Haïti – Lancement de 2 journées de grève générale pour « dénoncer la corruption d’Etat, l’insécurité, la cherté de la vie et statuer sur le mandat définitif de Jovenel Moise »

0
860

Combien de ces syndicalistes ayant brandi vendredi les menaces de lancement d’une grève générale contre le pouvoir, pour les lundi 22 et mardi 23 juin qui ne seront pas poursuivis et persécutés d’ici cette fin ou en tout début de semaine par le Commissaire a.i. Lafontant sur un éventuel ordre formel de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise craignant de pouvoir partir le 7 février 2021 sans pouvoir arriver à retourner l’ascenseur à Michel Martelly, pour le plus grand mal de ce sh*** ?

Vendredi 19 juin 2020 ((rezonodwes,com))–Des syndicalistes et des organisations sociales ont lancé une grève générale la semaine prochaine pour « protester contre la détérioration actuelle de la situation socio-économique et politique du pays » depuis l’avènement du régime du président Jovenel Moise, indexé de corruption dans le rapport de la dilapidation de fonds de Petro Caribe.

Des organisations telles que la Centrale nationale des travailleurs haïtiens, le Mouvement pour la liberté et l’égalité des Haïtiens pour la fraternité, et d’autres, ont annoncé que la grève générale aura lieu lundi et mardi prochains, pour critiquer la gestion du gouvernement et la misère croissante des plus vulnérables.

Les syndicalistes ont souligné la baisse effrénée du pouvoir d’achat, et la grande masse décapitalisée du pays, ainsi que le chômage, l’insécurité et la corruption, qui ont augmenté ces dernières années.

« La population a été laissée seule, l’administration ne fait rien pour soulager sa misère« , a déclaré Olrich Jean-Pierre lors d’une conférence de presse tenue vendredi matin.

La grève programmée pour lundi et mardi sans l’appui direct du secteur politique de l’opposition, vise également à statuer définitivement sur la fin du mandat constitutionnel de Jovenel Moïse, qui, ces dernières semaines, a été la cible d’une controverse sur la durée du mandat présidentiel, selon les interprétations de la constitution et les argumentations pour la défense des intérêts mesquins, tandis que l’article 134-2 est rédigé en français simple.

Soulignons que les blindés de la présidence commandés expressément pour parvenir à bout de toutes nouvelles protestations, contre le président Jovenel Moise ayant vraisemblablement obtenu « a license to kill to stay in power » vont, probablement, être de très tôt lundi matin, remarqués dans des principales rues de la capitale. La grande question, qui pilotent ces véhicules ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.