Les récents assassinats de journalistes en Haiti et au Mexique condamnés par l’Association de Presse Interaméricaine (API)

0
1366

Le président de l’API, Jorge Canahuati, PDG du Grupo Opsa du Honduras, exprime ses condoléances aux collègues et à la famille du journaliste Diego Charles.

Vendredi 2 juillet 2021((rezonodwes.com))–L’Association de la presse interaméricaine (API) a condamné le lâche meurtre du journaliste haïtien Diego Charles lors d’un carnage à Port-au-Prince, par des gangs armés Krache Dife affiliés au G9 pro-pouvoir, une information confirmée par RNDDH. L’organisation a également déploré le meurtre d’un reporter au Mexique et a demandé que des enquêtes soient menées pour déterminer le motif de ce meurtre.

Diego Charles et 14 autres personnes ont été abattus lors d’une attaque mardi dans un quartier de la capitale haïtienne. Les meurtriers étaient lourdement armés.

Selon le DG a.i de la police, les tirs sur les civils seraient des représailles exercées par les alliés d’un syndicaliste policier, Guerby Geffrard, tué la veille dans ce quartier, sans être toutefois en mesure de révéler les auteurs de l’assassinat du policier syndiqué tombé en disgrâce. Diego Charles, 33 ans, travaillait pour la station de radio Vision 2000 et le journal en ligne Gazette Haïti. La militante politique Antoinette Duclair a également été tuée dans l’attaque, à l’intérieur de son véhicule.

D’autre part, un son de cloche différent du discours de Claude Joseph ayant versé jeudi des larmes de crocodile, a démontré, suite aux investigations menées par le RNDDH directement sur le terrain, que ce sont les gangs « Krache Dife » affiliés au G9 de Jovenel Moise, qui sont derrière le carnage de Delmas 32, les 29 et 30 juin dernier. Le 13e massacre sanglant, selon un dernier décompte effectué, survenu durant le règne de Jovenel Moise, sans mandat constitutionnel depuis le 7 février dernier.

Le président de l’API, Jorge Canahuati, PDG du Grupo Opsa du Honduras, a exprimé ses condoléances aux collègues et à la famille du journaliste.

Le président de la commission de la liberté de la presse et de l’information, Carlos Jornet, a, de son côté, déclaré que dans le pays, il est urgent que le gouvernement, les médias et les associations de journalistes « puissent dialoguer et créer un groupe de travail dans le but de créer un système de protection et des protocoles de sécurité pour les travailleurs de la presse« .

Les responsables de lISP ont également évoqué l’assassinat au Mexique du journaliste et photojournaliste indépendant Saúl Tijerina Rentería le 22 juin à Ciudad Acuña, dans l’État de Coahuila.

Le journaliste de 25 ans était collaborateur de « Noticias en la Web », « La Voz » et « Policíaca Acuña », pour lesquels il couvrait diverses sources, dont la police, selon les médias locaux. Son corps a été retrouvé sans vie et avec des coups de couteau, à côté de son véhicule.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.