Après la série d’articles du New York Times, une banque française obligée d’investiguer son rôle en Haïti

0
16468

La banque, Crédit Industriel et Commercial, a siphonné des millions de dollars en frais et intérêts du Trésor haïtien vers la France à la fin du 19e et au début du 20e siècle, a rapporté le Times.

Par Matt Apuzzo

Une grande banque française va embaucher des chercheurs pour se plonger dans son histoire en Haïti, a déclaré lundi le directeur de sa société mère, après que le New York Times a publié ce qu’il a qualifié de « triste illustration » du rôle de la banque dans un « écosystème de colonialisme ».

La banque, Crédit Industriel et Commercial, a siphonné des millions de dollars en frais et intérêts du Trésor haïtien vers la France à la fin du 19e et au début du 20e siècle, a rapporté le Times.

À une époque où la banque, connue sous le nom de C.I.C., aidait à financer la Tour Eiffel, ses dirigeants et ses investisseurs gagnaient tellement d’argent sur Haïti que leurs bénéfices dépassaient parfois l’ensemble du budget des travaux publics d’Haïti.

Le Crédit Mutuel, un conglomérat financier européen, a racheté le C.I.C. en 1998 et l’exploite en tant que filiale.

Mais le Crédit Mutuel a commencé comme une organisation pour aider les agriculteurs ruraux à la fin du 19e siècle en Europe, créant ce que son président a décrit comme un affrontement potentiellement inconfortable avec les nouvelles révélations sur les activités du C.I.C. en Haïti au cours de la même période.

« C’est une sorte de situation délicate, plus d’un siècle plus tard, que cette banque mutualiste possède une banque dont l’histoire est liée au colonialisme », a déclaré le président du Crédit Mutuel, Nicolas Théry, dans une interview.

Presque toutes les archives du C.I.C. de cette époque ont été détruites. M. Théry a déclaré qu’il avait déjà pris contact avec des universitaires pour financer une équipe, idéalement composée de chercheurs haïtiens et français, pour mettre en lumière toute l’histoire de la banque.

L’article du Times a retracé comment le C.I.C. a créé et géré la Banque nationale d’Haïti à partir de Paris. Les dossiers montrent qu’il n’a fait aucun investissement dans les entreprises haïtiennes et a facturé des frais sur presque toutes les transactions effectuées par le gouvernement haïtien. À une époque où de nombreux retours sur investissements français oscillaient autour de 5 %, les investisseurs de la Banque nationale d’Haïti dégageaient en moyenne 15 % par an. Certaines années, les marges approchaient les 24 %.

Les bénéfices aident à expliquer pourquoi Haïti est resté à l’écart pendant l’une des périodes de développement les plus importantes de l’histoire moderne.

À un moment donné, Haïti a affecté environ la moitié de sa source de revenus la plus importante – les taxes sur le café – au paiement du C.I.C. et ses investisseurs dans la Banque Nationale. Les financiers parisiens ont également utilisé leurs alliés au sein du gouvernement français pour faire pression sur Haïti afin qu’il ne perturbe pas les opérations de la banque, a rapporté le Times, citant une correspondance diplomatique.

« C’était une très belle démonstration des liens entre les pouvoirs financier, militaire et politique en France à la fin du XIXe siècle », a déclaré M. Théry. Il l’a appelé un « écosystème du colonialisme ».

« C’est une très triste illustration du sens de la colonisation et de la colonisation financière », a-t-il déclaré.

M. Théry a dit qu’il ne savait pas si, plus d’un siècle après avoir mis fin à ses opérations en Haïti, la banque devait de l’argent à Haïti. Il a déclaré que les chercheurs auraient un large mandat pour rechercher toute information sur n’importe quel sujet.

« C’est une question de principe pour nous », a-t-il déclaré.

Source : https://www.nytimes.com/2022/05/23/world/americas/haiti-cic-french-bank.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.