Urgent | Immigration USA : La Cour Suprême autorise Biden à mettre fin à la politique  »Rester au Mexique » de l’ère Trump

0
1460

Jeudi 30 juin 2022 ((rezonodwes.com))– La Cour suprême a accordé une victoire au président Joe Biden jeudi, en décidant qu’il peut mettre fin à un programme de l’administration Trump visant à restreindre l’immigration à la frontière sud.

La Cour, dans une décision (5-4), a déclaré que l’administration Biden a agi correctement en cherchant à mettre fin à la politique « Rester au Mexique », officiellement connue sous le nom de Protocoles de protection des migrants. Cette politique obligeait les personnes demandant l’asile à la frontière sud, principalement originaires d’Amérique centrale, à attendre au Mexique qu’il soit statué sur leur demande.

S’exprimant au nom de la majorité, le juge en chef John Roberts a déclaré qu’un tribunal inférieur avait outrepassé ses droits en estimant que la politique devait rester en vigueur.

Selon « l’interprétation de la cour d’appel », a-t-il écrit, un juge pourrait « forcer l’exécutif à s’asseoir à la table des négociations avec le Mexique, au sujet d’une politique à laquelle les deux pays souhaitent mettre fin, et à superviser la poursuite des négociations avec le Mexique pour s’assurer qu’elles sont menées « de bonne foi » ».

Roberts a été rejoint par les juges Brett Kavanaugh, Elena Kagan, Sonia Sotomayor et Stephen Breyer.

Dans une dissidence aux termes acérés, le juge Samuel Alito a critiqué la politique frontalière et a déclaré que ce sont ses collègues qui ont commis une erreur.

« En raison du nombre considérable d’étrangers qui tentent d’entrer illégalement au Mexique, le DHS n’a pas la capacité de détenir tous les étrangers inadmissibles rencontrés à la frontière, et personne ne suggère que le DHS doit faire l’impossible. Mais plutôt que de profiter de l’alternative statutaire claire du Congrès pour renvoyer les étrangers inadmissibles au Mexique en attendant qu’ils fassent l’objet d’une procédure dans ce pays, le DHS a conclu qu’il pouvait renoncer à cette option et, au lieu de cela, libérer simplement dans ce pays un nombre incalculable d’étrangers qui sont très susceptibles d’être renvoyés s’ils se présentent à leurs audiences de renvoi. Cette pratique viole les termes clairs de la loi, mais la Cour ferme les yeux », a écrit Alito dans une dissidence à laquelle se sont joints les juges Clarence Thomas et Neil Gorsuch.

Dans une autre opinion dissidente, la juge Amy Coney Barrett a déclaré qu’elle pensait que la Cour n’aurait pas dû statuer sur le fond de l’affaire parce que des informations supplémentaires étaient nécessaires.

Kavanaugh, dans un avis concordant avec Roberts, a noté que le nombre de personnes renvoyées pendant que l’administration Trump utilisait cette politique était « relativement faible ». « En général, lorsque la capacité de détention est insuffisante, l’option de libération conditionnelle et l’option de retour au Mexique sont toutes deux des options légalement autorisées par les lois sur l’immigration. Comme l’illustre l’histoire récente, chaque président depuis la fin des années 1990 a utilisé l’option de libération conditionnelle, et le président Trump a également utilisé l’option de retour au Mexique pour un groupe relativement restreint de non-citoyens », a écrit Kavanaugh.

De fin janvier 2019 jusqu’à ce que Biden suspende le programme, plus de 68 000 personnes ont été renvoyées au Mexique. Des villes de tentes ont surgi près des postes d’entrée de la frontière du côté mexicain. Des groupes de défense des droits de l’homme ont déclaré que des centaines de demandeurs d’asile avaient été kidnappés, violés, torturés ou agressés.

Immédiatement après son entrée en fonction, Biden a ordonné la fin du programme. Il a invoqué les conditions dangereuses le long de la frontière, la difficulté pour les migrants d’obtenir l’aide d’avocats aux États-Unis et les complications que le programme entraînait pour les relations de politique étrangère des États-Unis avec le Mexique.

Mais le Texas et le Mississippi ont intenté un procès. Ils ont déclaré que le programme de l’ère Trump a considérablement réduit l’afflux de migrants à la frontière sud, diminuant de 80 % le nombre de personnes venant du Salvador, du Guatemala et du Honduras. Un tribunal fédéral du Texas a donné raison aux États.

Le juge Matthew Kacsmaryk du district nord du Texas a déclaré que la loi fédérale exigeait que le gouvernement renvoie les demandeurs d’asile au Mexique s’il n’y a pas de place pour les détenir et s’ils ne peuvent pas attendre en toute sécurité aux États-Unis que leur demande soit évaluée. Selon le juge, le ministère de la sécurité intérieure de M. Biden n’a pas expliqué de manière suffisamment détaillée pourquoi il souhaitait abandonner cette politique.

M. Kacsmaryk a émis une injonction pour empêcher le gouvernement de mettre fin au programme, et une cour d’appel fédérale lui a donné raison, de sorte que la politique de Trump était à nouveau en vigueur. En août dernier, la Cour suprême a également refusé de laisser la Maison-Blanche fermer le programme pendant que l’affaire était en cours d’appel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.