Le Canada sanctionne 14 autorités du Venezuela pour « détérioration de la démocratie »

0
603

ISelon un communiqué de presse du ministère canadien des Affaires Etrangères, Ottawa a imposé de nouvelles sanctions contre 14 personnalités clés ou proches du gouvernement de Nicolas Maduro




Ottawa, mercredi 30 mai 2018 ((rezonodwes.com))–« En réponse aux élections présidentielles illégitimes et anti-démocratiques qui ont eu lieu au Venezuela le 20 mai, le Canada annonce aujourd’hui de nouvelles sanctions contre des personnalités du régime de Maduro« , a indiqué le communiqué du gouvernement canadien rendu public mercredi.

Les sanctions visent directement 14 personnes responsables « de la détérioration de la démocratie au Venezuela« , a ajouté le ministère des Affaires étrangères.

Le Règlement sur les mesures économiques spéciales visant le Venezuela impose un gel des avoirs et une interdiction de transactions à l’encontre des personnes dont le nom figure sur la liste:




  • Tania Valentina DÍAZ GONZÁLEZ
  • Fidel Ernesto VÁSQUEZ IRIARTE
  • Carolys Helena PÉREZ GONZÁLEZ
  • Cilia Adela FLORES DE MADURO (l’épouse du président Maduro)
  • Erika del Valle FARÍAS PEÑA
  • Ramón Darío VIVAS VELASCO
  • Christian TYRONE ZERPA
  • Fanny Beatriz MÁRQUEZ CORDERO
  • Malaquías GIL RODRÍGUEZ
  • Indira Maira ALFONZO IZAGUIRRE
  • Jhannett María MADRIZ SOTILLO
  • Carlos Enrique QUINTERO CUEVAS
  • Xavier Antonio MORENO REYES
  • Carlos Alberto ROTONDARO COVA

 

Le gouvernement canadien, a poursuivi le communiqué du ministère des Relations extérieures, interdit aux personnes au Canada et aux Canadiens à l’extérieur du Canada d’effectuer une opération portant sur un bien appartenant à une personne dont le nom figure sur la liste ou de leur fournir des services financiers ou connexes.

Il est à noter que le Canada n’est pas le premier pays à imposer des restrictions économiques sévères à l’encontre du Venezuela à la suite de la réélection de Nicolas Maduro, le 20 mai dernier. Auparavant, Washington, citant «vote frauduleux», a interdit aux citoyens américains d’entreprendre toutes transactions liées à la dette du gouvernement vénézuélien.

D’un autre côté, la République Dominicaine attend l’ouverture de la session ordinaire de l’OEA à Washington, au début de juin, pour se prononcer sur les dernières élections vénézuéliennes.




Pour sa part, le président haïtien, M. Jovenel Moise, qui avait, en décembre dernier, invité son homologue Nicolas Maduro à visiter Port-au-Prince, n’a pipé mot jusqu’à présent, contrairement au président cubain, actuellement en déplacement à Caracas, pour venir « apporter un message de fraternité et de solidarité à Maduro« .

A rappeler que, selon un rapport 2017 publié par Amnesty International, sur la perception d’indice de corruption, Haïti et le Venezuela sont classés parmi les pays les plus corrompus de l’Amérique latine et des Caraïbes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.