RD | Bateys, un lieu d’esclavage moderne. Les États-Unis bloquent les importations de sucre de la Central Romana Corporation « en raison d’allégations de travaux forcés »

0
378

C’est plus de $100 millions d’exportation de sucre « amer » nouvellement mis en jeu! Abinader mettrait-il maintenant fin aux déportations abusives de migrants haïtiens légaux ou sans documents, juste pour la couleur de leur peau?

“Central Romana Corporation is very disappointed by the decision by U.S. Customs and Border Protection to issue a Withhold Release Order regarding our company’s products,” Central Romana wrote in a statement to The Washington Post. “We disagree vehemently with the decision as we do not believe it reflects the facts about our company and the treatment of our employees.”

Mercredi 23 novembre 2022 ((rezonodwes.com))–

Le service des douanes et de la Protection des frontières des États-Unis (U.S. Customs and Border Protection) a annoncé mercredi qu’à compter d’aujourd’hui, le sucre et les produits à base de sucre fabriqués par la Central Romana Corporation seront retenus aux points d’entrée après qu’une enquête de l’agence ait trouvé des indications de l’utilisation du travail forcé dans ses opérations. L’enquête a trouvé des preuves de conditions de travail et de vie abusives, de retenues de salaire, d’heures supplémentaires excessives et d’autres violations.

« Les fabricants comme Central Romana, qui ne respectent pas nos lois, devront faire face à des conséquences alors que nous éliminons ces pratiques inhumaines des chaînes d’approvisionnement américaines », a déclaré AnnMarie Highsmith, commissaire adjointe exécutive du Bureau du commerce du CBP, dans un communiqué.

« Central Romana Corporation ne cache pas sa déception face à la décision du service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis d’émettre un Ordre de retenue concernant les produits de notre entreprise », écrit Central Romana dans une déclaration au Washington Post. « Nous sommes en désaccord véhément avec cette décision car nous ne pensons pas qu’elle reflète les faits concernant notre entreprise et le traitement de nos employés. »

La mesure prise à l’encontre de Central Romana est la dernière en date des dispositions adoptées par les États-Unis pour répondre aux allégations de travail forcé et d’autres violations des droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement de produits importés, et le sucre dominicain est depuis longtemps dans la ligne de mire des régulateurs. En septembre, le département américain du travail a identifié la canne à sucre de la République dominicaine sur sa liste de marchandises potentiellement produites par le travail des enfants ou le travail forcé.

« L’agence continuera d’établir une norme mondiale élevée en enquêtant de manière agressive sur les allégations de travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement américaines et en empêchant les marchandises contaminées d’entrer aux États-Unis », a déclaré Troy A. Miller, commissaire par intérim des douanes et de la protection des frontières.

Le « sucre amer »

Central Romana, qui exporte chaque année pour plus de 100 millions de dollars de produits vers les États-Unis, est depuis longtemps accusée de soumettre ses travailleurs à des salaires inférieurs à la norme et à des conditions dangereuses.

Selon une enquête du 2021 de Washington Post, les travailleurs de Central Romana – des ressortissants haïtiens en majorité placés en esclavage des temps modernes – ont déclaré gagner environ 125 dollars par mois en coupant la canne à sucre, soit bien moins que le salaire mensuel moyen du pays. L’entreprise a nié avoir maltraité des travailleurs.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.