Guerre sanglante des gangs; les haïtiens prennent la mer; Ariel Henry, André Michel, Edmonde Beauzile déclarent poursuivre un simulacre de négociation pour bien asseoir les bases de PHTK

0
1012

Depuis plus d’un an, avant et après le magnicide du 7 juillet 2022 auquel Ariel Henry, Michel Martelly ne sont pas étrangers, selon RNDDH et le journal New York Times, les crimes, les kidnappings contre rançons et les agressions, la corruption, les dénonciations de détournements de fonds publics entre autres, sont à l’ordre du jour en Haïti, au mépris ouvert d’un gouvernement impuissant et de la communauté internationale. Le conflit territorial entre les gangs est un autre avertissement.

Dimanche 31 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–Comme pour marquer le premier anniversaire de son intronisation à la Primature par un « syndicat d’ambassadeurs » (dixit Sénateur Lambert), un bateau avec à bord plus de 150 migrants haïtiens débarqua sur les cotes de la Floride, un signe tangible de l’échec cuisant de la coalition PHTK-SDP-Fusion-MTV inapte à diriger le pays. Pour couronner le chapitre de la misère et de l’insécurité jugulées, environ une vingtaine de compatriotes, pour échapper à la furie des gangs, meurent noyés dans les eaux territoriales des Bahamas.

Entretemps à Port-au-Prince, l’ex-membre de l’opposition radicale, Me André Michel, à qui, selon de nombreuses sources confidentielles, la gestion de plusieurs millions de gourdes a été confiée pour mener à bien un simulacre de négociation pour faire perdurer la misère du peuple et asseoir les bases du pouvoir PHTK dans des éventuelles élections truquées, parle de rencontre avec une soixantaine de représentants de particules politiques. Les mêmes à El rancho, sous l’administration de Martelly-Lamothe. André Michel, pour reprendre quelques des nombreux commentaires des internautes, « n’a eu la décence de citer un seul nom de combattant démocrate connu du public parmi les gens rencontrés autres que Pen-Montana, lors de son simulacre supervisé par le « violeur » et PHTK1 Josué Pierre-Louis« .

San pran souf, sous le regard complaisant des autorités de fait, dénoncent des leaders qui peinent à remonter la pente des contestations à travers les rues, les gangs qui règnent sur Haïti se sont lancés dans une guerre de territoire sanglante qui, en plus de faire de nombreuses victimes, ont paralysé Port-au-Prince, des villes de l’Artibonite et du Nord’Ouest, où sont découverts récemment des stocks d’armes et de munitions illégales.

Au milieu de cette situation, il est évident que les gens ont peur de quitter leur maison, où ils ne sont pas non plus en sécurité, pour satisfaire un quelconque besoin. C’est la vie au ralenti en Haiti. L’industrie du tourisme se meurt et la diaspora haïtienne forcée de s’écarter de son lieu d’origine.

Le gouvernement du Premier ministre de facto installé par un tweet, Dr. Ariel Henry, qui est totalement dépassé par les forces déployées par des gangs tels que ceux dirigés par l’ex-flic Jimmy Chérizier et la coalition G9, s’accroche au pouvoir avec un bilan négatif. Son seul souci: l’organisation de la troisième tragédie électorale PHTK, le point fort de ce régime qui a participé à la dilapidation de plus de $4 milliards de fonds de Petro Caribe.

La conséquence de ce déchaînement et de cette vague de violence a été l’incendie de l’archevêché de Port-au-Prince, qui, heureusement, a été rapidement circonscrit par les pompiers.

Il y a quelques jours à peine, des membres de gangs avaient mis le feu à un palais de justice à Croix-des-Bouquets. On ne sait pas exactement combien de gangs opèrent en Haïti, mais on sait que l’un des gangs les plus puissants est celui dirigé par Barbecue opérant en toute impunité.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.