Kokorat : Réponse à Gary Victor ou l’essence d’un mot! par Garaudy Laguerre

2
654

Mardi 17 septembre 2019 ((rezonodwes.com))– Il faut commencer par dire que ce terme Kokorate ne fait pas parti de mon vocabulaire car, ce terme a un caractère raciste et discriminatoire en Haiti, pour avoir toujours fait références à la populations noire, des individus noirs ou des groupes sociaux négroïdes!

En fait, à travers l’histoire, avant de détruire ou d’appauvrir un groupe social, une race ou un peuple, on commence toujours par l’animaliser, l’abêtiser afin de le discréditer et de lui enlever son humanité!

1- Avant d’apporter des éléments de réponses à la question de Gary: « Quelqu’un pourrait-il m’expliquer l’origine du kokoratisme haïtien qui est pour moi l’une des raisons principales de notre état. », il faut noter qu’il est reconnu que les supermarchés en Haiti, les banques en Haiti, le gros commerce, les chambres de commerces et les grosses entreprises sont tous gérés comme des boutiques. Ils ne tiennent en compte aucun projet national et n’y appliquent nullement une gestion moderne, voire une politique sociale et commerciale, en fonction des intérêts de la nation ou de la population.

Mais personne n’a jamais fait référence ou appliqué ce terme à ces groupes, comme étant des « Kokorate », même quand certains d’entre eux avaient adoptés la formule, pendant longtemps: « se lan labou an kòb lan ye! ». D’oú, à mon avis, le caractère discriminatoire du terme dans le vocable politico-culturel Haïtien.

Pour les besoins de ce texte, moi, j’utiliserai le terme imposteurs: ceux qui ne caractérisent, ni représentent les valeurs, l’image ou la direction que voudrait prendre la société dans son ensemble.

2- En général, la représentation d’un pays, sa superstructure, est contrôlée et dirigée par les élites économiques et politiques. Ces élites constituent ce qu’on appelle « l’establishment » et donnent le ton et la direction du Pays, et veille au bien être de la/de sa population! En Haiti, par contre, les élites économiques particulièrement, se distinguent, à bien des égards, de la population!

3- cette distinction fait que dans la compétition et la lutte, pour contrôler l’état et ses ressources, souvent au détriment de la population et de l’intérêt national, les élites économiques (les plus puissants) font alliances avec les plus mafieux et incompétents du secteur politique, ou en font leur promotion carrément, afin de mieux protéger leurs intérêts économique et mieux contrôler le secteur politique. Ils accomplissent ceci tout en assurant sa faillite et son discrédit, comme le « soit disant » représentant de la population qui lui ressemble.

– preuve par deux qu’ils ne peuvent rien diriger et méritent leur sort de pauvreté et de laissé pour contre!

On retrouve le même modèle et narratif contre les africains, sur le continent Africain.
Ici, – le conflit- du « pouvoir au plus capable ou au plus grand nombre » se joue, sur fond de guerre de basse intensité, contre le plus grand nombre.

À noter que les « Kokorate » imposteurs, en Haiti, sont toujours parmis le plus grand nombre et souvent, et au besoin, identifie toute une couche de la population!

Et ceux qui détiennent les reines de l’économie sont réputés les plus capables et même travailleurs « nèg yo travail »!

Justement, la mentalité et l’idéologie des élites, souvent épousés et reprises, par les classes moyennes pour se dissocier des masses populaires, qualifient certaines frange de la population noire de Kokorate. Ce qualificatif ne rejaillit pas sur la majorité d’entre eux, car ils sont pour la plus part, de couleur, de race, de « souche » et souvent de nationalité différente! Pire, suprématie blanche et sentiment anti-noir et anti Haitien obligent, même les noirs, parmi eux, usent de ce vocable de Kokorate!

Je suis certains qu’on peut trouver de « bons voleur » Haïtiens, come on en trouve en R.D., selon Gary, mais je doute fort que ce soient les alliés souhaités, par une élite qui ne s’identifie pas au peuple!

Aucun de l’élite Dominicaine, Américaine, Canadienne ou Russe se référerait à ses semblables comme des Kokorate!

Au Rwanda, en préambules au massacres, on traitait les victimes de cafards, on en a vu les conséquences!

Recommencent à La Saline et Carrefour-feuilles, les morts ont laissés les élites, et ceux de la communauté internationale, indifférentes, sauf ceux dans « l’opposition »!

Imaginez la même situation ou les victimes auraient été de la communauté Arabes, des étrangers ou un quartier huppé de Pétion-ville?

Quand on avait vu ce genre d’attitudes en Europe, c’était en période de guerre, au Kosovo, ou encore c’était contre les juifs et pendant une guerre mondiale! Aujourd’hui il est non seulement politiquement incorrect d’insulter les juifs de cette manière, mais on risquerait la prison, en Europe et aux USA!

En Haiti par contre, c’est un leader politique Haitien noir, qui a popularisé le terme. L’aliénation est presque totale!

S’il faut s’en tenir au terme imposteurs, il faut dire que dans tous les pays du monde, il y a des imposteurs, ils sont toujours en petit nombre. Certains d’entre eux arrivent à percer dans les secteurs économiques, sociaux ou politiques, mais les élites ne leur laissent jamais donner le ton et déterminer la marche du pays, a moins que les élites soient elles aussi des imposteurs « Kokorate », qui ne se soucis pas ni de l’image ni de l’avenir du Pays.
Il arrive même d’avoir des imposteurs au pouvoir dans certains pays, ils sont utilisés selon la conjoncture, pour faire un sale boulot, tel que ce fut le cas avec Hitler en Allemagne ou maintenant, avec Trump, aux USA.

Ces « imposteurs », quand ils réussissent, sont souvent paradés comme exemples de succès inattendus ou d’efforts qui ont étés récompensés par la réussite finale, inespérée, et quand ils échouent, ils finissent comme Hitler discrédité ou Emmanuel Toto Constant, en prison!
Mais, jamais promu comme caractéristique de la nation, de l’Etat ou du pays! Même aux États Unis on s’efforce à faire croire que Trump ne représente pas les vraies valeurs américaines!

4- En Haiti, comme dans d’autres pays, les élites économiques contrôlent et souvent l’emportent sur les politiques et font core avec ce dernier pour constituer ce qu’il convient d’appeler l’establishment.

L’establishment donne le ton et projette son image et celle de la société à travers ce qu’il convient d’appeler sa superstructure, à savoir: sa culture, son éducation, ses préférences culinaires, son art, ses valeurs et son image!

Il convient alors de poser les questions suivantes: -quelle est la culture de l’élite Haïtienne?
-Quelle en sont les valeurs?
-Quel est le projet d’avenir de société?

5- La superstructure est la vitrine par laquelle le Pays se vend et se projette! Voilà pourquoi, quand on pense aux USA, on ne pense pas au south west, au mid west; on pense souvent aux grande villes et États tels que N.Y., Californie, Chicago, Miami, Ils projettent un Pays de modernité, d’entente nationale, démocratique et vertueux! Ils ne présentent pas un Pays dirigés par des imposteurs ou « Kokorate » armés jusqu’au dents, ou par des Racistes de l’Arkansas, ou des gouverneurs fédéralistes membres actif du KLu klux klan.

Et si cela devenait publique et paraîtrait au grand jour, c’est une exception et sensé être « contraire » aux idéaux américains!

Voilà pourquoi, le général Américain Oliver North, en dépit du fait qu’il travaillait pour les intérêts américains, à été jugé et condamné!

Voilà pourquoi Bautista de la république Dominicaine à été arête et emprisonné, ou Ochoa, condamné à mort et exécuté à Cuba: Il faut garder la crédibilité du système et du peuple!
Haiti, par contre, Petro Karibe: 0 arrestation, 0 jugement!

Les élites, en grande partie, ne sont pas dérangées, car selon eux il s’agit de la crédibilité des imposteurs « Kokorates » (politiques) et du peuple, pas de la leur! La réalité: ils ne s’identifient pas à la population!

6- Pour répondre à la question, je dirai tout d’abord qu’il y a des personnes honnêtes et capables dans tous les secteurs de notre société!

En général la majorité des gens dans une société sont neutre et suis le courant dominant, selon la conjoncture et la réalité sociale, politique ou culturelle en vigueur qui prévaut.

Donc, il faut reconnaître que les imposteurs ou ceux que vous appeler les « Kokorate » ont la primauté au parlement, parce qu’ils sont au pouvoir, parce qu’ils ont la primauté dans le secteur privé des affaires, ils sont parmi ceux qui dirigent les super marchés, les banques, les concessionnaires de voitures, ils contrôlent les douanes, ils sont parmi ceux qui pillent l’état et financent les candidats qui sont du même acabit!

Un pouvoir délinquant n’attire que des délinquants et des pratiques de délinquant, dans tout les secteurs!

Ils vont se consolider, s’enrichissent mutuellement, au détriment du Pays! Mais, que personne n’aille croire que nous sommes un pays et un Peuple de délinquants ou de « Kokorate »!

Il nous faut un pouvoir politique et économique Haïtien, un leadership aviser, prêt à défendre et à se battre pour les intérêts d’Haiti!

Mais avant tout, il nous faut tout enlever aux imposteurs: Privilèges, impunité et immunité,
by any means necessary!

Garaudy Laguerre

2 COMMENTS

  1. J’allais affirmer en parlant de KOKORAT, l’écrivain Gary Victor ne vise pas une catégorie sociale ou la population noire. Il voit plutôt des pratiques économiques, sociales et politiques. Pour preuve, « Le kokoratisme est si ancré dans notre culture que même des années d’études à l’étranger, les diplômes les plus avancés, n’arrivent pas à avoir raison de cette manière d’être et de penser petit, de penser crasseux.» Par exemple, tel ou tel président était un vrai Kokorat quand il utilisait des jeunes à sa cause et au profit de son clan; tout en faisant peu de cas du bien être collectif et de son pays. Pou m pa di plis. Ou encore, tel ou tel président était un vrai Kokorat en signant un contrat de Blackout avec plusieurs compagnies. Il est évident, les responsables des compagnies sont aussi de vrais Kokorat. Il n’est pas question de la couleur de la peau ou pas. La semaine dernière, sous les ondes de radio Kiskeya, selon le sénateur YOURI LATORTUE en renégociant le Contrat cela permettrait à l’État haitiem d’économiser plus de 75 millions de dolars américains par an. Depuis le 11 octobre 2017, le président JOVENEL MOISE a entre ses mains une Résolution du Sénat en vue d’appeler gentiment les Fournisseurs de Blackout à la Raison. En bon Kokorat, deux ans après, il fait peu de cas de l’instrument du Sénat. Et pourtant avec ces Fonds, il pourrait bien mettre de la nourriture dans les assiettes de la population et doter l’Hôpital Général de matériels adéquats et de médicaments.

    Dans tous les pays du monde lorsqu’un Système est en Crise ou des politiciens traditionnels n’inspirent plus la même confiance, les populations n’hésitent pas à voter avec leurs pieds, à élire Martelly, Jovenel,…et Bolsonaro. Signe des temps, aucun pays n’est à l’abri!

    Je vous conseillerais de lire l’autre volet de l’article de l’écrivain Victor « La crème des kokorat! » Une fois de plus, il n’y a pas de quiproquo.

  2. Pour moi, cet article s’engage dans un faux débat! L’ecrivain Gary Victor a utilisé des mots compris par tous pour faire passer un message précis. Il aurait pu également utilisé d’autres mots. Il faut commencer à dépasser les limites imposées par notre esprit par rapport à nos propres convictions pour pouvoir accepter et reconnaître l’autre. Monsieur Laguerre, vous ne faites que reprendre ce qu’a dit Monsieur Victor en utilisant d’autres mots ou plus de mots. Le fait est que nous tous, y compris les plus démunis qui ne peuvent même pas comprendre votre joli texte en français, ne voulons plus vivre en « kokorat ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.