Assassinat Jovenel Moise : les jovenelistes Claude Joseph, Rockfeller Vincent et Léon Charles attendus au carré du juge Orélien

0
1467

Entre le 13 et le 16 décembre, des anciens officiels de l’administration de Jovenel Moïse sont invités à s’expliquer sur le dossier de l’ancien président. L’ancien chef du gouvernement également ex-ministre des Affaires étrangères, Claude Joseph, l’ancien ministre de la justice, Rockefeller Vincent, l’ancien directeur général ai de la PNH, Léon Charles sont invités à comparaître par devant le juge instructeur Garry Orélien.

Mardi 7 décembre 2021 ((rezonodwes.com))–

Au cinquieme mois de l’assassinat de l’ex-president Jovenel Moise, l’on apprend que des anciens officiels de l’État, et non des moindres, sont invités à comparaître au cabinet d’instruction  pour être auditionnés par le juge Garry Aurélien.

Claude Joseph, l’auto-proclammé Premier-ministre au matin du crime, Leon Charles, qui dirigeait l’institution policière et l’ancien ministre Rockefeller Vincent, selon un calendrier établi, devront se présenter entre le 13 et 16 décembre au carré du magistrat instructeur, Garry Aurélien

Si Leon Charles qui fut le chef de la police en charge de coordonner la sécurité et le bien-être de la famille présidentielle, a laissé mourir chez lui Jovenel Moise, sans lui porter assistance, quant à l’ancien PM et ministre de facto des Affaires Etrangères, Claude Joseph, son nom, selon un journal colombien, serait cité dans l’assassinat.

L’ex-ministre de facto Rockfeller Vincent, de son coté, partageait son amitié avec Joseph Badio, un des auteurs présumé du même crime survenu à Pelerin 5, dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, soit moins d’un an après l’exécution du bâtonnier Monferrier Dorval, dans la même zone.

Reste maintenant à savoir si les jovenelistes Joseph et Vincent, l’ex-DG Leon Charles répondront à l’invitation du juge chargé d’instruire le dossier quand l’on sait que l’actuel PM de facto et Président de doublure d’Haiti, Dr. Ariel Henry, refuse jusqu’à présent d’aller s’asseoir par devant le juge pour s’expliquer sur les nombreux appels téléphoniques placés entre lui et le présumé inculpé Joseph Badio.

Ces différentes convocations, feraient-elles partie d’une nouvelle mise en scène, acte II, pour satisfaire les jovenelistes, refusant de citer haut et fort le nom du “parrain” de  Jovenel Moise qui, selon Gabriel Fortuné, serait caché dernière ce lâche crime ?

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.