Élections – La Dominique : en quête d’un 4e mandat, le 1er ministre n’accepte pas de mission d’observation de l’OEA

0
216

Samedi 23 novembre 2019 ((rezonodwes.com))– Le gouvernement de La Dominique a annoncé vendredi que suite à l’ingérence du Secrétaire général de l’OEA, quelques jours auparavant, dans les affaires internes de l’île, il n’acceptera pas de mission d’observation des élections de l’OEA.

Par contre, la ministre des Affaires étrangères, Francine Baron a indiqué avoir invité la CARICOM, les Nations Unies et d’autres organismes multilatéraux à observer ces élections.

« Nous avons nos réserves concernant la participation de l’OEA aux récents processus électoraux dans la région », a déclaré la ministre, au cours de la session extraordinaire avec tous les membres du conseil de l’OEA à Washington, DC.

Elle a également expliqué en détail le système électoral sophistiqué et le système d’inscription des électeurs devant garantir la sécurité des résultats après la journée du scrutin du 6 décembre prochain.

Cette réunion faisait suite aux commentaires faits mardi par le chef de l’Organisation des États américains, Luis Almagro, sur les manifestations qui ont eu lieu contre le gouvernement la veille au soir, soutenant l’opposition pour réclamer une réforme électorale avant les prochaines élections.

L’ancienne colonie française et britannique d’environ 75 000 habitants tient de nouvelles élections le 6 décembre. Cependant, le Parti des travailleurs unis de l’opposition a poussé le parti au pouvoir à adopter des réformes pour obtenir un meilleur avantage électoral.

Lundi soir, plus de 200 manifestants se sont affrontés lorsque l’opposition a tenté de se rendre au domicile du président Charles Savarin pour demander des réformes.

Selon de nouvelles informations, les forces de sécurité auraient érigé des barricades à Roseau alors que les manifestants réclamaient la mise en œuvre de réformes électorales, dictées par l’Organisation des États américains lors d’une réunion en août.

Le Premier ministre Roosevelt Skerrit, briguant un 4e mandat de 5 ans, s’est depuis adressé à la petite nation insulaire des Caraïbes pour condamner « l’intrusion de la violence dans la campagne électorale », soulignant que les contestataires ne manifestaient pas à cause de la réforme électorale, comme l’avaient annoncé les médias occidentaux.

Le Premier ministre a également déclaré que les prochaines élections seraient régies par le même processus que toutes les élections, soulignant le fait que son opposition avait été soumise au même système lors des dernières élections.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.