Flash! « Affaire Colonel Baptiste » : L’officiel haïtien indexé était « un élu de haut rang » du gouvernement Tèt Kalé

L’ancien Premier-Ministre Laurent Lamothe que les rumeurs voulaient associer à cette affaire éclatée le 29 août dernier, doit probablement pousser un ouf de soulagement, après la mise en accusation formelle du  Colonel retraité Joseph Baptiste pour trafic d’influence, blanchiment d’argent et pots-de-vin avec la complicité de certains dignitaires du régime Tèt Kalé 1. Suivant des documents parvenus à la rédaction de Rezo Nòdwès, l’officiel indexé était un élu de haut rang et non un fonctionnaire nommé de ladite administration.




Boston, samedi 7 octobre 2017 ((rezonodwes.com)).-Le colonel américain à la retraite Dr. Joseph Baptiste, officiellement inculpé mercredi dernier pour des cas de pots-de-vin, de trafic d’influence et de blanchiment d’argent, devant un tribunal fédéral de Boston, s’est vu ressortir par les enquêteurs les noms d’au moins quatre (4) de ses complices, dont l’un était un officiel haïtien élu de haut rang.

Dans l’acte d’inculpation du dossier CRIMINAL NO 17 cr 10305, au 5ème paragraphe il est cité : “Foreign Official-1 was a high-level elected official in the government of the Republic of Haiti. Foreign Official-1 was a “foreign official” as that term is defined in the FCPA, 15 U.S.C. 78dd-2(h)(2)(A)

A Port-au-Prince, à l’annonce de l’arrestation à Boston du colonel Joseph Baptiste, le 29 août 2017 pour « violate the Foreign Corrupt Practices Act and to commit money laundering« , les 4 porte-paroles du Palais National et le ministre de la Communication ainsi que la Primature, n’avaient pipé mot en dépit des liens directs de ces accusations avec un “officiel haïtien de haut rang”, une information ayant été largement diffusé par la presse américaine.

Désormais, les complices de Joseph Baptiste qui ont participé à cette vaste opération de corruption, dans le cadre d’un projet de développement portuaire de 84 millions de dollars prévu en Haïti à Môle-Saint-Nicolas, sont connus et mentionnés dans l’acte d’inculpation, aux paragraphes 5, 6, 7 et 8. Le dernier paragraphe pré-cité était un avocat conseiller de l’officiel haïtien de haut rang élu.

Plus loin, les paragraphes 6 et 7 mentionnent comme collaborateurs immédiats de l’officiel élu haïtien sous l’appellation de “Aide-1 was an aide to Foreign Official-1” et “Aide-2 was an aide to foreign Official-1”. Les deux “aides” étaient en poste en même temps que “Foreign Official-1”, a lu Rezo Nòdwès qui a parcouru les 15 pages du dossier d’acte d’inculpation du Dr. Baptiste.

Ce rapport d’inculpation « indictement » annoncerait des jours difficiles pour l’ancien colonel Baptiste qui revient jeudi prochain au tribunal et éventuellement ses complices dont un “elected Foreign Official-1”.

« Il est vraiment triste et regrettable de constater que c’est à l’étranger qu’il revient le droit de mettre de l’ordre dans nos dérapages« , ont confié très stupéfaits à Rezo Nòdwès deux observateurs qui ont également lu l’acte d’accusation.

« L’Affaire Colonel Baptiste » est un long épisode qui ne manquera pas de faire les remous de l’actualité car le gros poisson tendu dans la nasse, s’il y en a, ne serait pas des moindres. Un ancien haut officiel élu est dans le box des accusés.




Toutefois, un acte d’accusation n’est pas une condamnation et tous les accusés ou inculpés sont des présumés innocents jusqu’à preuve de leur culpabilité par devant un tribunal compétent.

sources  Frandley Denis Julien (Le National)

Une pensée sur “Flash! « Affaire Colonel Baptiste » : L’officiel haïtien indexé était « un élu de haut rang » du gouvernement Tèt Kalé

  • 7 octobre 2017 à 1:39
    Permalink

    Pitie pou gouvenman an,,, lesse li travay
    C’est officiel. Joseph Baptiste vient d’être formellement accusé hier mercredi par les autorités américaines. Cet ancien colonel de l’armée américaine à la retraite a reçu 50,000 dollars des mains d’agents du FBI en filature pour corrompre des politiciens afin de favoriser le projet de construction d’un port dont le montant s’élève à 84 millions de dollars au Môle St-Nicolas.

    L’acte d’accusation de l’ancien militaire qui est aussi médecin liste des violations de la législation américaine notamment celle de comploter pour violer la Loi sur les Pratiques de Corruption et le Blanchiment d’Argent.

    C’est en 2014 que Joseph Baptiste est approché par des agents secrets du FBI à qui il promet d’utiliser une organisation humanitaire qu’il détient en Haïti comme institution écran pour corrompre les politiciens haïtiens. Il a déclaré aux agents secrets que les paiements de pot-de-vin iraient à des responsables importants en Haïti afin d’obtenir leur approbation du projet.

    Les agents du FBI ont ainsi transféré environ 50 000 $ à son organisation, dont la mission déclarée est d’aider les Haïtiens pauvres. Au lieu d’utiliser l’argent pour corrompre les politiciens haïtiens, Joseph Baptiste s’en est servi personnellement, selon les procureurs. De plus, selon ces derniers, il avait l’intention de demander encore de l’argent aux agents pour de futurs pots-de-vin.

    Joseph Baptiste risque cinq ans de prison et une amende de 250 000 dollars.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.