Tracer la Ligne entre le Policier et le Soldat

par Bobb RJJF Rousseau

Mercredi 17 octobre 2018 ((rezonodwes.com))– Les articles 264 à 274 de la constitution haïtienne de 1987 institutionnalisent une force de police pour servir la population en cas de violations de la loi et une force militaire pour défendre la population en cas de guerre. Ces deux forces sont armées et subventionnées par l’Etat. La première défend la lettre de la loi tandis que la seconde défend l’esprit de la loi. Pourtant, la population tarde encore à être familière avec les responsabilités de ces deux forces envers les communautés et/ou envers le pays.




Le policier et le soldat sont similaires en ce qu’ils sont tous deux porteurs d’uniformes et détenteurs légaux d’armes, mais ils sont différents dans les situations dont ils utilisent leur arme. Ils n’utilisent leur arme ou la force quand elle est seulement nécessaire. Le policier n’est policier que lorsqu’il est en fonction et surtout dans sa juridiction. Hors de fonction, il est un simple citoyen. Hors de sa commune d’assignement, il ne porte pas son uniforme. A moins qu’il ait flagrance, il n’a pas l’autorité de procéder à une arrestation dans une commune à laquelle il n’est pas affecté. Toutefois, les policiers de la Direction Centrale de la Police Générale n’ont pas de juridiction, mais ne devraient procéder à une arrestation dans une commune qu’avec le support du commissariat compétent.

Le policier reçoit une seule arme à feu, généralement un M9, qu’il porte sur lui seulement quand il est en uniforme. Il est autorisé à aller chez lui avec cette arme, mais cette arme devrait être sécurisée quand il n’est plus en fonction. Le policier qui a une arme à feu personnelle pour son autodéfense l’enregistre selon les procédures établies par l’article 68.1 de la constitution haïtienne de 1987. Ce principe s’applique également au soldat qui a ou veut lui aussi avoir une arme à feu. Le policier utilise son arme et la force pour faire respecter la loi. Il ne s’amuse pas à tirer dans l’air juste parce que son équipe favorite gagne un match de foot ou tout simplement parce qu’il ne veut pas rester dans un trafic de la circulation. L’objectif principal d’un policier est de prévenir des actes de banditisme et de capturer toute personne impliquée dans un acte illégal pour l’amener devant un juge ou pour le détenir dans un commissariat si un juge n’est pas disponible.

Le soldat ne reçoit pas une arme à feu, mais il est assigné une, généralement un M16, qu’il utilise dans les ranges de qualifications et/ou dans les guerres. Il ne porte pas cette arme au sein de la population. L’objectif principal d’un soldat est de défendre la souveraineté de la patrie contre les ennemis internationaux parce qu’une armée nationale n’a pas de juridiction sur son sol, à moins que le pays soit envahi par un autre pays. Dans tel cas, le soldat capture, tire ou tue son adversaire. Quand il capture les ennemis du pays, le soldat assume les fonctions de police. Un soldat reste un soldat 24/24 et est un soldat même quand il est en congé. Il peut être appelé à n’importe quel moment et [est] accusé de déserteur au cas où il ne répond pas à l’appel.




Un policier et un soldat sont différents au niveau de la formation qu’ils reçoivent. Le premier reçoit une formation qui l’habilite au maintien de la paix et à l’appréhension de délinquants ou d’infracteurs. Le soldat, lui, est entraîné au combat puis à l’appréhension de combattants ou ennemis du pays pour le maintien de la paix si requis. Un policier est moins agressif qu’un soldat en ce que le policier menace, appréhende ou tire pour neutraliser tandis que le soldat tire pour tuer et les ennemis du pays et les civils indisciplinés, incrédules, opposants. Il détruit et dégrade les infracteurs qui posent des dangers pour la sécurité de leurs pays. Le policier est un membre de la population civile et domestique, et en tant que tel, sert et protège les vies et les biens. Le soldat est lui aussi un membre de la population civile mais il est avant tout un combattant formé pour tuer les combattants des forces militaires étrangères.

Fondamentalement, la police contrôle la population et applique la loi, tandis que les soldats contrôlent les frontières. Un policier et un soldat ne jouissent pas des mêmes avantages. Par exemple, un policier qui commet une infraction est arrêté, entendu et puni par un juge d’un tribunal civil tandis que le soldat est accusé, entendu par une cour martiale quoiqu’il peut être arrêté. Un policier malade reçoit ses soins à n’importe quel hôpital tandis qu’il existe un hôpital militaire pour soigner le soldat.




En résumé, la police nationale a une juridiction civile et domestique tandis que les forces armées d’Haïti ont une juridiction militaire et internationale. Le policier reste un civil et le soldat reste un soldat durant tout leur contrat. La Police Nationale d’Haïti offre de l’emploi tandis que les Forces Armées d’Haïti offrent une carrière. Contrairement au policier, jamais, un soldat portera l’arme qui lui a été assignée en public. Contrairement au policier, le soldat ne fréquente pas les clubs ou consomme de l’alcool pendant qu’il est fonction ou en uniforme. Un policier qui quitte son poste sans autorisation est tout simplement révoqué, mais le soldat qui abandonne son poste est un déserteur et est passible d’actions du code uniforme de la justice militaire. Un policier en fonction est actif tandis qu’un soldat, quant à lui, peut avoir soit le statut de réserviste, soit celui d’actif selon le vœu de l’article 52-3 de la constitution en vigueur.

Bobb RJJF Rousseau, PhD
Public Policy and Administration
www.duhaiti.center
www.bobbrousseau.info

Une pensée sur “Tracer la Ligne entre le Policier et le Soldat

  • 18 octobre 2018 à 6:52
    Permalink

    EXCELLENTE ET OPPORTUNE REFLEXION, CARREMENT MAJEURE!!! COMPLIMENTS!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.