Violences à Port-au-Prince – Où était passé Rockfeller Vincent samedi dernier, s’interroge Renand Hédouville de l’OPC

0
386

« La primauté du droit doit être notre boussole » écrit Renand Hédouville, sachant pertinemment bien que le pays est dirigé par un apprenti-dictateur friand de décrets et d’arrêtés en folie pour les besoins de ses partisans et protecteurs du régime.

Lundi 14 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–Le directeur de l’Office de Protection du Citoyen (OPC), Renan Hédouville, a exprimé lundi « sa plus vive préoccupation suite aux actes de violence enregistrés samedi dernier à Port-au-Prince« .

Hédouville qui a soumis récemment des propositions de réforme constitutionnelle jugées « inacceptables » à un régime autoritaire et un gouvernement illégitime arrivé en fin de mandat, a indiqué que « ces démonstrations violentes dans une société démocratique ont mis à nu Haïti« . Toutefois, il n’a pas souligné la rupture de l’ordre démocratique en Haïti depuis la caducité du parlement le 13 janvier dernier avec un président ayant concentré tous les pouvoirs pour diriger le pays par décrets et arrêtés en folie.

L’OPC qui s’interroge sur la présence du ministre de facto de la Justice, samedi dernier à Port-au-Prince, qui a attendu 48 heures pour refaire surface, a également condamné l’attitude du Commissaire du Gouvernement, qui, selon Hédouville, a fait preuve de « crétinisme » dans le traitement du dossier de l’assassinat du bâtonnier Dorval à Pèlerin 5.

Hédouville a rappelé qu' »aucune société ne peut se construire sur la violence« , laquelle résulte particulièrement des actes d’impunité bénis par le pouvoir en place.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.