La platitude intellectuelle au service de l’imposture officielle !

2
617

Nul besoin d’études scellées de complétude et de rectitude scientifique pour déceler dans la certitude absolue que la platitude a pris une amplitude macroscopique et une altitude atypique au cours de cette grossesse ectopique décennale de la république violée et martyrisée. Haïti évolue sous l’emprise d’une ère – de bêtise inédite assise à l’hypophyse des sphères stratégiques – imbibée de préjudices astronomiques subis par l’attitude intègre, la béatitude et les bonnes habitudes requises par les références sacrées.

Jeudi 13 aout 2020 ((rezonodwes.com))– L’analyse objective des multitudes de bévues – traîtrises et hantises présidentielles tempétueuses sous la passivité, l’hilarité et la permissivité de certaines têtes a priori bien faites – permet d’établir une servitude maladive et une hébétude indescriptible d’une poignée de figures défigurées pourvues d’une certaine science, mais dépourvue d’un minimum de conscience. Cette catégorie de sophistes aveuglés par le trône et le trésor facile versent avec opiniâtreté, comme des désespérés, dans la promptitude de respirer l’oxygène cancérigène de la bulle officielle criminogène quitte à ce qu’ils se rendent serviles, imbéciles, infertiles, fragiles, débiles et immobiles à travers l’Ile entière.

Mélange de myopie et de presbytie en des amalgames de mauvaises gammes et des acrobaties impies, cette palanquée de petits intellectuels (concept emprunté au philosophe Alain Dhainaut, dans « La Médiocratie ») de lignée damnée sont bornés dans la seule visée cancéreuse de remplir leurs poches et leurs sacoches dans l’atrocité et la précocité via des négoces féroces. Sans méditer sur les vicissitudes, les inquiétudes et les turpitudes résultant des effets karmiques de l’aventure terrestre estampée de la loi du talion, ces experts extravertis dans la bassesse concupiscible prostituent leur faculté cognitive et accélèrent sans gêne, avec une vélocité effrénée, dans la direction de la géhenne.

Thèse récurrente irréfutable, l’insomnie, la schizophrénie, l’atonie et l’agonie qui vont avec la richesse déloyale générée dans l’infamie et la boulimie produisent des tumeurs incurables. Fort souvent, les millions engrangés illicitement dans la jungle cinglée de serpents, caméléons, lions et scorpions ne sont jamais en mesure de compenser les douleurs de la chimiothérapie insupportable.

Qu’il soit à l’étalon du noumène ou du phénomène, à travers le prisme de la logique transcendantale d’Emmanuel Kant, ces brasseurs au service d’énergumènes d’espèce rare nous amènent à développer de nouveaux sens de créativité et d’innovation pour les étiqueter avec difficulté dans la taxonomie d’hominidé approprié. La tâche est rude !

En dépit de son matelas full-orthopédique, la sérénité procurée par le sommeil disparait dans la vie du flatteur et du dilapidateur, par peur ou par autocensure. Que valent définitivement les tables garnies, les villas auréolées d’or et de diamant, les véhicules de luxe, les billets rouges et les billets verts quand l’appétit, la liberté, les plaisirs épicuriens et naturels ne se mêlent plus de la partie ?

A la fin des fins, que sert-il à des hommes et des femmes indignes qui se sont enrichis dans une insigne cupidité et des consignes de criminalité lorsqu’ils rechignent à jouir du bonheur naturel de la vie ? Leçons apprises, les péripéties et les épilepsies découlées des crises paranoïaques encaissées par des capitaines maniaques et insomniaques épinglés dans les crimes financiers tragiques inviteraient plutôt à s’accrocher aux richesses intrinsèques même au prix du vrai faux-semblant de confort économique et social.

Des brasseurs politiques notoires, sans mémoire, de gloire évaporatoire!

En 2014, des ministres entêtés ne ménageaient pas les camouflages, les cafouillages, voyages et pèlerinages de verbiages de dédouanages dans les médias pour tenter de nettoyer les scories et les inepties d’un président impulsif et impudique qui créait des centaines de milliers d’emplois dans l’imaginaire. En 2015, tel premier ministre – sempiternel militant, sans papier approprié, coéquipier impromptu des héritiers de la bande dévergondée et factice allié d’un certain Bouclier – s’érigeait en marchepied et en pompier ambulant déambulant avec des bokit d’eau sur la tête pour expier les feux de discorde et de confusion embrasés par le bombardier et pyromane de la Maison Blanche intoxiquée, saoulée et craquée.

De tels fusibles risibles et vidangeurs tapageurs nageaient tous dans un océan cyclonique, toxique et traumatique à contre-courant de la probité, la sérénité, la dignité et la « mounité » pour se crucifier à la mémoire de l’encrier barbouillé de tâches calligraphiques indélébiles de tristes célébrités.

Sans mémoire, sans conscience, sans crainte et sans respect envers Socrate, Toussaint, Dessalines, Descartes, Sénèque, Pythagore, Leonard de Vinci, Pascal, Tocqueville, Aristote, Emmanuel Kant et Montesquieu qu’il côtoie de par sa formation académique très avancée ; aujourd’hui, un petit jeune ministre thuriféraire fonce tête baissée sur le sentier de l’autodestruction pour applaudir énergiquement les interventions abracadabrantes d’un président rancunier et apprenti dictateur qui planifie de tout rafler aux prochaines élections dans lesquelles sa famille politique épinglée d’une foultitude de délits n’est même pas éligible. « A qui veut l’entendre, personne ne peut nous vaincre dans les prochaines élections », le magister dixit ! Comme un Pharaon macaron, l’ingénieur en plantation de bananes pourries est à l’écoute active du jeune médiateur Joseph pour lui interpréter les songes démagogiques de Dermalog des cinq prochaines années de « vaches grasses » du PHTK lors des élections frauduleuses à manipuler dans une technologie piratée avant la lettre.

Oui, il faudra faire durer le plaisir paradisiaque de la famine, l’insécurité, la médiocrité, la méfiance, le désespoir, le mensonge, l’indécence, l’incompétence, l’usurpation et l’imposture jusqu’à l’éternité. N’est-ce pas que les Haïtiens sont des masochistes !

L’OEA et le Core-Group, en bons boucaniers et flibustiers, dégringolent de leur piédestal soi-disant objectif et démocratique pour s’aligner aux côtés des grands dépensiers, des mauvais argentiers et porteurs imposteurs des dossiers stratégiques de la république. Dans la foulée, les ressources naturelles de la Cité gouvernée dans la risée, l’opacité et l’incapacité sont hypothéquées et détournées.

S’il faut vraiment que la bêtise récidive pour badiner avec l’avenir des enfants, le devenir des jeunes, la sécurité, la paix, la justice, la santé et l’éducation, il faudrait décidément déduire que les Haïtiens tant au bercail que dans la diaspora seraient réduits à plus de 15 millions de kokorat, inoffensifs et résignés en attente de la dernière destination du périple terrestre, les six pieds sous le sol, dans la lâcheté et l’indignité. En hommage déshonorable à de tels défunts de fin indigne, d’aucuns auraient raison de graver en lettres gothiques : « Ci-gît, la génération de la honte » !

Haïti, sous la dictature d’un petit faux dieu en deux personnes : Jovenel et Moïse

N’est-ce pas que l’expert avéré en plantation de bananes avariées nous rappelle les avancées lucifériennes obsédées, insensées, aliénées, déhanchées et désaxées sous l’égide du détraqué Adolph Hitler qui se prenait pour un dieu? Actuellement, Haïti évoluerait aussi sous la bénédiction maudite d’un seul petit faux dieu, opérant en deux personnes : Jovenel et Moïse. Une batterie d’intellectuels mosaïques, perfides et pharisaïques – détenteurs de maîtrise et doctorat, in concreto comme in abstracto en Europe, en Amérique,… – montent au créneau pour mettre de l’eau au moulin des capitaines de la manipulation perverse au gouvernail de ce régime de l’abîme qui jurent de détenir ce pouvoir de perturbation et de dilapidation pendant cinquante ans.

La machine Dermalog à leur disposition ; la flatterie altière « votre majesté » à leur chevet ; les gouverneurs, ministres et directeurs généraux fidèles aux serments d’allégeance à leur désirs débiles vécus comme des ordres – la manette de pouvoir gracier des criminels sous leurs mains souillées pour renforcer les familles et alliés de Barbecue, Arnel, Tije, gwoje, Nenkankan, Bout-Janjan, Odma, Krisla, Kilikou, Gwovan, Ti-Lapli, Izo, Marozo et tous les chefs Lanmò en mission diabolique « Manyen Youn, Manyen Tout » – ces extraterrestres politiques n’ont rien foutu. Sinon duper toute une population dans des farces effrontées, des crimes spectaculaires, des contrats de surfacturation et de pluri-facturation.

Sous  une avalanche de menace, audace, ténacité et voracité, ces coriaces croient dur comme fer que l’indécence devra régner ad vitam aeternam sur cette surface que les ancêtres leur ont léguée comme héritage, dans l’exclusivité. Les 11.5 millions restant étant des insignifiants, des marginaux, des rejetons et des kokorat à déshumaniser et à qui les lézards et les caméléons politiques peuvent faire avaler des anacondas.

Seul maître à penser dans la jungle, le roi de la Maison blanche badigeonnée d’imposture et d’usurpation aurait imposé au premier ministre, aux ministres et directeurs généraux de facto, champions de la platitude arrogante, d’ingurgiter leur sens critique et l’esprit de discernement qui devaient pourtant guider leurs actions. « Si j’ose rentrer au bureau présidentiel teinté d’imposture et d’inculture, avec confiance, la tête altière et pleine d’idées, je ne saurais y sortir que tête baissée, dans la lordose, la scoliose et la cyphose, avec les idées novatrices et innovatrices du génie de la caravane opaque du pillage et du gaspillage. Sinon, je risque la décapitation ». Suivez mon regard avec les indignes Joseph placés aux axes de la diplomatie avilie et de la primature en pourriture. Coup dur pour la jeunesse, indignation pour la science et la conscience !

Je vous le dis en vérité, il existe une palanquée de mercenaires multimillionnaires de la dernière décennie dont la réflexion est biaisée par l’amphibolie et la respiration bouchée par des embolies pulmonaires, en raison de leurs déraisons dans le trésor public.

A peine s’ils peuvent déguster dans la cage blindée au Sylvio Cator, les gestes artistiques d’un Wilde-Donald Guerrier, une Corventina, une Nérilia ou un Duckens Nazon. N’en parlons même pas des stades ultramodernes envahis et détruits par les cabris, les cochons, les bœufs et les chevaux que les esprits prodigieux ont construits dans une opacité lampadaire sur les monts d’Olivier.

Cauchemardesque ! Au moindre coup de canon lors du déroulement d’une œuvre hollywoodienne à leurs salons, ces officiels démentiels qui ne peuvent se rendre aux toilettes sans une batterie d’agents de sécurité, crient souvent au secours ! Délires, fantasmes, hallucinations, le paysage politique et économique se métamorphose au cours de la dernière décennie d’une petrophilie rouge à une petrophobie bleue. « Sa ou renmen, se li ki touye w » !

Pendant la saison de lassitude du Petrochallenge, les adeptes et capitaines de liaison de la filiation infecte du PHTK sortent en des péroraisons tonitruantes, des oraisons de foutaise de déraisons de la population dans l’optique de blanchir les salissants et les assaillants des fonds publics pour ainsi éviter leurs pendaisons et protéger leurs maisons mal acquises.

Peuple, protégez votre drapeau, faites des faisceaux, plantez des poteaux, montez vos chevaux de vigilance, élevez vos linteaux, prenez vos ciseaux et vos couteaux pour couper les mauvaises herbes. Et, laissez rentrer désormais dans les postes clés de la cité, la probité, la dignité, la sérénité, la vitalité, la vérité et la mounité.

Ainsi, vous  prendrez rendez-vous avec la sécurité, la beauté, la santé, la stabilité et la fraternité, dans la félicité.

Carly Dollin

carlydollin@gmail.com 

2 COMMENTS

  1. Depim konnen mwen ap pale francais, map ecrit francais, map fait lecture en francais, mwen poko janm lu yon atik ki voyem nan dictionè kon atik ca. Atik oan dekourage m lu li si telman, mwen oglige kitel. Mwen paka fini fait lecture ca

  2. J.J
    Gen de lè, ap gen ti soti de simplicite a.
    Men mwen renmen simplicite tou.

    Men, atik sa gen bon jan ti jevrin wi.
    Mwen tap sijere ou kontinye fe sakrifis li l.
    Au final, vous en trouverez quelque chose, de mon point de vue.

    Kenbe fem.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.