer le métier d’ingénieur de structures tout en proposant ses services de consultations à des firmes de construction. 

Une éducation quantitative et qualitative, la porte de salut pour Haïti, selon Marc-Ansy

« Ma proposition, pour l’exprimer simplement, c’est de travailler à la création d’une masse critique de gens instruits et mieux instruits au profit du pays. Cela nous permettra d’être mieux armés pour répondre aux défis auxquels Haïti fait face, parce que sans une bonne éducation de base, les Haïtiens ne pourront pas considérablement contribuer au développement du pays », soutient Marc-Ansy.

Marc plaide ainsi pour une vulgarisation de la formation à tous les niveaux, à un coût réduit, afin de disposer d’une quantité considérable de gens formés à la lumière du standard international. Par ces temps de Covid, qui exigent la distanciation et de nouvelles pratiques d’apprentissage, l’Etat Haïtien pourrait par exemple financer un projet d’enseignement en ligne capable de couvrir tous les cours classiques. Une fois cette plateforme mise en place, les élèves devraient s’y abonner pour prendre des cours et subir les examens obligatoires suivant des calendriers à planifier dans une approche participative. L’importance de ladite plateforme, c’est qu’elle serait gratuite, et que tous les gens à faibles moyens pourraient simplement se munir d’un smartphone et de l’Internet pour y accéder. Cela permettra aussi à l’Etat Haïtien d’avoir un meilleur contrôle sur les curricula et sur la performance des élèves tout au long de leur parcours académique. De surcroit, les écoles privées pourront toujours aider les élèves à mieux assimiler les cours en les encadrant dans la préparation de leurs examens.

Le défi de la qualité des professeurs est aussi fondamental. A ce stade, Marc-Ansy suggère une stratégie basée sur des incitations pour attirer les meilleurs étudiants dans le secteur de l’enseignement tout en leur fournissant des bourses d’études et d’autres avantages.

Plusieurs pays de l’Amérique Latine, incluant le Chili  à travers la « Beca Vocacion de Profesores », ont pu rehausser leur niveau d’éducation, selon Marc-Ansy. Haïti pourrait emboîter le pas à de telles politiques. La rémunération des professeurs doit envoyer également des signaux d’attraction vers ce secteur traité en parent pauvre depuis trop longtemps.

En canalisant les meilleures têtes vers l’enseignement, le virage vers la qualité tant souhaité répondrait automatiquement au rendez-vous. En même temps, ce corps de métier noble de par sa nature et sa mission, deviendrait par la même occasion, plus prestigieux. La fuite qualitative de cerveaux résultant du découragement de la force de travail haïtienne en hibernation connaîtrait dans une certaine mesure, une diminution. Car en effet, les statistiques et les anecdotes ont confirmé qu’ils sont nombreux au cours des dernières années, les enseignants, professionnels et étudiants de différents niveaux à laisser le pays vers l’illusion d’un bien-être hypothétique en Amérique Latine.

Quand les meilleurs cadres perçoivent un salaire satisfaisant et que leurs métiers sont respectés et prestigieux, ils seront plus motivés à rester dans le pays. Si cette stratégie est implémentée, maintenue et soutenue par les institutions concernées, plus d’Haïtiens recevront une formation de meilleure qualité ; ce qui leur garantira des outils plus efficaces pour répondre aux défis de la vie.

A la lumière des paradigmes du développement, en ligne avec les réflexions de Marc-Ansy, cette étape primordiale consistant à miser sur une éducation de qualité et adaptée, est fondamentale pour tout pays qui vise d’emprunter les sentiers du développement soutenable.

Inspiré par les réalisations et les pensées paternelles pour foncer sur la route de la réussite, Marc-Ansy s’imprègne aussi des œuvres magistrales d’Isaac Newton, de Reginald Desroches (Professeur à Rice University), d’Edgar Etienne (Professeur à FDS) et de Patrick Paultre pour cheminer avec confiance sur la route de ses rêves. Marc est un fouineur des recherches et publications portant sur la construction moderne. Pierino Lestuzzi, Marc Badoux, Anil K. Chopra et Elizabeth Abbott comptent parmi les auteurs qui inspirent ce jeune ingénieur qui se délecte à ses temps perdus, de la musique rasin et du rap américain et haïtien.

Les risques sismiques continuent de nous chatouiller et de nous rendre insomniaques par moment. Dans les champs de la construction et de l’urbanisation, des défis de taille nous guettent. Pour y faire face, il nous faut de la matière grise appropriée, comme pour toutes les autres disciplines. Dans ce domaine de construction parasismique, les ressources humaines se font extrêmement rares, alors que les investigations révèlent des failles sismiques sur les départements de l’Ouest et du Nord, susceptibles de nous balancer vers un chaos similaire à celui de 2010 si des mesures judicieuses ne sont pas prises.

Marc-Ansy y a compris l’intérêt en se jetant dans l’arène internationale pour se munir des méthodes de construction parasismiques modernes. Pendant qu’il poursuit son programme de doctorat, il s’implique déjà socialement en partageant des informations clés sur les réseaux sociaux. Puisse la société y voit l’intérêt de lui donner encore plus de fougue dans son parcours académique et sa motivation de servir la collectivité. 

Un diamant brut se raffine ; une graine très prometteuse est semée; elle est déjà à une phase de germination mature pour y apporter des solutions durables par les effets multiplicateurs qu’elle pourrait insuffler au système. Nous faisons le vœu que notre Haïti comprenne la nécessité d’encadrer de tels esprits et de les « fédérer » pour en constituer une masse de savoirs solides à mettre à la disposition de la stabilité, la sécurité et le développement du pays. Tel est le genre d’initiative à entreprendre par les gouvernements en vue de changer le tableau.

Marc-Ansy, continue d’embaumer la toile et les sols académiques que tu foules par ta science et ta conscience de citoyen. Haïti en a besoin ; la jeunesse est assoiffée de modèles de ta trempe. Il viendra aussi, dans pas trop longtemps, le règne de l’épistémophilie et de la gouvernance avisée où l’éminence, la magnificence et l’excellence seront sollicitées et honorées comme il se doit.

Carly Dollin

carlydollin@gmail.com 


[1] httphttps://www.youtube.com/watch?v=XLc1-AnwDa4&feature=share&fbclid=IwAR0lRGYKknQ2ubwV-q-QzDd9WQ0lJICIOJvQW5eWeyoHKnp0WjqnZr0SC8o

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.