L’UNESCO et le Bénin célèbrent la révolte générale des esclaves d’Haïti

3
696

Vendredi 23 août 2019 ((rezonodwes.com))– Si les autorités haïtiennes ont passé sous silence la célébration de la révolte générale des esclaves durant la période coloniale, à Saint-Domingue (devenu Haïti après la victoire des va-nu-pieds noirs sur la grande armée de la France napoléonienne), il n’en est pas ainsi des responsables de L’UNESCO et des dirigeants du Bénin.

En effet, l’UNESCO commémore le 23 août la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, pour rendre hommage à l’insurrection commencée la nuit du 22 au 23 août 1791 et ayant joué un rôle déterminant dans l’abolition de la traite négrière transatlantique.

« Cette Journée internationale vise à inscrire la tragédie de la Traite dans la mémoire de tous les peuples. Elle doit être l’occasion d’une réflexion commune sur les causes historiques, les modalités et les conséquences de cette tragédie, ainsi que d’une analyse des interactions qu’elle a générées entre l’Afrique, l’Europe, les Amériques et les Caraïbes », a indiqué l’UNESCO.

En 2019, la Journée marque également le 25e anniversaire du projet « La Route de l’esclave : résistance, liberté, héritage » de l’UNESCO qui, depuis un quart de siècle, œuvre pour aider les gouvernements, les universités, les médias et les organisations de la société civile à ouvrir ces pages tragiques de notre histoire, combattre l’oubli ou le déni d’un passé pourtant bien documenté par tant d’archives écrites et orales, et faire connaître cet immense héritage au cœur de la formidable diversité culturelle célébrée aujourd’hui.

Cette année, le Bénin célèbre le 25e anniversaire de « La Route de l’esclave » avec une série d’événements majeurs dans les villes de Cotonou et de Ouidah. 

Lancé en 1994 à Ouidah, le projet de « La Route de l’esclave », qui débute sur la place des enchères, où les hommes et les femmes étaient rassemblés pour être vendus ou échangés – jusqu’à la porte dite « du Non-Retour », est l’un des lieux de mémoires qui a œuvré de façon déterminante à une meilleure connaissance de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs conséquences.

3 COMMENTS

  1. Terrible mais glorieux passé que le nôtre, une gloire résistante et victorieuse que les saloperies d’aujourd’hui – tels Jovenel et Martelly, (les deux présidents les plus voyous de notre histoire récente), après Aristide, Préval, Namphy, Duvalier, ces autres ordures qui les ont précédés – veulent enterrer en faisant du pays un trou de malpropretés!

    • Dans l’ensemble vous etes correct! Et comnent comprendre/expliquer les Hurbon, Pean…Smart et tutti quanti continuent de s’en prendre a’ la dictature duvalieriste tout en faisant fi de leurs predateurs Aristide/Preval. En se referant a’ l’Experience des Democrates et Patriotes Chiliens, je comprends la reaction de l’ecrivaine Kettly MARS par rapport a’ tel ou tel groupe Avadra qui refuse d’assumer leurs Echecs. Mon cher, il parait meme en 2099, les Hurbon, Smart et Pean continueront a’ parler des Duvalier. Si mo’ te gen Pouvwa se pou Mireille Durocher Bertin…Guyto Toussaint ak Jean Leopold Dominique te kase Kou
      yo. Ce sont des Laches. Ils tentent de Falsifier l’histoire.

  2.  » les autorités haïtiennes ont passé sous silence la célébration de la révolte générale des esclaves durant la période coloniale »
    On croit rêver. ces autorités célèbreront quoi, alors? Paques et toussaint ? Quelle misère.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.