Petro Caribe : Le parti PAC demande de traîner les fautifs par devant la justice

0
699

Vendredi 17 novembre 2017 ((rezonodwes.com))– Le Plan d’Action Citoyenne (PAC) salue le courage et la sagacité politique des membres de la Commission Sénatoriale Spéciale d’Enquête sur le Fonds Petro Caribe et leur présente ses compliments pour avoir entrepris un travail d’une telle envergure qu’est le Rapport sur la gestion du fonds Petro Caribe. 




Ce rapport retrace un bilan des allocations, des dilapidations et des détournements du fonds petro caribe allant de Septembre 2008 à Septembre 2016, impliquant les administrations successives Préval-Pierre Louis et Préval-Bellerive, Martelly-Lamothe et Martelly-Paul et enfin (partiellement) Privert-Jean Charles. 

Tel que supposait l’autre, le rapport contiendrait des anomalies et se révélerait incomplet, à ce que PAC ne conteste pas toutefois. Néanmoins, il estime qu’il n’y a point d’œuvre parfaite au regard du monde. Par conséquent, l’essentiel se réside dans la scientificité du travail ainsi que l’état de fait qu’il dessine. 

En effet, le peuple Haïtien se trouve à la fois face à  l’histoire et la vérité où le fusement de la lumière doit lui permettre de souligner à l’encre forte le bannissement des valeurs républicaines, si encore il en existe, ou la volonté de faire renaître la confiance et l’espoir d’une Haïti meilleure.

Prise à la lettre, à l’article 52.1 al. 8, la charte fondamentale de la nation, il est écrit ce qui suit:  » Respecter les deniers et biens de l’Etat ». Et, selon le vœu de l’article 52.2, il est obligatoire à ce que la dérogation à ces prescrits soit sanctionnée par la loi. 




Toutefois, PAC se demande, à quand viendra le respect conforme des prescrits constitutionnels? Car, sous la rigueur de la loi, nul n’est censé épargner. 

Dans toute démocratie où le principe de séparation des pouvoirs est de mise, et l’Etat de droit est de rigueur; il faut laisser au pouvoir législatif les charges de l’élaboration des lois, au pouvoir exécutif l’exécution des lois, et au pouvoir judiciaire l’application des lois. De ce pas, la politique ne doit pas primer sur le droit, autrement dit, le parlement doit se soumettre au strict respect de la volonté populaire, telle souhaiterait voir naitre le jour d’un pouvoir législatif impartial. Sinon, ce dernier fera cavalier de jonction aux ennemis de la nation. 

PAC soutient que, la justice haïtienne, si pour certains ses yeux sont bandés en agissant, pour d’autres la balance doit être juste, forte, sensible et fidèle, puisque l’heure n’est plus au favoritisme mais à l’équité. 

PAC exige, sans merci, à ce que l’action publique soit mise en mouvement afin de traîner aux barres les fautifs des différents chefs d’accusation dressés par le rapport de ladite commission.

Toujours est-il que PAC se tient du côté de l’intérêt général de la nation. 

PAC entend réitérer qu’il n’est pas un parti d’opposition mais de position, de proposition et de principe. Et, ce courant sera à jamais celui qui lui servira de boussole au gré de la préservation de l’équilibre sociale haïtienne.

Buder BRILLANT




Secrétaire général de PAC 

(Plan d’Action Citoyenne)

www.pacayiti.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.