Kri Fanm Ayiti condamne le viol collectif survenu aux Gonaïves

1
156

Communiqué de presse

Mardi 19 novembre 2019 ((rezonodwes.com))– L’organisation Kri Fanm Ayiti (KRIFA), indignée, condamne avec la dernière rigueur le viol collectif survenu dans la nuit du 7 au 8 novembre 2019 sur les femmes dans la prison civile des Gonaïves. 

Les différents rapports font état de femmes violées douze fois pendant cette soirée. KRIFA se demande donc où se trouvaient les gardes de la prison au moment de ce viol. Comment les prisonniers ont-ils pu violer autant de fois et pendant tout ce temps ces femmes à l’intérieur de la prison? KRIFA profite pour dénoncer le nombre insuffisant d’agents dans les prisons haïtiennes au mépris des standards internationaux.

Cet incident odieux qui est la preuve de l’irresponsabilité de l’État Haïtien dans la prise en charge des personnes placées sous la main de la justice devrait soulever l’indignation et la colère de tous, car il est la conséquence du non respect des obligations de l’État en matière de protection des Droits Humains. L’ensemble des règles minima pour le traitement des détenus exigent que les détenus soient séparés. Si les prisonniers détenus étaient répartis dans des centres carcéraux distincts en fonction de leur sexe, une telle bavure ne se serait jamais produite.

Ainsi, KRIFA recommande :- Une prise en charge médicale et psychologique de ces femmes sur une longue durée ;- L’augmentation du nombre de gardes dans les prisons ;- Une prise de dispositions pour placer les détenus dans des prisons distinctes en fonction de leur sexe ; – La tenue d’une enquête indépendante en vue d’éclaircir les circonstances de la perpétration de cet acte abominable et de fixer les responsabilités afin de pouvoir punir les coupables.

En ce sens, KRIFA invite les parents des victimes à porter plainte afin d’engager la responsabilité de l’État.

KRIFA renouvelle son engagement à défendre la cause des femmes et des filles et exhorte le Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance des Gonaïves à mettre l’action publique en mouvement contre les complices, auteurs et co-auteurs de cet acte de barbarie.

Fait à Carrefour, le 17 novembre 2019

Guerlyne RESIDOR
Coordonnatrice générale
+509 29450040/ 36161434
krifanmayiti@gmail.com

1 COMMENT

  1. A ce stade des debats je suppose qu’il aurait mieux fallu que nous restames esclaves. Je suis persuadee que les haitiens etaient mieux traites qu’aijourhui. Au moins les esclavagistes travaillaient et ne volaient pas! Nous sommes une honte humaine. Ca I’ll faut l’avouer. Et je vous assure que les blancs me viendront pas a la rescousse. Nous Sommes foutus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.