Lancement du concert Papèj, en dehors d’un solfège harmonieux, un véritable sacrilège !

0
173

Vendredi 8 novembre 2019 ((rezonodwes.com))– Les ultimes stratagèmes de diversion et les manœuvres de tergiversations de la présidence, faisant des excès de privilèges dans des cortèges officiels, nourrissent des distractions et de digressions par rapport au sujet unanime de la demande de démission du locataire incapable de la Maison Blanche.

Plus de deux ans dans l’arrogance, dans un égoïsme effréné, dans la surdité, le mutisme, l’insensibilité et l’insouciance face à la misère aiguë de la population, l’ingénieur usurpé à la Maison Blanche devient subitement un amoureux du peuple, des sans voix, de la jeunesse, des ouvriers et des ouvrières, ironisés dans un premier temps dans des promesses creuses ou des augmentations du salaire minimum ajustée par trois misérables adokens.

Tous les coups sont bons pour défendre quelques bouffées d’oxygènes supplémentaires dans cette arène surchauffée animée dans des concerts, des symphonies, des refrains en ténor, alto, basse et soprano « Kote Kob Petrocarbe a ? ».

D’un coup, l’ingénieur intègre dans ses derniers projets bluffeurs les éternels oubliés dans les politiques publiques. Il s’attaque incessamment à ses anciens patrons, les véritables faiseurs de présidents qui lui fournissaient, au cours de sa période électorale, des sacs de riz, de l’eau, des salamis, de l’huile pour jovenéliser la population dans des gestes de charités factices, agrémentés de quelques enveloppes de milles gourdes, en contrepartie de leurs votes.

Lâché dans la jungle politique qu’il a lui-même générée par son avidité, sa myopie, ses mensonges multicolores, ses promesses creuses, son amateurisme, son ingratitude et sa traîtrise, l’expert en plantation de bananes s’abat sur la naïveté de la jeunesse et des ouvriers. Trop tard, mon cher ! Cessez de prendre les enfants du Bon Dieu comme des canards sauvages.

Le faux garant de la bonne marche des institutions découvre soudain l’usage déloyal des fonds de l’ONA

Où était l’ancien président quand les prêts de copinages dorés, irréfléchis et injustes des dizaines de millions de dollars ont été alloués par l’ONA aux députés et aux sénateurs fougueux dans l’accumulation de l’argent facile ? Certains de ces prêts défient les réflexions du philosophe René Descartes dans son fameux « Discours de la Méthode ». Ces directeurs et ces techniciens de l’actuariat ont crucifié « la chose du monde la mieux partagée », le bon sens. Quelle serait la logique derrière des contrats de prêts octroyés à des racketteurs politiques déjà cinquantenaires ou sexagénaires, sur des échéances de remboursements s’étalant jusqu’ à quarante ou cinquante ans ? Il faudrait donc croire que les animaux politiques sont immortels.

Où était cet amour Agapè du président pour la jeunesse et le peuple quand il jouissait de la période de la lune de miel avec ces copains et ses maîtres dans la dilapidation des centaines de millions de dollars des fonds du Petrocaribe ? Les oreilles présidentielles étaient-elles remplies de cérumen quand les ouvriers lamentaient de la pitance d’ajustement de 15 gourdes du salaire minimum ?

Les gestions frauduleuses des organismes autonomes et déconcentrés dont le FDI, le FAES, le BMPAD, la BRH, l’APN, la CAS, n’ont jamais préoccupé cette présidence qui se perdait dans des initiatives personnelles pour bluffer dans un programme opaque de caravane de changement mal fagoté. N’était-ce pas l’idée que chaque « Bourik Brè » dans son pâturage. « Moi je fais mon beurre dans la Caravane ; messieurs les députés et sénateurs, occupez-vous des organismes autonomes ».

Alea Jacta Est !

Monsieur l’ancien président, l’échec et mat est imminent ; vous, votre femme, vos compères, vos commères et vos coéquipiers politiques, vous êtes trempés jusqu’au coup dans le corps du délit de la corruption et dans de graves crimes. Dermalog, Petrocaribe, dollar cinquante, mercenaires-snipers, génocides, bandits officiels, légaux, illégaux, vous êtes la plaque tournante des crimes de lèse-patrie, des gabegies financières, administratives et politiques perpétrés au pays, au cours de votre propre mandat.

A travers les relevés d’échantillon gastriques, urinaires, vos empreintes digitales puis des tests génétiques administrés avec des précisions chirurgicales par la Cour Supérieure des Comptes, tous les doutes de familiarité, de paternité et de consanguinité dans les forfaits et les malversations ont été dissipés. Il a été confirmé que vous faites partie des acteurs devant donner de la purée pour avoir gobé le pois du Petrocaribe. Voici le centre du débat, dans le contexte actuel du pays.

C’est faux ! Ce pouvoir démoniaque qui met des balles dans la tête de la population ne peut émaner de Dieu. On a plutôt constaté que les dieux sont tombés sur la tête, même dans les coins les plus reculés du pays. Les discours erronés dans des propagandes exposant les chantages et des canulars de bananes pourris, dans des données financières falsifiées dans des firmes opaques, soi-disant florissantes, doivent être jetés aux calendes grecques.

Il n’y a pas moyen, monsieur l’ancien président, de délier vos mains, vos pieds et vos longs doigts dans le piège judicieux tendu avec les fonds du Petrocaribe comme le véritable filet qui a permis de captiver les gros rats et les gros poissons entêtée dans des gourmandises et des enrichissements illicites à travers des fonds destinés à la collectivité.

Cette dernière carte de Papèj, sortie par vos stratèges est un ultime sortilège qui nourrit vos initiatives de procrastination pour allonger vos jours périlleux dans les cortèges et les privilèges officiels pendant que la population continue de végéter, vivoter et languir dans le désespoir et le désarroi.

Ne voyez-vous pas que vous êtes la crise et que par votre cœur d’acier, votre égo démesuré et votre insouciance, les portes de l’école sont verrouillées ; les entreprises font faillite ; les routes sont bloquées ; la vie est sans saveur. Vous êtes toujours dans les parages du Champs de Mars ? Mais, quelle indécence !

Carly Dollin
carlydollin@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.