Insécurité, Instabilité Politique et Marronnage Scolaire en Haiti

2
348

Par Rhodner J. Orisma

Jeudi 12 décembre 2019 ((rezonodwes.com))– Le président Jovenel Moise, le gouvernement, le pouvoir ou l’Etat a échoué. Voila pourquoi: depuis 1990 ou après la Guerre Froide, la théorie de State Failure ou Échec de l’Etat  est développée. Cette théorie se concentre sur la sécurité et le contrôle du  territoire pour indiquer que l’Etat doit avoir le contrôle de son territoire.

Ainsi, la théorie considère que la sécurité est le premier bien public que l’Etat doit produire.  Sans ce dernier, le pays ne pourra pas en mesure de produire les autres biens incluant participation politique, soins de santé, éducation, etc. (Robert Rotberg, 2004, in Johanna Moritz, 2013). Dans ce contexte, nous avons remarqué que depuis juillet 2018 et même avant, avec les scènes de manifestation politique, de violence des rues,  du banditisme, la production économique du pays a baissé. 

Le PIB du pays est passé de 2012 à 2019 de 4.1 à moins de 2.0%. Les services publics et privés fonctionnent dans une atmosphère violente. Les problèmes de Martissant (Port-au-Prince, Carrefour) et de Papaille (Ganthier) ont par exemple perturbé l’accès vers le Sud, le Sud-Est, les Nippes et la Grande-Anse, et perturbé également l’accès Est vers Malpasse et la République Dominicaine. 

Au moment ou l’on rédige le présent texte  (11 décembre 2019),  quatre (4) des six (6) principales voies de sorties ou d’entrée Nord du Centre-Ville sont bloquées par des dissidents politiques pour certains et par des bandits pour d’autres. A l’exception de celles de Nazon et Delmas 32, ces voies sont  par exemple La Saline, Grand-Rue, Delmas 2, et Sans Fil ou Delmas 18! Des entreprises privées sont incendiées. D’autres n’ont pas pu même voir le jour à cause de ce climat.

Regardant cette situation, une psychose de peur s’installe à travers tout le pays. Des riverains ont du mal à se déplacer ou vaquer à leurs  occupations. Donc, ce qui pourrait occasionner la fermeture des entreprises sanitaires ou des hôpitaux dont Chancerelles, Bernard Mevs et Bonne Fin. Dans le même ordre d’idée, mentionnons que les écoles classiques et les universités sont déjà fermées depuis octobre 2019.

Bien entendu, il y a une tentative de réouverture des écoles classiques  depuis fin novembre. Mais, c’est une école marron, une réouverture marron. Les élèves ne vont à l’école qu’en civil pour ne pas être identifiés et ciblés. Les écoles également ne veulent pas être ciblés pour ne pas être attaquées à cause de leur réouverture clandestine!

Il est dans ce cas observée une réouverture « gagotte » ou irrégulière. Rien de conceptuel et de sérieux dans ce genre de marronnage. Certains enfants ou des élèves ont perdu le sens du conformisme puisqu’ils sont surpris ou forcés d’aller à l’école en couleur. Ils  arrivent aux cours en retard. Pas de blâmes ni sanctions prévues parce que nous vivons le temps de la grande dérive. Tout voum se do!

Rien n’est dirigé ou gouverné suivant des normes. L’intuition tient place de tout. Chak moun fè sa yo vle! Durkheim aurait parlé d’une société anomique Alors, répétons nous que le premier des biens publics comme la sécurité et le contrôle du territoire n’est pas assuré! C’est ainsi que s’est considéré l’Échec de l’Etat. Et lorsque des millions de voix disent au pouvoir de se retirer pour être remplacé par un autre qui répond aux aspirations immédiates et populaires c’est pour éviter de persister dans le mal.

Rhodner J. Orisma
Département de Philosophie et Science Politique
Ierah-Ueh

2 COMMENTS

  1. La chute de l’article laisse un gout âcre ! Parait-il, vous n’étiez pas dans le pays lors de la ruée vers l’or, en 2004 et 2006. Si oui, je doute fort, vous pourriez demander aussi facilement au président Jovenel Moise, « de se retirer pour être remplacé par un autre qui répond aux aspirations immédiates et populaires. » Depuis quand les pouvoirs avaient l’habitude de travailler pour les « analfabèt pa bèt » et les tèt kodèn (crédit à Jovenel). En attendant de répondre, c’est dommage comme les marasa Aristide/Préval, l’ « ingénieur » Moise avait choisi de rester dans la voie du « shithole » et d’être utile à une partie de l’oligarchie. Sous Préval, l’analyste politique/phtkiste Stanley LUCAS parlait plutôt du “groupe de Bourdon.” Appelez-le comme vous voulez, un Privert II ou une « transition de rupture » n’est pas à l’ordre du jour.

    D’aucun pensent, Passerelle, Touterelle, Michel, Nenel et Verelle, peuvent se mettre ensemble comme en 1990 avec un nouveau messie mort-né, de gagner les élections et de remplacer le système apartheid et antinational. Assurément, ce qui allait faire rire Me Newton Louis saint-Juste… Il est impossible de trouver un pays qui avait produit du NEUF avec les mêmes kòkras, payas et domestiques.

    • Votre position est malsaine car elle cautionne le crime présent sous prétexte que le crime a toujours existé! C’est pas parce que ses prédécesseurs furent des salauds lavalassiens qu’on doit garder Jovenel qui lui, devient tolérable, malgré ses crimes actuels! Finalement vous n’avez aucune logique sinon votre obsession de lavalasse!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.