Lionel Lazare du SYNAPOHA dézingue les autorités pour leur silence autour de l’assassinat de l’inspecteur Laleau

0
1067

Le coordonnateur général du Syndicat National des Policiers Haïtiens (SYNAPOHA), Lionel Lazare, critique amèrement le comportement des autorités gouvernementales et ceux des organismes de défense des droits humains, face au crime odieux commis par « Lanmò San Jou » chef de bande du groupe « 400 Mawozo » opérant à Croix-des-bouquets, sur l’inspecteur de police Réginald Laleau, survenu le dimanche dernier à Croix-des-bouquets à l’intérieur de l’église Assemblée de Dieu de Meyer. Selon lui, il y va de la responsabilité de l’état de mettre en lieu sûr les autres membres de la famille du défunt policier, Réginald Laleau, afin d’éviter qu’ils soient victimes. Le coordonnateur général du SYNAPOHA, Lionel Lazare, dit avoir recensé 32 policiers tués, pour la période du 1er janvier 2022 à 28 juillet 2022. Toutefois, il condamne la mort de l’agent de police UDMO, Anthony Dumas, dans le département de l’Artibonite, par les groupes armés.

Vendredi 29 juillet 2022 ((rezonodwes.com))–

Quatre (4) jours après que le groupe armé des « 400 Mawozo », dirigé par « Lanmò San Jou » a assassiné l’inspecteur de police Réginald Laleau à l’intérieur de l’église Assemblée de Dieu à Meyer, commune de la Croix-des-bouquets, Lionel Lazare, coordonnateur du Syndicat National des Policiers Haïtiens (SYNAPOHA) sort de son mutisme en fustigeant le comportement des hauts gradés de la PNH, ainsi que ceux du gouvernement. 

Ses propos ont été recueillis quelques secondes après que, Damouche Joseph, la concubine du défunt policier, a déclaré que les hommes du groupe armé « 400 Mawozo » sont à leurs trousses, et qu’ils pourront connaître le même sort que Réginald Laleau. Elle affirme qu’elle s’est mise à couvert parce qu’elle se sent en danger. Jusqu’à cette heure, la mère de l’un des enfants de l’inspecteur de police tué puis humilié, n’a reçu aucun appel des autorités.

Dans une interview accordée à un média de la capitale, le numéro un du SYNAPOHA, Lionel Lazare, se dit indigné suite à l’assassinat crapuleux de l’inspecteur de police Réginald Laleau. Selon lui, ce crime devrait révolter la conscience de tous les citoyens. Toutefois, il juge que les autorités doivent assumer leurs responsabilités, visant à protéger les autres membres de la famille du défunt policier, afin d’éviter qu’ils soient doublement victimes d’assassinat ou d’actes de barbarie des hommes armés du gang « 400 Mawozo ».

Lionel Lazare dénonce le silence des autorités gouvernementales, ainsi que des organismes de défense des droits humains, qui jusqu’à date n’ont divulgué aucune note de condamnation contre l’assassinat de l’inspecteur Laleau, ni une note de sympathie à l’endroit de la famille et des proches du défunt, ni même un rapport sur ce qui c’est passé.

Il qualifie aussi d’hypocrisie, le comportement des organismes de défense des droits humains vis-à-vis de la PNH.

Toutefois, Lionel Lazare, déplore l’assassinat du policier de l’Unité Départementale du Maintien d’Ordre (UDMO) Anthony Dumas, survenu à Gros-Morne, département de l’Artibonite, ce jeudi 28 juillet 2022, lorsque le backup qu’il occupait avait pris dans une embuscade des groupes armés de la place. 

Il a fait savoir que, pour la période du 1er janvier 2022 au 28 juillet 2022, le Syndicat National des Policiers Haïtiens, a recensé 32 policiers assassinés, précisant que les policiers ne sont ni bien encadrés, ni bien traités par le gouvernement.

Toutefois, Lionel Lazare, invite le haut gradé de la PNH, et les autres policiers à faire front commun afin de trouver une solution contre le banditisme et l’insécurité, soulignant que les bandits ont pris pour cible les policiers.

Il juge inacceptable et incohérent le décret relatif à la mort d’un agent de police, pourtant, oublié le fonctionnement des policiers dans l’exercice de leur fonction évoluant dans de mauvaises conditions.

Le premier ministre Ariel Henry et la coalition au pouvoir, formée de PHTK-SDP-FUSION-Pitit Dessalines-Inite, et autres, n’ont publié aucun mot de sympathie aux proches et familles de l’inspecteur de police Réginald Laleau, assassiné puis humilié par le groupe armé « 400 Mawozo », après la circulation en boucle des extraits de vidéos sur les réseaux sociaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.