Constitution 1987 – 32 ans : L’OCNH dénonce les nombreux viols perpétrés sur la loi-mère

0
67

POSITION DE L’OCNH SUR LES 32 ANS DE LA CONSTITUTION DE 1987.

Jeudi 28 mars 2019 ((rezonodwes.com))– 29 mars 1987-29 mars 2019, trente-deux ans déjà, depuis que le peuple haïtien a proclamé la Constitution de 1987. Lequel outil garantissant des droits inaliénables et imprescriptibles à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur; conformément à son Acte d’indépendance de 1804 et à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.

Trente-deux ans après l’adoption de la loi mère, l’Organisation des Citoyens pour une Nouvelle Haïti (OCNH) constate avec amertume que les gouvernements qui se sont succédé n’ont pas cessé de violer la constitution tant dans son esprit que dans sa lettre, alors que la déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 confère clairement à chaque être humain des droits fondamentaux dès la naissance.

La Constitution de 1987 qui s’est inscrite dans cette même logique, attribue à chaque personne vivant sur l’étendue du territoire national. Par exemple, les articles 19, 22 et 23 de la Constitution de 1987 portent sur les droits fondamentaux des citoyens comme les droits à la santé et à la vie.

Dans le même esprit, d’autres articles reconnaissent aux citoyens des libertés comme la liberté individuelle, la liberté d’expression, la liberté de conscience, la liberté d’association. Les droits à l’information, à la propriété et à la sécurité sont aussi reconnus dans ce texte de loi plébiscité par le peuple haïtien.

Toutefois, l’organisation de promotion et défense des droits humains est navrée de constater les dirigeants n’ont toujours pas mis en place, le cadre institutionnel pour permettre à chaque citoyen de jouir pleinement les droits conférés par la Constitution.

Bien que détenteur d’obligation envers ses citoyens, l’Etat n’a jamais réparti les maigres fonds du budget national pour favoriser à chaque haïtien l’accès à l’éducation, à la santé, à la sécurité et autres. L’Etat qui devrait pourtant garantir les droits, s’inscrit plutôt, dans une dynamique de violation flagrante de ceux-ci.

Conscient de l’urgence et de la nécessité de redresser la situation, l’OCNH invite la société dans toutes ses composantes à s’impliquer dans le plaidoyer pour l’application des règles de droits. Certes, il y a nécessité de porter correction à certains points de la Constitution. Mais, à quoi servira une constitution si elle n’est pas mise en application? Trente-deux ans plus tard des institutions prévues par la Constitution n’ont pas toujours été mises en place jusqu’à date.

A titre d’exemple, le Conseil Électoral Permanent dont le besoin se fait sentir chaque jour davantage. Cette situation a une grande incidence sur l’instabilité politique qui règne dans le pays après les joutes électorales. L’Organisation des Citoyens Haïtiens pour une Nouvelle Haïti « OCNH » continue à exhorter les dirigeants du pays à prendre conscience de l’impact réel des prescrits constitutionnels sur la vie des citoyens.

L’OCNH les invite à tout mettre en œuvre pour permettre à chacun de jouir de ses droits. Ce sera pour le bien de tous et qu’enfin Haïti sera l’Etat de Droit que les citoyennes et citoyens ont toujours souhaité.

Port-au-Prince, le 28 mars 2019

Me Camille OCCIUS
Coordonnateur général
Spécialiste en DESC
Contact : 509 36 28 81 42

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.