Transparency International – Voici les pays les plus corrompus du monde ; Haïti d’Ariel Henry et de BBQ en tête des Caraibes

0
2482

Ariel Henry ne peut et ne saura en aucun cas, corruption oblige, réaliser de bonnes élections en Haiti.

« Les dirigeants corrompus consolident leur pouvoir… « , dénonce Delia Ferreira Rubio, présidente de l’organisation Transparency International.

Mardi 25 janvier 2022 ((rezonodwes.com))–Depuis dix ans, l’Amérique latine « stagne totalement » dans sa lutte contre la corruption, ce qui nuit à la démocratie et aux droits de l’homme, et l’on constate des reculs alarmants au Venezuela, en Haiti, au Nicaragua et dans les pays d’Amérique centrale, a averti Transparency International (TI) mardi dans son rapport annuel,publié le mardi 25 janvier 2022.

« Les dirigeants corrompus ciblent les militants et consolident leur pouvoir tout en s’attaquant aux droits de la presse, à la liberté d’expression et à la liberté d’association« , a dénoncé Delia Ferreira Rubio, présidente de l’organisation.

Depuis 1995, l’indice de perception de la corruption de TI a classé 180 pays et territoires sur une échelle allant de zéro (très corrompu) à 100 (très propre).

Le Danemark (88), la Finlande (88) et la Nouvelle-Zélande (88) sont les pays les moins corrompus du monde, selon le rapport, tandis que la Somalie (13), la Syrie (13) et le Sud-Soudan (11) présentent les taux de corruption les plus élevés et Haiti (20) dans la région des Caraïbes.

Le Venezuela, Haiti et Nicaragua, les pays les plus corrompus

Les derniers de la liste sont, outre le Venezuela, le Nicaragua (20), Haïti (20) et le Honduras (23). L’Argentine (39e) est le pays de la région qui a le plus chuté (quatre points) en 2021, en raison de l’ingérence du pouvoir politique dans le système judiciaire et des « abus de pouvoir » pendant la pandémie, tels que la vaccination préférentielle des fonctionnaires et de leurs proches ou des achats et contrats « non transparents ». La Colombie se classe 87e avec 39 points sur 100.

L’Amérique centrale à son point le plus bas

En Amérique centrale, la lutte contre la corruption est à son point le plus bas, selon TI. Le Nicaragua est l’exemple le plus flagrant. Selon l’organisation, le pays « ne dispose pas de la transparence et des freins et contrepoids sur l’exécutif nécessaires pour lutter contre la corruption ».

La concentration du pouvoir entre les mains du président Daniel Ortega, qui a été réélu en novembre, et de son épouse, Rosario Murillo, « a permis au gouvernement de violer les droits de l’homme et de se moquer du système électoral », affirme TI.

Le Honduras (23e) n’est pas loin derrière. Depuis 2015, elle a perdu sept points sur la liste et son président sortant, Juan Orlando Hernández, a été accusé de trafic de drogue. TI souligne l’arrivée au pouvoir du gauchiste Xiomara Castro, qui s’est engagé à éliminer les « lois sur l’impunité ».

La situation est également préoccupante au Guatemala (25), où les élites économiques et politiques et même des secteurs du « crime organisé » ont pris le contrôle du système judiciaire et « ont contraint à l’exil des procureurs et des juges connus pour leur lutte contre la corruption ».

Voici la liste des pays les plus corrompus, selon l’indice de Transparency International.

Sud-Soudan
Syrie
Somalie
Venezuela
Yémen
Corée du Nord
Afghanistan
Libye
Guinée équatoriale
Turkménistan
République démocratique du Congo
Burundi
Chad
Soudan
Nicaragua
Haïti
Comores
Guinée Bissau
Congo
Érythrée
Zimbabwe
Cambodge
Irak
Honduras
Nigeria
Liban
République centrafricaine
Tadjikistan
Iran
Guatemala
Guinée

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.