Les avancées en matière de lutte contre la rougeole menacées

0
457

La plus grande augmentation en 20 ans du nombre d’enfants non vaccinés et les lacunes importantes en matière de surveillance de la maladie augmentent le risque d’épidémies de rougeole, ce qui met des vies en danger. OMS, CDC

Alors que le nombre de cas de rougeole signalés a chuté par rapport aux années précédentes, les avancées en vue de l’élimination de la rougeole continuent de marquer le pas et le risque de flambées épidémiques s’accroît, d’après un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis (en anglais). En 2020, plus de 22 millions de nourrissons n’ont pas reçu leur première dose de vaccin antirougeoleux, soit trois millions de plus qu’en 2019 ; cela représente la plus forte augmentation en deux décennies et crée des conditions favorables à l’apparition de flambées dangereuses. 

Par rapport à l’année précédente, les cas de rougeole signalés ont chuté de plus de 80 % en 2020.

Cela étant, la surveillance de la rougeole s’est également détériorée, les laboratoires ayant reçu le nombre d’échantillons à tester le plus faible en plus de dix ans. Lorsque le suivi, les tests et le signalement de la rougeole sont insuffisants, cela compromet la capacité des pays à prévenir les flambées de cette maladie hautement infectieuse. Des épidémies de rougeole importantes se sont déclarées dans 26 pays et ont causé 84 % des cas signalés en 2020.

« Le grand nombre d’enfants non vaccinés, les épidémies de rougeole et les moyens de détection et de diagnostic des maladies réorientés dans le but de contribuer à la lutte contre la COVID-19 sont des facteurs qui accroissent la probabilité de décès et de complications graves chez les enfants », a déclaré le Dr Kevin Cain, Directeur Global Immunization aux CDC. « Nous devons agir maintenant pour renforcer les systèmes de surveillance des maladies et combler les lacunes immunitaires, avant que les voyages et les échanges commerciaux reviennent à leur niveau d’avant la pandémie. L’objectif est d’éviter que surviennent des épidémies de rougeole mortelles et d’atténuer le risque lié à d’autres maladies à prévention vaccinale. »

Le nombre moins élevé de cas de rougeole signalés en 2020 ne doit pas occulter le risque croissant que fait peser la rougeole sur les enfants du monde entier.

La capacité des pays à faire en sorte que les enfants reçoivent leurs deux doses de vaccin antirougeoleux est un indicateur fondamental des avancées vers l’élimination de la rougeole et de la capacité à prévenir la propagation du virus. La couverture par la première dose a chuté en 2020, et seuls 70 % des enfants ont reçu leur deuxième dose de vaccin antirougeoleux, bien en deçà de la couverture vaccinale de 95 % nécessaire pour protéger les communautés de la propagation du virus de la rougeole.

Outre l’aggravation des lacunes immunitaires dans le monde, 24 campagnes de vaccination contre la rougeole dans 23 pays prévues à l’origine pour 2020 ont été retardées en raison de la pandémie de COVID-19, laissant plus de 93 millions de personnes à la merci de la maladie. Ces campagnes additionnelles doivent être organisées lorsque les populations n’ont pas reçu les vaccins à valence rougeole dans le cadre de programmes de vaccination systématique.

« Si le nombre de cas de rougeole signalés a chuté en 2020, les données factuelles laissent entendre qu’il s’agit probablement d’un moment de calme avant la tempête, car le risque de flambée épidémique continue de croître dans le monde entier », a expliqué la Dre Kate O’Brien, Directrice du Département Vaccination, vaccins et produits biologiques de l’OMS. « Il est essentiel que les pays vaccinent au plus vite contre la COVID-19, mais il faut pour cela de nouvelles ressources pour ne pas sacrifier des programmes de vaccination cruciaux. La vaccination systématique doit être protégée et renforcée ; dans le cas contraire, nous risquons de remplacer une maladie mortelle par une autre. »

Les systèmes de vaccination et de surveillance doivent être renforcés pour réduire le risque croissant que fait peser la rougeole. 

La pandémie de COVID-19 a profondément désorganisé les services de vaccination et modifié les comportements de recours aux soins dans de nombreuses régions du monde. Si les mesures utilisées pour freiner la COVID-19 (port du masque, lavage des mains, distanciation) limitent également la propagation du virus de la rougeole, les pays et les partenaires de l’action sanitaire mondiale doivent chercher en priorité à atteindre les enfants et à les vacciner contre la rougeole pour réduire le risque de flambées explosives et les décès évitables imputables à cette maladie.

La rougeole est l’un des virus humains les plus contagieux au monde, mais il est presque totalement évitable grâce à la vaccination. Au cours des 20 dernières années, on estime que le vaccin antirougeoleux a permis d’éviter plus de 30 millions de décès dans le monde. Le nombre estimé de décès imputables à la rougeole est passé de 1 070 000 en 2000 à 60 700 en 2020. En 2020, le nombre de cas de rougeole dans le monde a été estimé à 7,5 millions. La transmission intracommunautaire de la rougeole n’est pas seulement un indicateur clair d’une couverture vaccinale insuffisante, mais également un marqueur connu qui révèle que les services de santé vitaux ne parviennent pas jusqu’aux populations les plus à risque.

Initiative contre la rougeole et la rubéole

L’Initiative contre la rougeole et la rubéole (en anglais) est un partenariat entre la Croix-Rouge américaine, la Fondation pour les Nations Unies, les CDC des États-Unis, l’UNICEF et l’OMS. En collaboration avec Gavi, l’Alliance du Vaccin, et d’autres acteurs, l’Initiative s’efforce d’instaurer un monde durablement exempt de rouge, de rubéole et de syndrome de rubéole congénitale. Depuis 2000, l’Initiative contre la rougeole et la rubéole a permis de vacciner des enfants du monde entier contre la rougeole et de sauver plus de 31,7 millions de vies en améliorant la couverture vaccinale, en intervenant en cas de flambée épidémique, en menant des actions de suivi et d’évaluation, et en poussant les populations à se sentir en confiance et à être demandeuses du vaccin.

À la fin de l’année 2020, 81 pays (42 %) étaient parvenus en dépit de la pandémie à conserver leur statut de pays ayant éliminé la rougeole, mais aucun nouveau pays n’a obtenu ce statut. Quinze pays n’ont à ce jour pas encore introduit la deuxième dose de vaccin antirougeoleux dans leur calendrier vaccinal, ce qui rend les enfants et les adolescents qui y vivent particulièrement vulnérables aux flambées épidémiques.

Autres citations

« Pendant plus de 20 ans, les volontaires de la Croix-Rouge ont acheminé jusqu’aux membres de leurs communautés les vaccins d’importance vitale dont ils avaient besoin. Ces volontaires transmettent aux familles des informations capitales sur la santé en se montrant proches et encourageants. Cela a permis de faire évoluer les mentalités et les affects et de vacciner des millions d’enfants dans ces communautés », a expliqué Koby Langley, Vice-Président sénior du département International Services and Service to the Armed Forces de la Croix-Rouge américaine. « Dans la mesure où la pandémie de COVID-19 a encore des répercussions à l’échelle mondiale, ce travail est vital. Plus que jamais, nous devons parvenir jusqu’aux enfants qui ne sont pas protégés contre des maladies mortelles et éviter d’autres épidémies. »    

« Cette pandémie a un énorme impact sur la capacité des pays à fournir des services de santé essentiels comme la vaccination systématique, ce qui rend des millions de personnes, principalement des enfants, vulnérables à des maladies hautement infectieuses comme la rougeole. Pour Gavi, la priorité est d’aider les pays à atténuer ce risque et à prévenir les flambées de maladies en comblant les lacunes immunitaires qui se creusent par le renforcement de la vaccination systématique et la mise en place de campagnes de rattrapage bien planifiées et bien ciblées », a déclaré Anuradha Gupta, Directrice exécutive adjointe de Gavi, l’Alliance du vaccin. « Il est urgent de remédier aux lacunes immunitaires critiques en s’attelant particulièrement à atteindre les enfants n’ayant reçu aucune dose, qui sont les plus menacés par les épidémies de rougeole dévastatrices. »

« Avant même la pandémie, nous constations que des poches de faible couverture vaccinale, aussi petites soient-elles, pouvaient attiser des flambées épidémiques sans précédent, y compris dans des pays où on pensait la maladie éradiquée. Maintenant, la COVID-19 génère des brèches dans la couverture qui se creusent à un rythme inédit depuis des décennies », a affirmé Ephrem Tekle Lemango, Directeur associé de l’UNICEF pour la vaccination. « Certes, le nombre de cas n’est pas encore en hausse, mais la rougeole est trop contagieuse, tout simplement. Si nous ne faisons rien, les brèches deviendront des épidémies, et de nombreux enfants seront exposés à une maladie évitable, mais potentiellement mortelle », a-t-il ajouté.

Pour Lori Sloate, Directrice séniore pour la santé mondiale de la Fondation pour les Nations Unies : « La baisse du nombre de cas de rougeole signalés signifie que nous devons redoubler d’efforts pour protéger les millions d’enfants en danger de mort à cause d’une maladie totalement évitable. Le chemin le plus direct est de travailler de concert afin de tirer profit des maigres ressources à disposition pour investir dans des mesures de renforcement des systèmes de santé au niveau local permettant de lutter contre la COVID-19 tout en assurant les vaccinations de base. L’un ne peut pas se faire aux dépens de l’autre. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.