13 juin 2024
Gonaïves | Justice – (audio) Témoignage émouvant de la veuve Narcisse Petonne, 11 ans après la condamnation du meurtrier de son mari
Actualités Cas d'assassinat Justice Société

Gonaïves | Justice – (audio) Témoignage émouvant de la veuve Narcisse Petonne, 11 ans après la condamnation du meurtrier de son mari

Mercredi 20 septembre 2023 ((rezonodwes.com))–

La vérité est une lame tranchante, parfois difficile à accepter. Dans le sillage de la condamnation de Jean-Baptiste Mercier alias Ti Mesi dans l’assassinat du professeur Narcisse Petonne, le 18 aout 2012, aux Gonaives, nous avons eu l’honneur de rencontrer la veuve Gertrude Narcisse dont la vie a été irrémédiablement changée par cet « acte de violence impardonnable« . À travers cet entretien, nous plongeons dans les profondeurs de la douleur et du courage, afin de comprendre comment elle fait face à cette tragédie et cherche la rédemption.

La douleur, la persévérance et la quête de justice – L’histoire d’une veuve face à l’assassin de son mari.

Rezo Nòdwès : Madame Narcisse, nous comprenons que cette période doit être extrêmement difficile pour vous, mais nous aimerions vous donner l’occasion de partager votre expérience et votre perspective suite à la condamnation de l’assassin de votre mari. Votre histoire est une source d’inspiration pour de nombreuses personnes. Nous vous remercions de votre volonté de parler avec nous.

  • Pouvez-vous nous décrire vos émotions lorsque le verdict de culpabilité a été prononcé ?
  • Quel a été votre premier sentiment en apprenant la peine que l’assassin de votre mari a reçue ?

Gertrude Narcisse: J’appris cette nouvelle avec un sentiment de regret, de répugnance de tout ce qui peut caractériser le dégout. Vu que je ne suis pas quelqu’un prêt à abandonner un combat, et toujours apte à lever des défis quoique cela, tu vois, finalement, après la prononciation de ce verdict, j’abandonne. Après 11 années et 2 mois de lutte contre un système judiciaire, en formulant clairement nos objectifs, la route à suivre, mais finalement, ce procès qui était une montagne accouche d’une souris mort-née. Jamais, je n’aurais pensé que le la justice des Gonaives pourrait me faire un tel affront pour une Gonaivienne dans l’ame. Certes, cette page est tournée, mais je suis seulement satisfaite à 25%.

Rezo Nòdwès : Malgré une satisfaction de seulement 25% avec le verdict, pourriez-vous nous expliquer les motifs sous-jacents à votre décision de ne pas faire appel de la décision du tribunal ?

Gertrude Narcisse : De concert avec mes enfants, j’y suis parvenue à cette décision. A la mort de mon époux, j’avais un certain age, onze années plus tard, le courage et l’engouement s’amenuisent. Persévérer dans ce dossier, on risque de rencontrer encore sur le parcours les mêmes têtes, les mêmes barrières dressées et puis aujourd’hui, je fais mien comme slogan: « Jij pa trayi moun, Jij pa fè bak devan grin’n bak« , c’est tout ce que je peux avancer.

Rezo Nòdwès : Pouvez-vous fournir une évaluation détaillée de votre interaction avec le système judiciaire depuis le 18 août 2012 jusqu’au 19 septembre 2023, en identifiant les individus actuellement détenus, leur durée d’emprisonnement, les personnes ayant été acquittées, celles qui devraient actuellement être incarcérées, et celles qui ont échappé à des sanctions ?

Gertrude Narcisse : Le juge sur le dossier d’assassinat du premier et l’unique homme de ma vie, laisse un gout amer dans ma bouche. Je m’explique. Mon mari Petonne pour le genre de vie qu’il menait avant son assassinat, ne mérite pas un tel traitement. Le chemin de la justice est rempli de débris au point de me porter au découragement. Heureusement, de par nature, je vais toujours jusqu’au bout, même en étant arrivée à faire des débours considérables.

Je ne souhaiterais jamais pour une personne de voir quelqu’un l’entrainer sur la route de la justice. J’ai commis l’erreur de prendre cette voie mais si jamais j’avais à le refaire, j’entreprendrais une autre voie.

Rezo Nòdwès : Les noms de ceux qui étaient enfermés en prison, le ou les condamnés et la durée de leur sentence ?

Gertrude Narcisse : Il n’y a qu’un seul condamné sur quatre individus incarcérés. Au départ, ils étaient cinq incluant l’auteur intellectuel décédé l’année dernière. Les accusés qui ont recouvré leur liberté, répondent aux noms de Marjorie Malval, Adélus Jean Philippe dit Adito et Junior Denis. Le seul condamné s’appelle Jean-Baptiste Mercier alias Ti Mesi. Celui-ci, sans courir le risque de le défendre, s’il avait du poids dans sa balance tout comme les quatre autres, serait libéré.

Rezo Nòdwès: Dans votre opinion, la délibération prolongée d’environ deux mois avant la prononciation du verdict visait-elle à rechercher un consensus en vue de l’acquittement de tous les accusés ?

Gertrude Narcisse : Yo tap fè kole pyese, yap chèche kole pyese ! Le dévouement du doyen Isaac Prophète est de rendre justice « à tout prix ». Parmi les accusés se trouve Adito, le prévenu, dont la sœur occupe le poste de juge. Dans le cas de Marjorie Malval, issue d’une famille aisée de Port-au-Prince, quelle chance aurais-je assez pour demander de garder davantage cette femme en prison au-delà de onze années. A moins que « se yon fo Malva pou’l ta ye » ou bien répugnée par sa famille.

Rezo Nòdwès : Madame Narcisse, est-il de votre avis que si la justice avait conclu à la culpabilité de quelqu’un impliqué dans cette affaire d’assassinat à un degré de responsabilité moindre, avec une peine d’environ dix années d’incarcération, et que ces individus ont déjà purgé cette durée en prison, serait-il logique pour eux de retrouver aujourd’hui leur liberté ?

Gertrude Narcisse : Aucune objection à ces remises en liberté, cependant, ma préoccupation réside dans le fait que ces trois individus ont été acquittés et libérés sans qu’aucune charge ne pèse contre eux. Dans un revirement surprenant, bien que les accusés aient interjeté appel, leur complicité était confirmée en Cassation, comment expliquer qu’aujourd’hui le verdict final les ait finalement déclarés non coupables? Si Arnold avait survécu, il aurait inévitablement bénéficié de sa libération en raison de sa proximité OPL. « Kapab pa soufri nan la jisti Ayisyeèn nan« .Leur comportement a suscité en moi un profond sentiment de dégout.

Ci-dessous, vous trouverez l’interview complète de Gertrude Narcisse accordée à Rezo Nòdwès. Les propos ont été recueillis par cba et sont présentés dans leur intégralité.

sur le même sujet: Gonaïves : Me Adisson Diogène, « élément importun » dans le procès Petone Narcisse – Rezo Nòdwès

audio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.