Sommet des Amériques (6-10 juin) : Un journal dominicain demande au Président Abinader de se positionner en faveur de l’intégration régionale et de la fraternité entre peuples frères

0
872

Sommet des Amériques (6-10 juin) : Un journal dominicain demande au Président Abinader de se positionner en faveur de l’intégration régionale et de la fraternité entre peuples frères.

Alors que Ariel Henry dans le silence le plus complet se prépare à participer au 9ème Sommet des Amériques qui se tient à Los Angeles au début du mois de juin prochain, la participation du Président dominicain à cet événement fait débat en République Dominicaine en raison de l’exclusion envisagée de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua par l’administration du Président Biden.

« Allons-nous suivre les États-Unis dans cette course folle à la catastrophe, ou expliquerons-nous franchement les raisons qui aident ceux qui prônent le dialogue, la diplomatie, la paix et l’inclusion , se demande Le journal dominicain« El Caribe » , après avoir noté que le gouvernement américain fait face à un éventuel boycott du prochain sommet en raison du caractère sectaire que l’administration Joe Biden entend imprimer à l’événement hémisphérique.

Le journal dominicain interpelle Le Président Abinader en écrivant ce qui suit :

« Aurons-nous assez d’intégrité pour que, si ce n’est pas la raison qui prévaut, nous n’y assistions pas ? Se positionner ainsi en faveur de l’intégration régionale et de la fraternité entre peuples frères.

Le président Luis Abinader a la parole. Sachez que vous êtes surveillés, non seulement par le peuple dominicain, mais aussi par les champions du rêve antillaniste et de la constitution d’une Amérique unie et solidaire, parmi lesquels Hostos, Luperón, Máximo Gómez et José Martí. « 

Par Miguel Mejia

Vendredi 20 mai 2022 ((rezonodwes.com))–

Le neuvième Sommet des Amériques devrait avoir lieu à Los Angeles, en Californie, en juin prochain. A un mois à peine de cet événement qui devrait réunir les plus hauts représentants des 35 nations indépendantes de l’hémisphère, une ombre épaisse et dangereuse d’échec plane sur lui, remettant même en cause sa propre célébration.

La raison principale de cette débâcle diplomatique pour le gouvernement erratique de Joe Biden est son refus d’inviter les représentants légitimes des gouvernements de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua, une attribution qui va au-delà de ses fonctions d’hôte et qui usurpe celles du Secrétariat général de les Sommets. C’est comme si le MIU louait une salle de réunion dans un hôtel et que soudain le directeur de l’hôtel prenait le droit de leur dire qui peut participer et qui ne peut pas, parce qu’ils n’aiment pas leurs idées politiques ou leur idéologie.

Le premier Sommet des Amériques a eu lieu en 1994 à Miami, aux États-Unis, lorsque Bill Clinton était président. Il a été défini comme un mécanisme de conciliation, et non comme une guerre politique secrète, pour discuter de questions commerciales et diplomatiques. Le dialogue, et non les exclusions, les sanctions et l’unilatéralisme arrogant de l’empire, était censé être la norme de leurs actions. Étant, comme on le proclamait, une rencontre entre égaux, elle était censée être exempte d’hégémonie, étrangère à la doctrine Monroe, et très éloignée de la politique des exclusions et du Big Stick de Theodore Roosevelt.

Lors du prochain Sommet, la décision, clamée haut et fort, de ne pas inviter trois États souverains parce qu’ils déplaisent au gouvernement des États-Unis, montre à quel point la politique internationale de paix et de dialogue a reculé, et à quel point la décadence s’est accentuée et sa incapacité à promouvoir le consensus, si ce n’est en appliquant la terreur et la violence, qui caractérisent sa perte irrémédiable de leadership.

La bonne nouvelle ici, c’est la réaction continentale à cette infamie, qui montre que l’Amérique latine et les Caraïbes ne veulent plus être les acolytes dociles de ces groupes hégémoniques, et qu’ils défendront le droit et la justice, même s’ils doivent s’y confronter . Le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, atteignant une hauteur historique et défendant les idéaux de Bolívar, Juárez et Martí, a mené la condamnation de cette tentative, déclarant que, s’il y a des exclusions, il n’assistera pas à la réunion de juin, un exemple suivi par les 15 nations qui composent la CARICOM, et les présidents de la Bolivie et du Honduras. Sous réserve que cette position puisse être partagée par d’autres gouvernements qui ne se sont pas encore prononcés, en ajoutant les trois pays exclus, on aurait que 60% des Etats potentiellement participants n’assisteront pas à la réunion ou réduiront visiblement le niveau de leur représentation : une « grande victoire » qui transforme les États-Unis d’un exclu en un exclu.

Joe Biden était le vice-président d’Obama. Il semble qu’il n’ait pas écouté quand il, se référant au blocus contre Cuba, a reconnu son échec et que « … dans la tentative d’isoler Cuba, nous étions les seuls », se référant à son propre pays. Ce serait bien si l’un de ses conseillers le lui rappelait.

La question avec laquelle je veux clore cette réflexion est élémentaire et de lieu : Et nous, la République Dominicaine ?

Aurons-nous assez d’intégrité pour que, si ce n’est pas la raison qui prévaut, nous n’y assistions pas ? Se positionner ainsi en faveur de l’intégration régionale et de la fraternité entre peuples frères.

Le président Luis Abinader a la parole. Sachez que vous êtes surveillés, non seulement par le peuple dominicain, mais aussi par les champions du rêve antillaniste et de la constitution d’une Amérique unie et solidaire, parmi lesquels Hostos, Luperón, Máximo Gómez et José Martí.

Ce sont des temps d’unité dans la diversité, pas d’affrontements exacerbés, de vengeance, de haine et d’arrogance sordide, typiques du colonialisme et de l’impérialisme.

Nous avons encore le temps de sauver l’avenir de l’hémisphère et d’être fiers de ce gouvernement et de cette pays.

Ne nous décevez pas, président Abinader. Ne décevez pas les nations sœurs. Ne décevez pas votre propre peuple.

Source : https://www.elcaribe.com.do/opiniones/cumbre-de-las-americas-y-nosotros-que/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.