Alors qu’Haïti se prépare à faire face à la pandémie de COVID-19, l’eau, l’assainissement et l’hygiène sont plus importants que jamais

0
202

Vendredi 5 juin 2020 ((rezonodwes.com))– Au cours des 10 années qui ont suivi le tremblement de terre dévastateur qui a frappé Haïti, le pays a lutté contre une épidémie de choléra, qui est maintenant sous contrôle, sans cas confirmé depuis janvier 2019. Avec le début de la propagation du coronavirus (COVID-19), Haïti se prépare maintenant à faire face à une nouvelle pandémie.  

Le premier cas de COVID-19 en Haïti a été confirmé le 19 mars incitant le gouvernement à déclarer l’état d’urgence. Deux mois plus tard, la propagation n’en est qu’à ses débuts comparée à d’autres pays avec un nombre de cas confirmés supérieur à 1 000. Cependant, avec un système de santé déjà fragile et des millions de personnes sans accès à l’eau potable, des mesures urgentes, réalisées en étroite collaboration avec le secteur de la santé, sont plus que jamais nécessaires pour renforcer l’accès aux services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (EAH) afin de prévenir la propagation.

Image

En termes d’infrastructures en eau et assainissement, Haïti est le pays le plus défavorisé des Amériques.  La situation en Haïti s’est considérablement aggravée après le tremblement de terre de 2010 qui a détruit une grande partie des infrastructures existantes. Entre 1990 et 2015, le pourcentage de la population ayant accès à l’eau potable a diminué de 62 % à 52 %.  Aujourd’hui, plus de la moitié de la population rurale du pays n’a toujours pas accès à l’eau potable, tandis qu’environ un tiers seulement des Haïtiens a accès à un système d’assainissement basique. Puisque le lavage des mains avec du savon est l’un des gestes barrières les plus efficaces contre la propagation du nouveau virus, EAH est amené à jouer un rôle essentiel.

Alors que COVID-19 commençait à se propager à travers le monde, l’équipe eau de la Banque mondiale en Haïti a aidé la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (DINEPA) d’Haïti à élaborer des mesures de prévention dès le 3 mars. Les Offices régionaux de l’eau potable et de l’assainissement (OREPA), dans le cadre du Projet d’eau potable et assainissement rural durable (EPARD) financé par la Banque mondiale, ont lancé une vaste campagne de sensibilisation du public, ont amélioré les dispositifs de lavage des mains et ont favorisé l’acheminement d’eau par camions-citernes vers les zones mal desservies. La campagne vise à promouvoir de bonnes habitudes de lavage des mains, d’hygiène, de distanciation physique et d’utilisation de masques à l’aide d’affiches, de vidéos, de messages transmis sur les médias sociaux, d’annonces radio et d’enregistrements diffusés depuis des voitures et motos.

Image

Veuillez trouver certains des supports de communication ci-dessous.

Le 25 mars, le projet a financé, en collaboration avec l’UNICEF, l’installation de 390 dispositifs de lavage des mains dans des endroits critiques, notamment des marchés, des orphelinats, des prisons et des centres de soins de santé. Des travaux sont en cours pour améliorer l’accès à l’eau, à l’assainissement et aux installations sanitaires pour les femmes, les enfants et les populations vulnérables dans trois communes pauvres, Terre-Neuve, Anse Rouge et Lascahobas. Plus de 68 000 personnes auront ainsi accès à des installations sanitaires, tandis que 9 250 personnes bénéficieront d’un accès à l’eau potable grâce à l’amélioration des infrastructures.

Image

Trop souvent en Haïti, les services EAH font défaut, parfois même dans les endroits où les gens se rendent pour suivre un traitement médical. Par conséquent, du savon, du matériel désinfectant et des masques faciaux ont été distribués aux travailleurs de première ligne à travers le pays. Entre-temps, la construction et la rénovation de la structure EAH dans les centres de santé, le centre de dépistage COVID-19 près de la frontière avec la République dominicaine, et les zones de traitement représentent une priorité, axées autour de 30 centres de santé, 10 hôpitaux et deux laboratoires. Dans les régions les plus durement touchées par la pandémie, quatre équipes supplémentaires d’intervention rapide sont mobilisées pour assurer le dépistage des contacts et mettre en place des campagnes de sensibilisation accrues.

Image

 Le 2 avril, la Banque mondiale a approuvé un don de 20 millions de dollars pour soutenir la réponse d’Haïti face à COVID-19 qui vise à limiter la propagation du virus grâce à la détection et à la lutte  contre les maladies infectieuses dans les établissements de soins de santé, en renforçant les capacités d’analyse de laboratoires et la prise en charge des patients.

A l’avenir, il est important de non seulement aider le pays à faire face à la situation actuelle, mais également de bâtir les fondements pour un meilleur accès aux services EAH. Pour soutenir la collecte de données en cours sur les services EAH et les emplacements des dispositifs de lavage des mains à travers Haïti, une base de données commune a été créée en étroite collaboration avec la DINEPA et les OREPA.

Les défis et l’urgence liés  à COVID-19 ont obligé les secteurs de la santé et de l’eau à une collaboration plus étroite que jamais pour remettre à niveau les installations d’eau et d’assainissement du pays. L’espoir est que cette initiative aide à contenir la pandémie ainsi qu’à améliorer la santé et les conditions de vie des Haïtiens à l’avenir.

Image

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.