12 juillet 2024
PetroCaribe|Odebrecht : Laurent Lamothe sera-t-il arrêté et jugé pour corruption comme les 2 fils de l’ex-Président du Panama Martinelli ?
Actualités Société

PetroCaribe|Odebrecht : Laurent Lamothe sera-t-il arrêté et jugé pour corruption comme les 2 fils de l’ex-Président du Panama Martinelli ?

Dimanche 4 juin 2023 ((rezonodwes.com))–

 Le gouvernement des États-Unis a interdit vendredi à l’ancien Premier ministre haïtien Laurent Lamothe (2012-2014) d’entrer sur son territoire pour son implication dans des activités de corruption « significatives » dans son pays.

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a annoncé dans un communiqué la « désignation » de Lamothe, qui était également ministre de la Planification et de la Coopération étrangère en Haïti, ce qui signifie qu’il ne pourra pas entrer sur le sol américain.

Blinken a expliqué que Lamothe « a détourné au moins 60 millions de dollars du fonds gouvernemental de protection sociale et d’investissement dans les infrastructures Petrocaribe pour son bénéfice personnel ».

Par ces actions et son « implication directe » dans la gestion dudit fonds, Lamothe a profité de sa position d’agent public et a contribué à l’instabilité actuelle d’Haïti, a indiqué le chef de la diplomatie américaine.

Pareillement, en  Janvier dernier , le même département d’État américain a interdit à l’ancien président panaméen Ricardo Martinelli de se rendre aux États-Unis, affirmant qu’il avait participé à une « corruption importante » dans l’attribution de contrats gouvernementaux.

L’interdiction s’appliquait également à deux des fils de l’ancien président, qui étaient rentrés au Panama après avoir purgé des peines de prison aux États-Unis pour avoir blanchi des millions de dollars de pots-de-vin du géant brésilien de la construction Odebrecht.

« Martinelli a accepté des pots-de-vin en échange d’attributions abusives de contrats gouvernementaux pendant son mandat de président » de 2009 à 2014, a déclaré le département d’État dans un communiqué.

La question que beaucoup d’observateurs se posent aujourd’hui est la suivante : Laurent Lamothe sera  t-il arrêté et jugé aux États-Unis pour » Corruption significative » comme les 2 fils de  l’ex-Président du Panama Martinelli  ?

A ce sujet rappelons qu’en juillet 2020,  des procureurs américains  avaient inculpé les deux fils de l’ancien président panaméen Ricardo Martinelli pour corruption et blanchiment d’argent liés à l’entreprise de construction brésilienne Odebrecht, selon une plainte fédérale .

Luis Enrique Martinelli, 38 ans, et Ricardo Alberto Martinelli, 40 ans, ont été arrêtés dans la  à Guatemala alors qu’ils tentaient de monter à bord d’un vol à destination du Panama, a annoncé la police guatémaltèque dans un communiqué. Les deux hommes ont été extradés vers les États-Unis.

Mais la famille alors avait déclaré dans un communiqué après l’arrestation qu’elle s’efforçait de garantir que les fils de l’ex-président bénéficient d’une assistance juridique au Guatemala et puissent transférer la procédure au Panama.

Rappelons également que la firme Odebrecht , comme Le dossier PetroCaribe, a été au centre d’un vaste scandale de corruption latino-américain découvert en 2014, dans lequel l’entreprise a versé plus de 700 millions de dollars de pots-de-vin à des responsables gouvernementaux dans divers pays.

Le scandale de 2014 s’est répercuté dans toute l’Amérique du Sud et a empêtré plusieurs responsables publics, déclenchant des destitutions, des arrestations et des démissions. La firme Odebrecht a admis avoir versé 788 millions de dollars de pots-de-vin pour remporter des contrats de construction dans 12 pays, acceptant de payer une amende record de 3,5 milliards de dollars.

Le ministère de la Justice du Panama avait déclaré dans un communiqué que les fils Martinelli sont accusés d’avoir été des intermédiaires pour le paiement d’environ 28 millions de dollars de pots-de-vin d’Odebrecht à un haut responsable panaméen entre 2009 et 2014, période pendant laquelle leur père était en fonction.

La plainte pénale déposée devant le tribunal fédéral de Brooklyn, New York, le 27 juin 2020, qualifiait les frères de « proches parents » du fonctionnaire, sans donner plus de détails.

La plainte alléguait également que le couple gérait des comptes bancaires secrets sous des noms de sociétés fictives pour faciliter le paiement des pots-de-vin, de nombreuses transactions étant effectuées via des banques américaines.

L’ancien président Martinelli et son successeur, Juan Carlos Varela, ont été interdits    de quitter le Panama alors qu’ils faisaient l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent dans des affaires de corruption distinctes.

Notons enfin que la Justice Américaine n’est pas resté inactive dans ce dossier car en  mai 2022 des intermédiaires panaméens ont été condamnés chacun à 36 mois de prison dans ce programme international de corruption et de blanchiment d’argent

En effet , les deux frères Martinelli, chacun ayant la double nationalité panaméenne et italienne, ont chacun été condamnés à 36 mois de prison pour avoir blanchi 28 millions de dollars dans le cadre d’un stratagème de corruption et de blanchiment d’argent impliquant Odebrecht S.A. (Odebrecht), un conglomérat mondial de construction basé au Brésil. Les accusés ont également été condamnés à confisquer plus de 18,8 millions de dollars, à payer une amende de 250 000 dollars et à purger une liberté surveillée de deux ans.

Dans un communiqué rendu public par le Département de la Justice du Gouvernement américain après cette condamnation, il est noté ce qui suit :

Luis Enrique Martinelli Linares, 40 ans, et Ricardo Enrique Martinelli Linares, 42 ans, ont chacun plaidé coupable de complot en vue de blanchir de l’argent et ont admis s’être mis d’accord avec d’autres pour ouvrir des comptes bancaires offshore au nom de sociétés fictives afin de recevoir et de déguiser plus de 28 millions de dollars en pots-de-vin. produit d’Odebrecht au profit d’un proche parent, haut fonctionnaire au Panama. Selon des documents judiciaires, environ 19 millions de dollars de pots-de-vin ont été transférés via des banques américaines. Luis Martinelli Linares a également utilisé une partie du produit du stratagème pour acheter un yacht de 1,7 million de dollars et un condominium de 1,3 million de dollars aux États-Unis, et Ricardo Martinelli Linares a dépensé des centaines de milliers de dollars pour payer ses dépenses personnelles.

Le 21 décembre 2016, Odebrecht a plaidé coupable dans le district oriental de New York à une information criminelle l’accusant de complot en vue de violer les dispositions anti-corruption du Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) pour son implication dans le stratagème de corruption et de blanchiment d’argent. Selon des documents judiciaires, le stratagème impliquait le versement de plus de 700 millions de dollars de pots-de-vin à des représentants du gouvernement, des fonctionnaires, des partis politiques et d’autres au Panama et dans d’autres pays du monde pour obtenir et conserver des affaires pour l’entreprise.

Les accusés ont été initialement inculpés par plainte pénale le 27 juin 2020. Conformément à une demande d’arrestation provisoire des États-Unis, ils ont été arrêtés à el Aeropuerto Internacional la Aurora au Guatemala le 6 juillet 2020, alors qu’ils tentaient de quitter le Guatemala le un avion privé, puis détenu suite à des demandes d’extradition des États-Unis. Les deux accusés ont déposé de multiples contestations et appels contre la demande d’extradition devant les tribunaux guatémaltèques avant d’être finalement extradés vers les États-Unis, Luis Martinelli Linares le 15 novembre 2021 et Ricardo Martinelli Linares le 10 décembre 2021.

Le 4 février 2021, Luis Martinelli Linares et Ricardo Martinelli Linares ont été accusés de complot et de blanchiment d’argent par un acte d’accusation déposé devant le tribunal fédéral de Brooklyn.

« Ricardo et Luis Martinelli Linares ont versé des millions de dollars de pots-de-vin via des banques américaines sur leurs propres comptes suisses afin d’aider Odebrecht à gagner en influence corrompue aux plus hauts niveaux du gouvernement panaméen », a déclaré le procureur général adjoint Kenneth A. Polite, Jr. de la division criminelle du ministère de la Justice. « Les condamnations d’aujourd’hui montrent que le ministère de la Justice reste déterminé à poursuivre les individus qui permettent et profitent du blanchiment de paiements corrompus à des fonctionnaires étrangers par le biais du système financier américain, ainsi que ceux qui tentent de dépenser le produit de la corruption aux États-Unis ».

« Les frères Martinelli ont utilisé les banques américaines pour commettre leur fraude égoïste et cupide – et maintenant c’est le système juridique américain qui sert la justice avec la condamnation d’aujourd’hui, en particulier pour le peuple panaméen », a déclaré le procureur américain Peace. « Ensemble, le ministère de la Justice, ce bureau et nos partenaires chargés de l’application de la loi s’opposent fermement à la corruption internationale et utiliseront tous les outils à notre disposition pour l’éradiquer. »

« Les accusés ont blanchi des millions de dollars de pots-de-vin par le biais du système financier américain pour bénéficier à un proche parent et maintenir leur style de vie luxueux », a déclaré le directeur adjoint Luis Quesada de la division des enquêtes criminelles du FBI. « La condamnation d’aujourd’hui montre que le FBI et nos partenaires chargés de l’application des lois sont déterminés à traduire en justice quiconque permet la corruption d’agents publics à des fins personnelles. »

L’unité internationale de corruption du FBI à New York enquête sur cette affaire, avec le soutien de l’attaché juridique panaméen du FBI. Le Bureau des affaires internationales du ministère de la Justice a fourni une aide importante pour assurer leur arrestation et leur extradition du Guatemala.

L’avocat de première instance Michael Culhane Harper de la section de la fraude de la division criminelle, les avocats de première instance Barbara Levy et Michael Redmann de la section du blanchiment d’argent et du recouvrement d’avoirs de la division criminelle (MLARS) et l’avocate américaine adjointe Alixandra E. Smith du bureau du procureur américain pour le district de l’Est de New York poursuivent l’affaire. L’avocate adjointe des États-Unis, Laura Mantell, du bureau du procureur des États-Unis pour la division civile du district oriental de New York, s’occupe des affaires de confiscation.

Des informations supplémentaires sur les efforts d’application de la loi FCPA du ministère de la Justice sont disponibles sur www.justice.gov/criminal/fraud/fcpa.

La Kleptocracy Asset Recovery Initiative in MLARS a été créée pour poursuivre les blanchisseurs d’argent et confisquer le produit de la corruption d’agents publics étrangers et, le cas échéant, pour utiliser ces actifs récupérés au profit des personnes lésées par la corruption et l’abus de pouvoir. Les personnes disposant d’informations sur d’éventuels produits de la corruption étrangère situés aux États-Unis ou blanchis par leur intermédiaire doivent contacter les forces de l’ordre fédérales ou envoyer un e-mail à limogeage@usdoj.gov.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.