Massacre de La Saline : l’Université Quisqueya, l’Université Notre Dame d’Haïti et le RNDDH œuvrent contre l’oubli

0
70

photo : Stephen William Phelps

A l’initiative de l’Université Quisqueya, de l’Université Notre Dame d’Haïti et du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), des dizaines de personnes issues de différents secteurs de la vie nationale ont adopté jeudi dernier une déclaration sur les derniers événements sanglants survenus à La Saline au cours du mois de novembre 2018. Les participants à cette journée ont également réfléchi sur des actions pouvant permettre le retour à la vie dans ce quartier

Mardi 1er janvier 2019 ((rezonodwes.com))– Déclaration de La Saline

Nous, signataires de la présente déclaration, exprimons notre solidarité avec les familles des victimes et réaffirmons notre détermination pour que ce massacre ne soit pas oublié.

Nous demandons que toute la lumière soit faite sur les évènements survenus du 1er au 14 novembre 2018 à la Saline, un quartier de la ville de Port-au-Prince.

Nous nous interrogeons sur les raisons de ce massacre sur lequel pèse un lourd silence des autorités et réclamons des pouvoirs publics une enquête indépendante pour l’établissement de la vérité, en associant le cas échéant, les organes régionaux et internationaux de défense des droits humains.

Nous sommes révoltés par ce massacre dont la violence dépasse l’entendement humain : des innocents sauvagement assassinés, y compris des enfants et des vieillards, des femmes violées, des maisons vandalisées et incendiées.

Ces crimes constituent des violations graves et massives des droits humains et une atteinte à la dignité humaine. Par conséquent, ils ne doivent pas rester impunis.

Il est inacceptable que jusqu’à présent, aucune enquête officielle n’ait été ouverte pour identifier les coupables, fixer les responsabilités et mettre l’action publique en mouvement.

Dans l’immédiat, nous demandons aux institutions étatiques :

1) des mesures de sécurité renforcées pour éliminer l’emprise des gangs armés sur les habitants de La Saline et permettre le retour à la vie dans le quartier ;

2) des mesures de protection particulière pour les victimes, notamment celles qui ont porté plainte ;

3) des soins gratuits pour les personnes blessées ;

4) un accompagnement psycho-social pour les familles traumatisées, notamment les enfants ;

5) un dédommagement pour la reconstruction et la réhabilitation des maisons détruites ou endommagées ;

6) un accompagnement économique pour les entreprises anéanties ou qui peinent à reprendre leurs activités ;

7) une enquête indépendante et l’établissement d’un dialogue avec les organisations de la société civile et les universités, durant tout le processus ;

8) la mise en branle d’une action publique (mesures législatives et règlementaires, dispositif de sécurité, moyens de financement, etc.) visant le démantèlement de tous les gangs qui empoisonnent la vie dans les quartiers.

Nous appelons à la solidarité agissante de tous les citoyens et citoyennes pour exiger des pouvoirs publics une action de justice célère et un soutien urgent aux familles et personnes en détresse.

Non à la barbarie ! 
Non au silence des autorités et de la société !
Non à l’impunité !
Solidarité avec les victimes de La Saline !

Fait à Port-au-Prince, le 27 décembre 2018

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.