Assassinat de Narcisse Petonne, le 18 août 2012, à Gonaives, un crime encore impuni

0
2104

par Claudy Briend Auguste

Assassinat de Narcisse Petonne en 2012, à Gonaives, quatre ans plus tard, Arnold Christian, le présumé auteur intellectuel de cet acte crapuleux récuse les juges, par le truchement de ses avocats de la défense, depuis qu’il est en cavale.




A la grande réunion de prières et d’invocations des protestants, jeudi matin, au Palais national, pour leurs deux cents (200) ans de présence en Haïti, il manquait un pasteur. Très influent localement, Pasteur Arnold Christian serait probablement aux côtés de ses pairs s’il n’était pas un présumé accusé dans l’assassinat de Narcisse Petonne, le 18 août 2012. Il évite de se faire remarquer en public en jouissant depuis 2013, une mainlevée pour « raison de santé ».

Brièvement incarcéré à côté de 3 autres présumés bandits, à la suite des enquêtes rapides et ficelées menées par la police départementale de l’Artibonite, dans une ville où presque tout le monde se côtoie, Pasteur Christian, pour raison de santé, ont évoqué ses avocats, allait être libéré quelques six mois plus tard. Dès lors, il était vu vaquer en toute quiétude à ses activités.




Néanmoins, après des menaces répétées contre la veuve Narcisse Gertrude, nous a-t-elle déclaré, pasteur Arnold Christian s’est évanoui dans la nature quand un arrêt de la Cour de Cassation recommande formellement qu’il doit retourner derrière les barreaux en attente de son jugement, à une date fixée le 17 juillet dernier, sans assistance de jury. L’arrêté de la Cour de Cassation, pour prouver la faiblesse éhontée de notre système judiciaire, n’est jamais suivi d’effet. On se demande même si le Commissaire du Gouvernement auprès du Parquet des Gonaives, avait pris au sérieux cette nouvelle réquisition pour un dossier à classer dans les tiroirs de l’oubli.

Après des procédures de récusation entamées par une petite batterie d’avocats constituant sa défense, non seulement le présumé assassin de M. Narcisse n’a jamais été écroué par la police, mais encore les juges se dessaisissent du dossier. Au jour du quatrième anniversaire de l’assassinat du professeur Narcisse Petonne, l’affaire n’est jusqu’à présent pas été entendue et sa veuve crie toujours justice.




Il faut rappeler que pour des faits non encore élucidés, des individus arrêtés au lendemain de l’assassinat du professeur Narcisse Petonne, dans l’après-midi du 18 août 2012, avaient indexé le pasteur Arnold Christian comme l’homme caché derrière cet acte. La clameur publique à l’époque lui prêtait des intentions d’une jalousie excessive pour empêcher que le défunt aille jouir d’un poste à la tête de la direction départementale de l’Education nationale de l’Artibonite. Les funérailles de M. Narcisse avaient soulevé de fortes consternations au sein de la société intellectuelle des Gonaives et dans le milieu estudiantin, lors de ses funérailles le 1er septembre 2012, retransmises pour la première fois, à la télévision locale.

cba

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.