Flashback, 7 octobre 2022. Le gouvernement de doublure demande une intervention étrangère : Quel a été l’effet des précédents débarquements militaires en Haïti ?

0
1158

Dimanche 13 novembre 2022 ((rezonodwes.com))–

Il y a exactement deux mois, le Premier ministre de facto, Dr. Ariel Henry, soupçonné dans le magnicide du 7 juillet 2021, et 18 esclaves à talent incluant Bertho Dorcé, malhonnêtement destitué vendredi dernier, ont demandé le déploiement immédiat de troupes étrangères en réponse aux actes des gangs et des manifestants qui ont paralysé le pays.

Le carburant, l’eau et d’autres produits de base sont en panne depuis près d’un mois après que l’un des gangs les plus puissants au service du régime PHTK, a bloqué – sur recommandation – l’accès au terminal de carburant à Port-au-Prince, où sont stockés plus de 37 millions de litres d’essence et de diesel, ainsi que plus de 3 millions de litres de paraffine.

En outre, des manifestants ont bloqué des routes dans la capitale et dans d’autres grandes villes pour exiger la démission de M. Henry et protester contre la hausse des prix de l’essence après que le Premier ministre, autoritairement, a annoncé, début septembre, que son gouvernement ne pouvait plus subventionner le carburant. Les stations-service et les écoles restent fermées. Les banques et les magasins d’alimentation fonctionnent selon des horaires limités.

Le Secrétaire général des Nations Unies a proposé au Conseil de sécurité plusieurs options, dont le déploiement immédiat d’une force d’action rapide. Les opposants accusent le gouvernement de doublure mis en place par l’international, de vouloir utiliser des soldats étrangers pour rester au pouvoir et parvenir à des élections truquées. Un pouvoir qu’Ariel Henry a assumé l’année dernière après l’assassinat du président Jovenel Moïse et que beaucoup considèrent comme illégitime parce qu’il n’a jamais été formellement élu ou confirmé à ce poste par le corps législatif. Il n’a pas fixé de date pour la tenue des élections, qui n’ont pas eu lieu depuis novembre 2016, mais a promis de le faire une fois les violences terminées.

lire également: L’histoire retiendra les noms des ministres qui auront signé avec Ariel Henry la demande d’intervention militaire maquillée en Haïti | Rezo Nòdwès (rezonodwes.com)

Voici un aperçu des précédentes interventions militaires étrangères en Haïti et de l’impact qu’elles ont eu sur ce pays de plus de 11 millions d’habitants :

Depuis le début des années 1900, il y a eu au moins trois interventions militaires majeures en Haïti, menées par les États-Unis et les Nations Unies.

Les États-Unis ont d’abord occupé Haïti de 1915 à 1934.

Près de 60 ans plus tard, l’ONU a lancé une mission de maintien de la paix en 1993, suivie par l’arrivée de soldats américains en 1994. Une autre intervention a eu lieu en 2004. La première d’entre elles était de rétablir le prêtre défroqué Jean-Bertrand Aristide au pouvoir. La seconde a suivi une rébellion qui l’a à nouveau évincé.

Les interventions ont eu lieu à un moment de grande instabilité politique. Sept présidents haïtiens ont été destitués ou assassinés entre 1911 et 1915, ce qui a incité le président américain Woodrow Wilson à envoyer des marines en Haïti en 1914. Les États-Unis ont retiré un demi-million de dollars de la Banque nationale d’Haïti pour les mettre soi-disant en lieu sûr à New York. L’occupation officielle américaine a commencé en juillet 1915 et a duré jusqu’en août 1934.

En septembre 1994, les États-Unis ont envoyé plus de 20 000 soldats et deux avions à Haïti dans le cadre d’une opération baptisée « Restore Democracy », sous la présidence de Bill Clinton. L’objectif était de rétablir au pouvoir Aristide, qui avait été renversé par un coup d’État en 1991.

Aristide était devenu le premier président démocratiquement élu d’Haïti un an plus tôt. Un plus petit contingent de soldats américains est resté en Haïti jusqu’au début des années 2000, souvent sous les auspices de l’ONU. Un effort parallèle de maintien de la paix de l’ONU a été lancé en septembre 1993 et a fonctionné jusqu’en 2000. Aristide a de nouveau été évincé en février 2004 lors d’une rébellion lancée à l’origine par un gang de rue. Les États-Unis, qui avaient fait pression pour qu’il démissionne, ont retiré Aristide du pays et envoyé des soldats, tout comme le Canada, la France et le Chili. Ils ont rapidement été remplacés par des soldats de la mission de stabilisation des Nations unies en Haïti, qui a duré jusqu’en 2017.

Robert Fatton, spécialiste de la politique haïtienne à l’université de Virginie, a déclaré que, dans l’ensemble, « les occupations n’ont rien amélioré en Haïti« .

Fatton a noté que l’occupation de 1915 à 1934 a créé une armée haïtienne unifiée, qui a été la force dominante du pays jusqu’au règne dictatorial de François Duvalier, puis de son fils, Jean-Claude Duvalier, de 1957 à 1986.

L’occupation a également instauré un type de travail forcé rémunéré connu sous le nom de « corvée », dans lequel les fonctionnaires américains utilisaient les paysans haïtiens pour construire des routes, des chemins de fer et d’autres infrastructures.

« L’occupation était très coercitive« , commente Fatton. « C’était aussi très centralisateur et … très raciste. très raciste.

Selon M. Fatton, la deuxième intervention, en 1994, a été plus populaire, car elle a permis de réintégrer le charismatique Aristide, un ancien prêtre qui avait travaillé dans les communautés pauvres.

L’invasion a conduit à la création de la Police nationale d’Haïti, qui a remplacé l’armée haïtienne dissoute en 1995, bien que de nombreux policiers soient d’anciens soldats.

Cependant, deux coups d’État ratés ont eu lieu pendant cette occupation et le chaos politique s’est accru.

La mission de maintien de la paix des Nations unies, qui s’est déroulée de 2004 à 2017, a été entachée par des allégations d’abus sexuels commis par ses éléments et son personnel, et par le fait que des casques bleus népalais ont introduit le choléra dans le plus grand fleuve d’Haïti en octobre 2010, via les eaux usées de leur base. Les Nations unies ont depuis lors reconnu qu’elles avaient joué un rôle dans l’épidémie de choléra et qu’elles n’avaient pas fait assez pour contribuer à la combattre, mais elles n’ont pas spécifiquement admis qu’elles avaient introduit la maladie.

M. Fatton a déclaré que si la mission de l’ONU avait « établi un minimum d’ordre » en Haïti, elle était une « organisation très répressive ».

 » Pour se débarrasser des gangs, ils ont utilisé des méthodes musclées. Cela a laissé un très mauvais goût chez les Haïtiens pauvres », a-t-il déclaré, notant qu’ils vivent avec les gangs dans les quartiers pauvres. « Ceux qui étaient avec les gangs et ceux qui n’étaient pas avec les gangs ont souffert de la même manière », a-t-il conclu.

Mais qui sont les 17 membres issus de puissantes familles haïtiennes qui financent les gangs? Quelle est bien la part d’Helen La Lime dans la fédération des gangs à côté de Jovenel Moise? Pourquoi Martelly et Lamothe ne s’inquiètent-ils pas le moins du monde à propos des sanctions américaines à l’encontre des personnes flirtant avec des gangs criminels?

lire également; Le gouvernement du Dr Ariel Henry présentera officiellement la demande d’intervention étrangère en Haïti ce vendredi, selon Miami Herald | Rezo Nòdwès (rezonodwes.com)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.