BBC News | Pauvreté et corruption. Haïti: 29% de la population vivent dans une extrême pauvreté

0
475

Faire payer un gallon de gasoline à plus de 500 Gourdes à la pompe, c’est un acte d’une extrême criminalité endossé par Ariel Henry, André Michel, Edmonde Beauzile…!

BBC Mundo: Comment la pauvreté et la corruption en Amérique latine en comparaison avec les États-Unis.

Nous connaissons tous l’impact que les préoccupations relatives à la pauvreté et à la corruption ont sur les élections en Amérique latine.

Mais quelle est l’influence de ces deux facteurs sur la politique américaine lors des élections cruciales de mi-mandat, le mardi 8 novembre dernier ?

à lire également: Transparency International – Voici les pays les plus corrompus du monde ; Haïti d’Ariel Henry et de BBQ en tête des Caraibes

Jeudi 10 novembre 2022 ((rezonodwes.com))–

Pour répondre à cette question, il peut être utile d’établir d’abord la gravité du problème aux États-Unis par rapport à ce qui se passe en Amérique latine.

En général, les problèmes de pauvreté sont d’une ampleur différente dans les pays d’Amérique latine par rapport à ce qui se passe aux États-Unis.

Il est également vrai que la perception générale de la corruption institutionnelle est plus grave dans de nombreux pays d’Amérique latine qu’aux États-Unis.

Mais, comme le disent plusieurs experts à BBC Mundo, cela ne signifie pas que les inquiétudes concernant la pauvreté et la corruption n’influencent pas également les élections aux États-Unis.

Les deux sont considérés comme des problèmes récurrents qui, dans de nombreux cas, convainquent les Américains de voter dans un sens ou dans l’autre.

Des ordres de grandeur différents

Il est bien sûr complexe de comparer la pauvreté aux États-Unis, la nation la plus puissante du monde, avec celle observée dans les pays d’Amérique latine, Haiti en particulier.

Ce n’est pas la même chose d’être considéré comme pauvre aux États-Unis qu’ailleurs.

Selon le US Census Bureau, aux États-Unis, une famille composée de deux adultes et de deux enfants est considérée comme pauvre si le revenu du ménage est inférieur à 26 000 dollars par an. Environ 12 % de la population américaine entre dans cette catégorie.

Toutefois, à titre d’exemple, une famille colombienne gagnant la même somme d’argent, soit environ 10 millions de pesos colombiens par mois, serait considérée comme appartenant confortablement à la classe moyenne dans ce pays d’Amérique du Sud.

Lorsque l’on tente de mesurer la pauvreté aux États-Unis par rapport aux pays d’Amérique latine, les variations constantes de la valeur de leurs monnaies respectives, les différences du coût de la vie, la disponibilité des aides publiques et d’autres facteurs socio-économiques font que le montant des salaires n’est pas la seule variable à prendre en considération.

La Banque mondiale a tenté de créer un indice qui tient compte de certaines de ces différences de coût de la vie et de valeur des monnaies pour estimer le pourcentage de la population vivant avec moins de 2,15 dollars par jour, ajusté en fonction du pouvoir d’achat des différentes monnaies.

Elle parvient ainsi à une estimation du nombre de personnes confrontées aux difficultés de l‘extrême pauvreté dans chaque pays.

Mesuré de cette manière, 1% de la population américaine est en situation de pauvreté absolue.

Selon cette méthode, il y a moins d’extrême pauvreté au Chili, où cette population vulnérable représente 0,7 % du total.

En revanche, selon la Banque mondiale, le Mexique en compte 3,1 %, le Guatemala 9 %, la Colombie 10,8 %, le Honduras 12,7 % et Haïti 29 %.

Les Nations Unies disposent d’un autre mécanisme, l’indice de développement humain, qui, au-delà des salaires, examine dans quelle mesure la majeure partie de la population a accès aux conditions matérielles de bien-être.

Sur un indice de 0 à 1, où 1 correspond aux communautés dont le développement humain est le plus élevé, le Chili, avec un score de 0,855, est très proche du 0,92 obtenu par les États-Unis.

Le Mexique, le Brésil et la Colombie obtiennent un score de 0,75. La Bolivie n’obtient que 0,60 et Haïti à peine 0,53.

Enfin, il y a le prisme de la pauvreté relative et de l’inégalité.

Dans de nombreux pays, l’impact politique de la pauvreté est amplifié par un sentiment d’inégalité.

Si les pauvres ont l’impression que les riches ont trop, leur sentiment d’indignation à l’égard du système risque d’augmenter.

L’indice de Gini mesure le degré d’inégalité dans une société. Plus le chiffre est bas, moins il y a d’inégalité.

Selon les données de la Banque mondiale, cet indice est de 41,5 pour les États-Unis. Le même indice classe l’Uruguay à 40,2, une société qui, selon cette mesure, est plus égalitaire.

En revanche, l’indice de Gini s’élève à 48,9 pour le Brésil, et à 54,2 pour la Colombie, l’un des pays les plus mal lotis du monde à cet égard.

Ainsi, lorsque l’on compare la pauvreté et l’inégalité entre l’Amérique latine et les États-Unis, la première précision à apporter est la suivante : quel pays d’Amérique latine, une région présentant d’énormes différences internes dans les résultats de la lutte contre la pauvreté ?

Problèmes de corruption

Outre la pauvreté, la corruption est un autre sujet de discussion récurrent dans la politique latino-américaine contemporaine. L’indice de perception de corruption est le plus élevé en Hati que tout autre pays de la région des Caraïbes, selon le dernier rapport de Transparency International.

En général, mais pas toujours, les mesures de la perception de la corruption laissent les institutions américaines en meilleure position que celles des pays d’Amérique latine.

Mais personne ne nie qu’il s’agit également d’un sujet d’actualité dans la politique américaine.

Transparency International est l’une des organisations qui tentent d’évaluer et de comparer à l’aide d’un indice la perception publique du degré de corruption prévalant dans de nombreux pays.

La version la plus récente de l’indice montre que le Danemark est la nation où la perception de la corruption est la plus faible, avec un score de 88 sur 100.

Les États-Unis se classent 27e avec 67 points, un résultat qui les place au même niveau que le Chili, et dépassés par l’Uruguay, classé 18e avec 73 points.

La Colombie, quant à elle, est 87e avec 33 points. L’Argentine se classe au 96e rang avec le Brésil, le Guatemala au 150e rang et le Venezuela au 177e rang mondial, devançant de peu trois pays de ce tableau : la Somalie, la Syrie et le Sud-Soudan.

Les derniers de la liste sont, outre le Venezuela, le Nicaragua (20), Haïti (20 sur 100) et le Honduras (23). L’Argentine (39e) est le pays de la région qui a le plus chuté (quatre points) en 2021, en raison de l’ingérence du pouvoir politique dans le système judiciaire et des « abus de pouvoir » pendant la pandémie, tels que la vaccination préférentielle des fonctionnaires et de leurs proches ou des achats et contrats « non transparents ».

En tout état de cause, le débat sur la corruption secoue la politique américaine autant, sinon plus, que celle de nombreux pays d’Amérique latine.

Il suffit de rappeler que l’un des cris de guerre de Donald Trump lors de sa campagne présidentielle victorieuse de 2016 était sa promesse d' »assécher le marécage », comme le candidat de l’époque faisait référence à la corruption à Washington, une ville construite sur un marécage.

Cette année, le débat s’est souvent concentré sur les questions de corruption électorale présumée, explique à BBC Mundo Gabriel Sanchez, membre associé du groupe de réflexion Brookings Institute de Washington et professeur à l’université du Nouveau-Mexique.

La controverse entourant l’élection présidentielle de 2020 et la défaite de Trump a façonné la perception de la corruption par le public américain, bien qu’aucune preuve de fraude n’ait jamais été trouvée dans cette élection.

« Nous constatons des niveaux records d’informations inexactes visant les Latinos dans ce cycle électoral, principalement les Latinos hispanophones. Une grande partie de ce contenu est axée sur les affirmations continues de Trump concernant un vol présumé dans l’élection de 2020, ce qui contribue à générer des perceptions de corruption chez certains Latinos », explique M. Sanchez.

source: BBC News Mondo / The Economist

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.