L’UNICEF recherche 210,3 millions de dollars  »pour répondre aux besoins de 2,7 millions de personnes en Haïti »

0
508

Jeudi 8 décembre 2022 ((rezonodwes.com))– L’UNICEF recherche 210,3 millions de dollars US pour répondre aux besoins de 2,7 millions de personnes en Haïti, dont 1,6 million d’enfants en 2023. La recrudescence de la violence et des troubles sociaux, la résurgence du choléra et les besoins résiduels de la population la plus vulnérable touchée par le séisme, ont entraîné une augmentation des besoins humanitaires et des besoins en financement par rapport à 2022.

« Quand une mère voit son enfant mal nourri souffrir du choléra, avoir la diarrhée, vomir, perdre encore du poids et être sur le point de mourir, et qu’elle ne peut pas l’amener à l’hôpital à cause de l’insécurité, c’est triste. En Haïti, un enfant sur deux n’a pas encore repris le chemin de l’école et risque de tomber dans le piège des gangs ; et en raison de la violence, les agents de santé ou les enseignants ne peuvent pas se rendre librement au travail, ce qui entrave davantage l’accès des femmes et des enfants aux services de santé, de nutrition, d’éducation et d’assainissement », a déclaré Bruno Maes, Représentant de l’UNICEF en Haïti.

Après plus de 3 ans sans aucun cas de choléra signalé, Haïti a déclaré le 2 octobre 2022 la résurgence de la maladie. Le 5 décembre, le pays a franchi le cap des 1.000 premiers cas de choléra confirmés. Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) a rapporté plus de 1.100 cas confirmés, plus de 13.400 cas suspects et 281 décès. Près de 50 pour cent des cas confirmés concernent des enfants de moins de 15 ans.

L’épidémie de choléra s’ajoute à la violence liée aux gangs et aux troubles sociaux majeurs qui ont éclaté dans tout le pays. Dans le même temps, de graves pénuries de carburant ont limité les services publics et la fourniture de services de base, notamment l’eau et les soins de santé. Dans certaines contrées, l’insécurité empêche les patients d’accéder aux établissements médicaux et le personnel de santé de se rendre au travail, ce qui a un impact considérable sur la réponse à l’épidémie de choléra, notamment sur la collecte des données, le transport des échantillons et des résultats des tests.

Les violentes manifestations qui se multiplient depuis la mi-2021 en raison de la violence des gangs et de l’assassinat du Président de la République, ont directement affecté l’accès aux services de santé pour au moins 1,5 million de personnes ; tandis que plus de 4 millions d’enfants continuent de souffrir de malnutrition et d’un accès limité aux services de base. Au moins 96.000 personnes sont déplacées à l’intérieur d’Haïti en raison de la violence des gangs et des troubles sociaux, avec des enfants non accompagnés exposés aux abus, à l’exploitation et à la violence.

Une évaluation nutritionnelle à Cité Soleil, un quartier pauvre de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, a révélé qu’un enfant sur cinq âgé de moins de cinq ans souffre de malnutrition aiguë, tandis que 4,7 millions de personnes en Haïti sont confrontées à une faim aiguë.

Malgré des efforts considérables déployés par le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), 47 pour cent des écoles n’ont pas encore ouvert. En 2022, trois écoles sur cinq évaluées par l’UNICEF et le MENFP ont été attaquées ou pillées, ce qui fait qu’un demi-million d’enfants âgés de 5 à 19 ans risquent de perdre leurs possibilités d’apprentissage.

En 2023, l’UNICEF fournira des biens et services vitaux aux enfants et aux populations vulnérables dans un contexte d’insécurité, et de crise sanitaire, sociale et économique en Haïti, à condition de recevoir le financement suffisant et opportun de 210,3 millions de dollars requis.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.