Affaire Jovenel: Un des mercenaires colombiens capturés en Haïti, enquêté pour un meurtre en 2008, est « exclu du système JEP » par la justice de son pays

0
2290

Un officier militaire capturé pour l’assassinat du président haïtien ne peut pas bénéficier du Juridiction Spéciale pour la Paix (JEP).

Dimanche 10 avril 2022 ((rezonodwes.com))–Alors que la justice et la police haïtiennes et la coalition Tèt Kale-PHTK3/SDP-Fusion-MTV-Inite n’ont jamais pensé à renouveler le mandat d’arrêt à l’encontre de Fednel Monchéry et Jimmy Cherisier (BBQ) pour leur présumée implication directe dans le sanglant massacre de la Saline en 2018, de son côté, la Colombie a réactivé les mandats d’arrêt contre Francisco Eladio Uribe, l’un des militaires mercenaires capturés pour l’assassinat de l’ancien président haïtien Jovenel Moïse le 7 juillet.

Le soldat était lié à une enquête sur le meurtre de Luis Carlos Cárdenas en 2008. Le paysan a été détenu, torturé, assassiné et présenté comme un guérillero tué au combat dans le village de Chorros Blancos, dans la municipalité de Yarumal (Antioquia). Les événements se sont déroulés pendant l’opération Ferrari.

La procédure engagée en Colombie contre le soldat, emprisonné en Haiti, a été renvoyée à la justice ordinaire, après que la Juridiction Spéciale pour la Paix (JEP) – qui avait accepté d’analyser sa requête – l’a exclu.

La Chambre pour la Définition des Situations Juridiques du JEP a adopté la décision après avoir conclu que le soldat professionnel avait manqué à ses obligations en tant que personne comparaissant devant elle.

« En ce sens, il est devenu évident que non seulement il n’a pas respecté son obligation de demander l’autorisation de quitter le pays, mais aussi, et c’est plus inquiétant, comme l’indiquent les faits, il l’aurait fait à des fins criminelles, liées à sa participation, avec d’autres anciens membres de l’armée colombienne, à l’assassinat du président d’Haïti« , rapporte la haute juridiction.

Dans le rapport de décision de 55 pages, le JEP précise qu’il a connaissance des procédures pénales de trois autres participants, liés à des actes pour lesquels Uribe fait également l’objet d’une enquête. Selon l’enquête, Cárdenas a été recruté avec une offre d’emploi dans une plantation de bananes. Pour ces faits, le bureau du procureur général a inculpé Uribe Ochoa en 2018 ; cependant, il n’a jamais été présenté à un juge car il s’est soumis au JEP, indiquant que les faits pour lesquels il était poursuivi étaient liés au conflit armé.

Ainsi, les deux cas dans lesquels le militaire capturé est accusé d’exécutions extrajudiciaires ont été renvoyés aux mains de la justice ordinaire.

Le curriculum vitae du militaire montre qu’il a été stationné à Arauca, Antioquia, dans la Gaula Militar, à Medellín et à Boyacá.

Pour l’instant, il faudra attendre que la justice haïtienne décide du sort des soldats colombiens capturés pour cet assassinat.

Mais ce sera pour quand?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.