Le trafic d’armes, un « facteur déterminant » dans l’atteinte à la paix

0
700

Le trafic d’armes légères est un « facteur déterminant dans l’atteinte à la paix et à la sécurité », a déclaré le Directeur de l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR) au Conseil de sécurité, lundi, lors d’un débat ministériel.

Le Conseil s’est réuni sous la présidence du ministre mexicain des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, dans le cadre de l’un des événements phares de la présidence mexicaine de novembre. 

Alors que la circulation sans restriction des armes continue d’alimenter la violence, la recherche de solutions est une responsabilité mondiale partagée, selon la note de synthèse.

Tout au long du cycle de vie des armes et des munitions, de leur production à leur utilisation finale, il existe des moments où elles peuvent être détournées ou faire l’objet d’un trafic à destination de groupes armés non étatiques, de criminels et d’acteurs terroristes.

M. Geiss a affirmé que cela « déstabilise les communautés et exacerbe les situations d’insécurité, notamment en commettant de graves violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme, ainsi que des violences à l’encontre des femmes et des enfants dans divers contextes ».

Si les effets directs comprennent les décès, les blessures, les déplacements et les dommages psychologiques, il existe également des conséquences socio-économiques à long terme, comme l’accès à la santé et à l’éducation, la fourniture de services humanitaires et la protection des civils.

Pour M. Geisss, ce commerce illicite est également dynamique et multiforme.

« Lorsque les failles et les lacunes sont comblées dans un domaine, les vulnérabilités sont exploitées dans un autre », a-t-il déclaré.

« Les États touchés par des schémas de violence armée récurrente sont donc confrontés à de nombreux défis pour empêcher le détournement et l’utilisation abusive des armes », a-t-il ajouté.

Le trafic d’armes à feu est un commerce lucratif MINUSMA/Marco Dormino
Le trafic d’armes à feu est un commerce lucratif
Des solutions fondées sur la recherche
Un examen par l’UNIDIR de 200 cas documentés a mis en évidence l’importance de prévenir le détournement, non seulement des stocks nationaux, mais aussi du pays qui les a fabriqués et exportés.

« L’appropriation nationale est fondamentale » dans ce domaine, a déclaré M. Geiss, mais « elle ne pourra pas aboutir sans coopération et assistance internationales ».

Entre 2015 et 2020, l’UNIDIR a aidé 11 États à mener des évaluations sur la gestion des armes et des munitions, connue sous le nom de WAM.

Aujourd’hui, a déclaré le chef de l’Institut, cette question est de plus en plus reconnue comme une composante fondamentale de la prévention des conflits et de la violence armée.

Il a cité en exemple les rapports du Secrétaire général sur les armes légères, qui lui consacrent régulièrement une section, ainsi que le fait qu’elle est de plus en plus prise en compte dans les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité.

M. Geiss a qualifié le moment actuel de « moment opportun » pour un dialogue international visant à renforcer les politiques et pratiques multilatérales, régionales et nationales.

« La promotion d’une approche stratégique des Nations Unies en matière de guerre électronique pourrait renforcer les efforts multilatéraux en faveur de la paix, de la sécurité, de la stabilité et du développement dans le monde », a-t-il déclaré.

Des armes légères déposées par des enfants soldats associés à des groupes armés au Soudan du Sud.Photo UNICEF/Rich
Des armes légères déposées par des enfants soldats associés à des groupes armés au Soudan du Sud.
La société civile
Les membres du Conseil ont également entendu María Pía Devoto, qui représentait la Coalición Armas Bajo Control d’Argentine – une coalition de 150 organisations de la société civile créée pour mettre en œuvre le traité sur le commerce des armes.

Elle a affirmé que « l’impact dévastateur » de ce problème « est ressenti de manière plus aiguë par les communautés des régions touchées par des conflits, où ces armes perpétuent un cercle vicieux de violence et d’insécurité ».

Mme Devoto a également déclaré que les embargos obligatoires sur les armes imposés par le Conseil de sécurité sont mis à mal par les violations commises par des acteurs non étatiques et même par des membres des Nations Unies.

« L’exemple récent le plus flagrant est l’embargo libyen qui, en mars de cette année, a été décrit par le Groupe d’experts comme ‘totalement inefficace’ », a-t-elle rappelé, exhortant les membres du Conseil à agir, notamment par le biais de sanctions.

« Monsieur le Président, vous et vos collègues avez à votre disposition les outils, les connaissances et l’expérience nécessaires pour lutter contre le trafic illicite et le détournement des armes légères et de petit calibre. Il s’agit de trouver la volonté politique de le faire », a conclu Mme Devoto.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.