Urgence humanitaire et urgence électorale : deux impératifs incontournables, selon l`OCID

0
208

Port-au-Prince, jeudi 13 octobre 2016 (rezonodwes).- Patronné par DAL Papéterie (509)3362-6364/4785-6364

Profondément consterné par le bilan des victimes de l’ouragan Matthew qui ne cesse de s’alourdir et par les dommages colossaux de ce désastre naturel qui laisse dans le désarroi plus d’un million de compatriotes, l’Observatoire Citoyen pour l’Institutionnalisation de la Démocratie (OCID) salue la mémoire des nombreuses victimes et partage la douleur qui tenaille les populations affectées depuis cette nuit lugubre du 3 au 4 octobre 2016. L’OCID présente ses sympathies aux familles frappées par les pertes en vies humaines, ainsi qu’à celles qui sont affectées par des blessures ou par des dégâts matériels leur laissant dans le dénuement le plus total. À cet égard, l’Observatoire a une pensée spéciale à l’endroit des valeureux observateurs et observatrices de son réseau dont plusieurs centaines ont été durement touchés par la catastrophe.




Évaluation rapide de la situation des observateurs de l’OCID et aperçu de l’impact de l’ouragan Matthew sur les Centres de Vote dans 50 communes affectées

Dans le souci de s’enquérir sur la situation de chacun des 460 observateurs et observatrices de son réseau répartis dans les 50 communes les plus sévèrement touchées par l’ouragan dans sept (7) départements géographiques du pays (Grande-Anse, Sud, Nippes, Sud-Est, Artibonite, Ouest et Nord-Ouest), l’OCID a pris le soin de placer des appels téléphoniques pendant plusieurs jours et a pu s’entretenir avec 267 d’entre eux (soit 58%). Un nombre très significatif d’entre eux, soit 193 (42%) n’ont pas été joignables. Le Sud est le département où il y a le plus d’observateurs injoignables : 75sur 129 (58.1 %). Ce qui témoigne de l’impact négatif du sinistre sur le système de télécommunications et des limites de celui-ci dans le pays.

Ces entretiens ont révélé que 26 observateurs sur les 267 joints au téléphone (10.4%) ont enregistré des cas de décès ou de disparition au sein de leur famille respective (soit 10 observateurs dans le Sud, 5 dans la Grande-Anse, 5 dans les Nippes, 5 dans l’Ouest et 1 dans le Sud-Est). Si l’on n’a recensé aucun décès jusqu’ici parmi les observateurs joignables, 12 d’entre eux (4.7 %) ont été blessés lors du cyclone (6 dans la Grande-Anse, 4 dans le Sud, 1 dans l’Ouest et 1 dans l’Artibonite). Quant aux dommages matériels ou aux pertes de biens meubles et immeubles, 164 observateurs sur 252 (65.1 %) sont concernés, dont 48 (19.0 %) se retrouvent dans le département du Sud.




L’OCID a pu également obtenir, à partir des entrevues réalisés avec les observateurs de son réseau au niveau des 50 communes les plus touchées par la catastrophe, des informations lui permettant de faire une estimation sommaire des dégâts causés par le cyclone sur les centres de vote préposés à accueillir les votants le jour du scrutin. En effet, 62 observateurs sur 209 (29.7 %), ont signalé des dommages subis par les centres de vote situés dans les circonscriptions où ils résident. De ces 62 cas, 23 se trouvent dans le Sud, 17 dans la Grande-Anse, 13 dans les Nippes, 6 dans l’Ouest, 1 dans le Nord-Ouest, 1 dans le Sud-Est et 1 dans l’Artibonite.

Recommandations

L’OCID salue l’élan de solidarité que manifeste la population haïtienne dans toutes ses composantes et les pays amis en vue de porter secours aux familles sinistrées du cyclone. Il invite, du même coup, les autorités étatiques tant au niveau central que communal à assurer une meilleure coordination de l’aide humanitaire et à garantir une distribution équitable et respectueuse de la dignité des populations bénéficiaires. Il convient également que les initiatives d’assistance prennent sérieusement en compte les perspectives de reconstruction durable des villes dévastées.

Par ailleurs, l’OCID exhortent les autorités électorales et gouvernementales ainsi que les partis politiques et les candidats/candidates à analyser sereinement les enjeux liés à la tenue des prochaines élections législatives et présidentielles. L’Observatoire croit que la priorité absolue des interventions humanitaires ne devrait pas pour autant faire reléguer au second plan les efforts à mettre en œuvre pour écourter le plus possible le délai du report de ces élections. Aussi encourage-t-il les décideurs et les acteurs politiques à ne jamais perdre de vue l’épée de Damoclès qui pend sur la tête d’Haïti si le Parlement viendrait à être dysfonctionnel en janvier 2017 et si un nouveau chef d’État légitime ne pourrait prendre fonction le 7 février 2017.

L’Observatoire a appris que, fort heureusement, les matériels sensibles et non sensibles ont été préservés. Il encourage donc le gouvernement à tout mettre en œuvre pour permettre au Conseil Électoral Provisoire (CEP) de pouvoir relancer le processus électoral le plus rapidement que possible. Dans le même registre, il est tout aussi urgent que les actions idoines soient engagées pour assurer la reprise des classes dans toutes les écoles publiques, parapubliques et privées des zones sinistrées.




LObservatoire Citoyen pour l’Institutionnalisation de la Démocratie (OCID), consortium de la société civile formé de l’Initiative de la Société Civile, du Centre Œcuménique de Droits Humains et de JURIMEDIA, renouvelle son engagement à travailler à la consolidation de la démocratie en Haïti et, en particulier, à l’instauration d’un système électoral garantissant aux citoyens haïtiens de pouvoir choisir librement et démocratiquement leurs dirigeants.

« Une démocratie pérenne par la vigilance citoyenne »

Membres du Comité de Pilotage

Sylvie BAJEUX

Pour le Centre Œcuménique des Droits Humains (CEDH)

Abdonel DOUDOU

Pour JURIMÉDIA

Rosny DESROCHES

Pour l’Initiative de la Société Civile (ISC)

Pour authentification: Rosny DESROCHES (34466167) et Abdonel DOUDOU (38790493).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.